Paon

Paon

Paon (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : toukkiyim [pluriel]).
Grand oiseau mâle au plumage chatoyant de la famille des faisans, dont la taille est à peu près celle du dindon. Le paon (Pavo muticus et Pavo cristatus) se caractérise par une magnifique traîne de plumes vert et or, iridescentes, ocellées de bleu. Le paon peut à volonté faire la roue, c’est-à-dire déployer sa queue en un éventail impressionnant qui touche le sol de chaque côté. Lorsqu’il agite sa queue épanouie, les plumes émettent un bruissement et scintillent de toutes leurs teintes iridescentes. Son cou et sa gorge sont également d’une belle couleur bleu-vert aux reflets métalliques. Sa beauté majestueuse en faisait un oiseau très prisé dès l’Antiquité.


À l’époque de Salomon, la flotte royale des navires de Tarsis faisait tous les trois ans un voyage dont elle rapportait “ de l’or et de l’argent, de l’ivoire, des singes et des paons ”. (1R 10:22.) Certains des bateaux de Salomon se rendaient à Ophir (sans doute par la mer Rouge ; 1R 9:26-28), mais 2 Chroniques 9:21 parle de navires qui “ allaient à Tarsis ” (en Espagne probablement) en rapport avec le transport des marchandises mentionnées plus haut, dont des paons. On ne sait donc pas avec certitude de quelle région les paons étaient importés. On dit que ces oiseaux magnifiques sont originaires de l’Asie du S.-E. Ils sont aussi très nombreux en Inde et à Sri Lanka. D’ailleurs, certains pensent que leur nom hébreu (toukkiyim) est à rapprocher de tokéï, leur nom en tamoul ancien. La flotte de Salomon se procurait peut-être des paons sur ses itinéraires habituels, dans quelque comptoir qui était en relation avec l’Inde. La déclaration suivante parue dans The Animal Kingdom, de Frederick Drimmer, est également intéressante : “ Pendant des siècles, les hommes de science supposèrent qu’il n’y avait pas de paons en Afrique, leur habitat connu étant les Indes orientales et l’Asie du S.-E. Les certitudes des naturalistes ont été ébranlées en 1936 quand on a découvert au Congo belge le paon du Congo [Afropavo congensis]. ” — 1954, vol. II, p. 988.
Certains préfèrent relier le terme hébreu toukkiyim au mot égyptien ky, qui désigne une sorte de singe.

3 votes. Moyenne 3.33 sur 5.

Commentaires (2)

1. bueerkx 23/06/2012

My peacock !

2. Shiretta 23/06/2012

I love ur peacock! Really i love him

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×