Gecko

GECKO (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : ’anaqah ; semamith).
Petit saurien au corps habituellement épais et couvert de minuscules écailles. Il a d’assez grands yeux qui ressemblent à ceux d’un chat et des pattes munies de doigts relativement larges. On le trouve dans les pays chauds ; il vit dans les bois, parmi les rochers, dans les arbres et quelquefois dans les maisons. Il existe six espèces différentes de ces lézards nocturnes en Palestine.

Le “ gecko ” (Hemidactylus turcicus) est cité en Lévitique 11:29, 30 parmi les animaux ‘ impurs ’ pour les Israélites. Proverbes 30:28 déclare au sujet du “ gecko ” (héb. : semamith) qu’il “ saisit avec ses mains ” et s’introduit dans le palais du roi. Le royaume des animaux dit au sujet des doigts du gecko : “ [Ils] possèdent de microscopiques crochets qui peuvent s’insérer dans les plus minimes aspérités, fût-ce celles du verre. Seul un poli extrême les empêche de s’accrocher. Les crochets sont dirigés vers le bas et vers l’arrière, de sorte que lorsqu’un gecko veut dégager sa patte il doit soulever le bout de ses doigts ; grimpant sur un arbre, un mur, ou se déplaçant sur un plafond, il est obligé de plier et de déplier ses doigts à chaque pas à une vitesse que l’œil ne saurait suivre. Certains de ces crochets sont si petits qu’il faut un microscope à fort grossissement pour les observer ; pourtant, leur nombre est tel qu’il leur permet de supporter plusieurs fois le poids du corps de l’animal. ” — Par M. et R. Burton, Genève, 1973, vol. 10, p. 1874.

L’adhésif gecko
▪ Les savants sont impressionnés par la capacité du gecko à escalader des surfaces lisses — voire à courir sur un plafond — sans glisser ! Comment cet étonnant petit lézard s’y prend-il ?
La Bible dit que “ le gecko saisit avec ses mains ”. (Proverbes 30:28.) Les pattes de cet animal ressemblent effectivement à des mains, et elles s’agrippent aux surfaces lisses avec une agilité incroyable. Chaque doigt présente des plis recouverts de milliers de protubérances qui ressemblent à des poils. Et chaque protubérance possède des centaines de filaments microscopiques. Entre eux et la surface se créent des forces intermoléculaires (ou forces de Van der Waals), qui suffisent à retenir le lézard — même lorsqu’il file à vive allure, la tête en bas, sur du verre !
Les chercheurs aimeraient mettre au point des adhésifs qui, comme les pattes du gecko, collent aux surfaces lisses. Selon la revue Science News, ces produits auraient, notamment, “ des applications médicales diverses : depuis le pansement résistant à l’eau jusqu’au ruban adhésif qui remplace les points de suture ”.

3 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×