Araignée

ARAIGNÉE (cité 3 fois dans la Bible)
(héb. : ‛akkavish).
Petit animal à huit pattes et sans ailes qui, selon la stricte définition biologique, n’est pas un insecte, mais un arachnide.
La plupart des araignées tissent des toiles pour capturer leurs proies. En général, les araignées possèdent trois paires de filières (organes servant à filer) situées sous leur abdomen, à l’arrière. Ces filières sont reliées aux glandes à soie qui se trouvent à l’intérieur du corps par de nombreux vaisseaux minuscules. Pour tisser son fil, l’araignée presse ses filières contre un objet, sécrétant ainsi de la soie liquide. En s’éloignant de l’objet en question, elle extirpe le liquide, qui se solidifie au contact de l’air. Si elle réunit ses filières, l’araignée peut produire un fil épais. Si elle les tient séparées, elle fabrique une bande de fils très fins.


La toile, différente selon l’espèce d’araignée qui la construit, est admirable de symétrie et de complexité. Les fils de soie portent à intervalles réguliers des gouttelettes de colle, qui sont également produites par l’araignée. Après avoir tendu un fil entre deux rayons et l’avoir enduit de colle, elle tire le fil vers le bas puis le relâche. De cette manière, les minuscules gouttes de colle sont espacées d’une distance égale. Le fil gluant sert à prendre sa proie au piège.
L’araignée est citée dans les Écritures dans un contexte imagé. S’adressant à Job, Bildad compara la confiance de l’apostat à une “ maison [ou toile] d’araignée ”, autrement dit un tel homme s’appuie sur quelque chose de trop fragile pour tenir (Jb 8:14, 15). Les œuvres malfaisantes et violentes des Israélites infidèles sont comparées au tissage d’une toile d’araignée. Toutefois, de même qu’une toile d’araignée ne peut servir de vêtement, pareillement, ces impies ne pourront se couvrir de leurs œuvres. — Is 59:5, 6.

Hasard ou conception ?
La soie de l’araignée
▪ Elle est plus légère que le coton, mais, à poids égal, plus solide que l’acier. Depuis des décennies, des chercheurs étudient la soie produite par les araignées orbitèles. Le fil de sécurité, fait du plus solide des sept types de soie que ces araignées peuvent sécréter, retient particulièrement leur attention. Il est plus résistant et plus imperméable que le fil du ver à soie, largement utilisé dans le textile.
Considérez ceci : La fabrication de fibres synthétiques telles que le kevlar nécessite de fortes températures ainsi que l’utilisation de solvants organiques. À l’inverse, l’araignée produit la soie à température ambiante en employant l’eau comme solvant. Qui plus est, son fil de sécurité est plus résistant que le kevlar. Agrandie à la taille d’un terrain de football, une toile tissée avec ce fil pourrait arrêter un gros porteur en plein vol !
Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs soient intrigués par une robustesse pareille. “ Les scientifiques voudraient exploiter cette propriété au profit d’applications allant du gilet pare-balles aux câbles de suspension pour les ponts ”, a écrit Aimee Cunningham dans l’hebdomadaire Science News.


Mais reproduire le fil de l’araignée n’est pas simple, étant donné que la fabrication de la soie a lieu à l’intérieur du corps de l’animal, ce qui empêche d’en comprendre pleinement le processus. “ Prendre conscience que des personnes très intelligentes essaient d’imiter ce que les araignées de nos sous-sols font naturellement porte à l’humilité ”, déclare la biologiste Cheryl Hayashi, citée dans la revue Chemical & Engineering News.
Qu’en pensez-vous ? L’araignée et son fil de soie aussi solide que l’acier sont-ils apparus par hasard, ou bien sont-ils l’œuvre d’un Créateur intelligent ?

9 votes. Moyenne 3.44 sur 5.

Commentaires (1)

1. au secour 25/11/2012

horrible

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site