Milan

Milan

Milan (cité 7 fois dans la Bible)
(héb. : ’ayyah, “ milan noir ” ; da’ah, “ milan rouge ” ; et peut-être dayyah, “ milan ”, probablement une variété de milan).
Le milan est à la fois oiseau de proie et charognard. Le milan noir aussi bien que le milan rouge, qui sont des variétés répandues en Palestine, sont classés parmi les oiseaux impurs selon la Loi (Lv 11:13, 14 ; Dt 14:12, 13). La liste du Deutéronome contient ra’ah, et non da’ah, comme en Lévitique. Mais cette différence vient probablement de ce qu’un scribe substitua à la lettre hébraïque équivalant à “ d ” (ד) celle qui correspond à “ r ” (ר), ces lettres étant très ressemblantes.
On pense que le nom hébreu ’ayyah imite le cri perçant du milan noir (que les ornithologues désignent sous le nom de Milvus migrans).
Le sens original du nom hébreu da’ah est incertain, mais l’idée a été avancée qu’il indique un “ vol en piqué ou rapide ”, comme dans l’expression “ il venait, d’un vol rapide [de l’héb. da’ah], sur les ailes d’un esprit ” (Ps 18:10), et dans les évocations de l’aigle qui “ fond ” sur sa proie (Dt 28:49 ; Jr 48:40 ; 49:22). Ce nom s’appliquerait alors à un oiseau de proie, et L. Koehler et W. Baumgartner (Lexicon in Veteris Testamenti Libros, Leyde, 1958, p. 198) proposent le milan rouge (Milvus milvus).


Un autre nom hébreu (dayyah) traduit par “ milan ” apparaît dans la liste des oiseaux impurs en Deutéronome 14:13, mais pas dans la liste correspondante en Lévitique 11:14. Quatre manuscrits hébreux, ainsi que le Pentateuque samaritain et la Septante, omettent dayyah en Deutéronome 14:13. Certains spécialistes pensent qu’il s’agit peut-être d’une correction effectuée par un scribe et écrite à l’origine dans la marge, mais qui fut avec le temps incluse dans le texte même. Cependant, on trouve en Isaïe 34:15 la forme plurielle (dayyôth) qui désigne des oiseaux rassemblés sur les ruines d’Édom après sa désolation.
L’identification de cet oiseau (dayyah) est incertaine. Le mot français “ milan ” convient puisque le mot hébreu s’applique à plusieurs oiseaux de proie, mais plus spécialement au milan rouge. Nombre de spécialistes modernes apparentent l’hébreu dayyah au milan, dont on trouve plusieurs variétés en Palestine.
Expliquant que l’ingéniosité de l’homme et sa recherche des richesses le font aller dans des sentiers souterrains que même les oiseaux de proie à la vue perçante ne peuvent voir, Job cite le milan noir comme exemple d’acuité visuelle supérieure. — Jb 28:7.


La plupart des milans noirs survolent la Palestine pour aller passer l’hiver en Afrique. Un nombre croissant de milans hivernent en Israël. Ils construisent leur nid à la fourche des grands arbres et y amassent de la nourriture avant de pondre leurs œufs. Le milan rouge, qu’on voit rarement en hiver, est un oiseau brun-roux, rayé de noir, à la tête gris clair.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site