Mouette

Mouette

Mouette (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : shaḥaph).
Un des oiseaux de proie ou nécrophages proscrits de l’alimentation par la loi que Dieu donna aux Israélites. — Lv 11:13, 16 ; Dt 14:12, 15.
Bien que par exemple la Bible de David Martin rende le nom hébreu de cet oiseau par “ coucou ”, on a habituellement abandonné cette traduction pour mouette. Certains lexicographes pensent que ce nom dérive d’une racine qui signifie “ être maigre, élancé ou mince ” ; il décrirait la forme svelte de la mouette et la relative minceur de son corps par rapport à ses longues ailes pointues. D’autres croient que le mot hébreu shaḥaph est une imitation du cri perçant de cet oiseau généralement bruyant. Les versions anciennes (LXX ; Vg) comprenaient également qu’il s’appliquait à la mouette de mer. Le terme hébreu shaḥaph peut être pris comme un terme générique désignant un oiseau marin à pattes palmées qui ressemble à la mouette. Ce groupe comprend les mouettes elles-mêmes, les sternes, les becs-en-ciseaux et les skuas.


Les mouettes, de la famille des laridés, sont généralement des voiliers puissants qui, en plus d’être bons nageurs, se reposent et même dorment sur l’eau. Tour à tour la mouette bat des ailes, s’élève, tournoie et fond sur sa nourriture, qui peut se constituer de poissons, d’insectes et de presque toutes sortes de déchets (ce qui fait d’elle un éboueur précieux dans les ports). Les goélands, une variété de mouette, emportent dans les airs des moules ou d’autres mollusques qu’ils lâchent ensuite sur les rochers pour les ouvrir et en manger le contenu. Malgré son appétit vorace de charogne, la mouette est remarquablement propre dans ses mœurs.

On trouve en Palestine, le long des côtes de la Méditerranée et autour de la mer de Galilée, plusieurs variétés de mouettes, comprenant le goéland argenté (Larus argentatus) et différentes espèces de mouettes rieuses (Larus ridibundus). Ces oiseaux sont habituellement blancs, quoique le dos et le bord supérieur de leurs ailes puissent être gris perle. Leur bec est fort et légèrement recourbé. Ils vivent d’ordinaire en colonies, nichant au bord des falaises ou le long des rivages. Leur taille peut aller de celle du pigeon à quelque 76 cm de long, et leur envergure peut atteindre 1,50 m. Oiseau toujours actif et apparemment infatigable, la mouette est capable de continuer à voler même par vent violent. Ses plumes abondantes et superposées (on en a compté 6 544 sur une seule grande mouette) maintiennent son corps chaud et sec lorsqu’elle se repose longuement dans l’eau.


La sterne, de la famille des sternidés, est également abondante sur les côtes de Palestine. Son corps est plus fin que celui de la mouette ; elle n’est pas nécrophage, et a la queue fourchue et de longues ailes effilées plus étroites que celles de la mouette. La plupart des sternes sont blanches, quoiqu’elles aient généralement une calotte noire ou grise sur la tête. Se nourrissant principalement de petits poissons, la sterne voltige, puis se précipite dans l’eau, son long bec, droit et mince pointé vers le bas pour s’emparer de sa proie. La sterne est de tous les oiseaux migrateurs celui qui parcourt les plus longues distances, la sterne arctique (Sterna paradisaea) couvrant chaque année jusqu’à 35 400 km. Certaines sternes, cependant, préfèrent les eaux côtières des régions chaudes. Leur vol rapide et très gracieux leur a valu le nom d’hirondelles de mer.
Dans l’Égypte antique, la mouette était considérée comme un oiseau sacré, au même titre que le faucon et l’ibis.

 

 

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site