Phoque

Phoque

Phoque (cité 14 fois dansla Bible)

Le fait que les phoques étaient de toute évidence impurs pour la nourriture n’interdisait pas nécessairement l’usage de leur peau comme couverture pour le tabernacle. Ainsi, alors que le lion et l’aigle étaient ‘ impurs ’ (Lv 11:13, 27), les chérubins célestes qu’Ézékiel vit en vision avaient quatre faces, dont une de lion et une d’aigle (Éz 1:5, 10 ; 10:14). De même, des lions figuraient parmi les motifs qui décoraient les chariots de cuivre que Salomon fit pour être utilisés au temple, et cela sans aucun doute conformément aux plans que David avait reçus sous l’inspiration divine (1R 7:27-29 ; 1Ch 28:11-19). Des animaux ‘ impurs ’, tels que les ânes, servaient de montures aux Israélites ; il fut même prédit que le Messie entrerait dans Jérusalem à dos d’âne (Ze 9:9 ; Mt 21:4, 5). Bien que Jean le baptiseur ait reçu une mission des plus sacrées, celle de ‘ marcher devant Jéhovah, en avant de lui, pour préparer ses voies ’, il portait un vêtement fait avec le poil d’un animal “ impur ”. (Lc 1:76 ; Mt 3:4 ; Lv 11:4.) Tout cela tend à indiquer que la distinction entre pur et impur était simplement d’ordre alimentaire, quoiqu’elle ait parfois concerné les sacrifices ; elle n’exigeait pas des Israélites qu’ils aient les animaux ‘ impurs ’ en aversion à tous égards (Lv 11:46, 47). D’ailleurs, comme les animaux ‘ purs ’, les animaux ‘ impurs ’ furent créés par Dieu ; ils étaient donc bons et n’avaient rien de répugnant en eux-mêmes. — Gn 1:21, 25.


Comment les Israélites purent s’en procurer. Si le taḥash de la Bible désigne bien une espèce de phoque, on peut se demander comment les Israélites purent se procurer des peaux de phoques. Bien qu’on associe généralement les phoques à l’Arctique et à l’Antarctique, il faut savoir que certaines espèces préfèrent des climats plus tempérés. Aujourd’hui encore, quelques phoques moines peuplent certaines parties de la Méditerranée ainsi que d’autres mers chaudes. Au cours des siècles, l’homme a considérablement réduit le nombre des phoques ; il se peut donc que dans les temps bibliques ces animaux aient abondé en Méditerranée et dans la mer Rouge. Encore en 1832, une édition du Dictionnaire de la Bible d’Augustin Calmet (p. 139) faisait cette remarque : “ On trouve des phoques sur un grand nombre des petites îles de la mer Rouge, autour de la péninsule du Sinaï. ” — Voir aussi The Tabernacle’s Typical Teaching, A. Pollock, Londres, p. 47.


Les Égyptiens de l’Antiquité faisaient du commerce sur la mer Rouge et recevaient évidemment des produits provenant de nombreuses régions de la Méditerranée. Il leur était donc possible de se procurer des peaux de phoques. Par conséquent, lorsque les Israélites quittèrent l’Égypte, il se peut qu’ils aient emporté les peaux de phoques qu’ils possédaient déjà, ainsi que d’autres qu’ils reçurent quand les Égyptiens leur remirent de nombreuses choses de valeur. — Ex 12:35, 36.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site