Huppe

Huppe

HUPPE (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : doukhiphath).
À peu près de la taille d’un petit pigeon, la huppe (Upupa epops) est un oiseau couleur cannelle, reconnaissable aux larges bandes noires et blanches qui marquent ses ailes et son dos. Sa caractéristique la plus visible est une crête de plumes, dont chaque plume est terminée par un liseré blanc et une pointe noire. Cette huppe part de la base de son long bec fin et arqué jusqu’à l’arrière de sa tête. Malgré son plumage vif et voyant, la huppe est particulièrement sale dans son nid et dans ses habitudes de vie. Elle se nourrit d’insectes qu’elle va chercher avec son bec acéré non seulement dans la terre, mais aussi dans le fumier et d’autres ordures. Son nid dégage une odeur désagréable, produite par les sécrétions grasses de ses glandes uropygiennes, et devient aussi nauséabond du fait que l’oiseau ne le nettoie pas des excréments qui l’infestent. En conséquence, bien qu’il ne s’agisse ni d’un oiseau de proie ni d’un charognard, la huppe figure au nombre des oiseaux dont la Loi mosaïque interdisait la consommation. — Lv 11:13, 19 ; Dt 14:12, 18.


Vivant en Asie méridionale, en Afrique et dans certaines parties d’Europe, la huppe migre en Palestine vers début mars et y demeure jusqu’à l’approche de l’hiver. Elle se dirige alors plus au S., en Égypte et dans d’autres pays d’Afrique du Nord.
La Bible du Rabbinat français identifie cet oiseau au “ tétras ” (Lv 11:19 ; Dt 14:18), mais la plupart des versions françaises mettent “ huppe ” dans ces passages. Les traducteurs de la Septante et de la Vulgate l’assimilent à “ la huppe ” (épops, LXX ; upupa, Vg), et les termes syriaque et arabe désignant la huppe (syriaque : qaqoupha ; arabe : houdhoudou) confirment cette identification.
Certains pensent que le nom hébreu donné à cet oiseau (doukhiphath) tente de reproduire son cri particulier, quelque peu semblable à celui de la tourterelle, comme c’est manifestement le cas de son nom dans les autres langues mentionnées. D’autres sont d’avis qu’il dérive du verbe hébreu qui signifie “ piler ” (voir Nb 11:8), en rapport avec l’habitude qu’a la huppe de fouiller le sol à la recherche de sa nourriture.

5 votes. Moyenne 3.60 sur 5.

Commentaires (5)

1. Bigot serge 10/05/2011

Bonjour,
J'ai vu pour la premiere fois cet oiseau, 4 huppes qui se disputés dans le jardin, ce matin en pleine ville de Marseille le 10/05/2011 vers07h45.
C'est le chant de l'un deux qui me les a fait reperer. Un espece de "hOU dou dou ". J'ai cru qu'il y avait un hibou dans l'arbre.
Pensez vous que la présence de ces oiseaux en pleine ville est normale.
Inutil de vous dire ma surprise.
Cordialement.

Serge

2. YANNICK 19/04/2012

J en ai un dans mon jardin depuis ce matin en Haute Savoie par 10 degrés, il pleut énormément de manière discontinue.
Il (elle) picore la terre du jardin mais ne semble pas effrayé(e)quand je me met à la fenêtre située à 5m.

Quel bel oiseau, son plumage est magnifique.

Merci pour ces infos, je cherchais à mieux le connaitre et mettre un nom dessus.

3. MICHEL 05/06/2012

bonjour,
je viens de voir cet oiseau dans mon jardin en basse normandie à 13h ce jour

4. christèle 15/05/2013

j'ai aperçu cet oiseau dans mon jardin en Lot et Garonne hier

5. lecaque 31/08/2013

bonjours j habite montpeliier et hier jen ai vu un

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site