Héron

HÉRON

HÉRON (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : ’anaphah).
Oiseau que la Loi mosaïque interdisait de manger (Lv 11:13, 19 ; Dt 14:12, 18). Certains pensent que le nom hébreu de cet oiseau dérive d’une racine qui signifie “ souffler fort ”, ou peut-être “ s’ébrouer ”, vraisemblablement de colère. D’autres laissent entendre que ce nom est à rapprocher du terme hébreu signifiant “ nez ” (’aph), qui évoquerait le bec de cet oiseau. Puisque la Bible parle du “ héron selon son espèce ” (“ les différentes espèces de héron ”, Jé), le terme hébreu peut fort bien embrasser les différentes variétés incluses dans la famille du héron (famille connue sous le nom scientifique d’ardéidés), comme le héron vrai, l’aigrette et le butor. Tous ces oiseaux sont dotés d’un long bec pointu, et certains d’entre eux se caractérisent par les cris singulièrement rauques qu’ils poussent lorsqu’ils sont dérangés ou excités.


Les oiseaux de la famille des hérons sont fondamentalement des échassiers qui fréquentent les marais, les marécages, les ruisseaux et les lacs. Ils ont un cou élancé, de longues pattes glabres, extraordinairement fines, et de longs doigts, dont un doigt postérieur très développé. Dans l’eau, ils marchent à grands pas, l’air imposant, à la recherche de grenouilles, de petits crabes ou de petits reptiles. Ou bien, ils se tiennent immobiles, attendant patiemment qu’un petit poisson passe à leur portée, et alors, à la vitesse de l’éclair, ils projettent leur cou en avant et embrochent le poisson de leur bec pointu. Leurs larges ailes les emportent en un vol majestueux plutôt lent, les pattes étendues vers l’arrière, mais le cou replié de façon à ce que la tête repose entre les épaules. C’est ce qui les distingue des grues et des ibis, qui volent cou et pattes tendus.


On trouve en Palestine plusieurs variétés de hérons : le héron commun ou cendré (Ardea cinerea), le héron goliath (Ardea goliath) et le héron pourpré (Ardea purpurea). Ils mesurent jusqu’à 1,50 m de long et habitent autour de la mer de Galilée, sur les rives du Jourdain et du Qishôn, dans les régions marécageuses et sur la côte.
Souvent dotées d’un plumage immaculé, les aigrettes sont parmi les oiseaux les plus gracieux et les plus beaux de la famille des hérons. Elles mesurent entre 50 et 90 cm de long, et on en rencontre beaucoup en Palestine. Le héron garde-bœuf (Bubulcus ibis), un genre d’aigrette, accompagne souvent le bétail en train de paître et se nourrit des insectes que cela lui offre.


Le butor est une variété plus trapue et plus brune de héron, qu’on voit également dans les régions marécageuses de Palestine. D’une longueur de 75 cm environ, le butor étoilé (Botaurus stellaris) se caractérise par son plumage zébré noir, chamois et blanc ; son ventre est chamois clair rayé de brun, et ses pattes vert-jaune. Cet ensemble de couleurs se confond parfaitement avec les herbes des marécages dans lesquels il vit. Lorsqu’il est en danger, il s’immobilise, le cou tendu et le bec pointé vers le haut. Cette position et les rayures verticales de son plumage constituent un camouflage efficace grâce auquel il se fond parfaitement dans le décor. Une autre variété qu’on trouve en Palestine est le blongios nain (Ixobrychus minutus). Les butors se distinguent aussi par le mugissement qu’ils émettent en expulsant l’air de leur œsophage, la tête et le cou fortement tordus.

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Commentaires (1)

1. boyer 15/05/2012

c trop mignon les heron

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site