Vipère cornue

Vipère cornue

Vipère cornue (cité 2 fois dans la Bible)
(héb. : ‛akhshouv ; shephiphôn).
Un des serpents venimeux de la famille des vipères qu’on rencontre en Palestine, reconnaissable à la petite corne pointue qu’il possède au-dessus de chaque œil. Raymond Ditmars explique qu’on trouve la vipère cornue (Cerastes cornutus) dans le N. de l’Afrique, depuis l’Algérie jusqu’en Égypte, ainsi qu’en Arabie et dans le S. de la Palestine.
Le venin de la vipère cornue étant très toxique (mais ordinairement pas mortel pour l’homme), David parle avec justesse des hommes violents qui ont aiguisé leur langue “ pareille à celle d’un serpent ; le venin de la vipère cornue est sous leurs lèvres ”. — Ps 140:3 .D’une longueur maximum de 80 cm, la vipère cornue a une couleur de sable pâle, de sorte qu’elle peut se cacher dans le sable pour attendre sa proie. L’œil non exercé a beaucoup de mal à repérer une vipère cornue à l’affût. Dans son livre Reptiles of the World (1953, p. 234, 235), Raymond Ditmars décrit des vipères cornues qu’il a observées en captivité : “ Comme toutes les vipères du désert, elles cherchaient continuellement à se jeter du sable sur le dos pour cacher leur corps. Si on mettait plusieurs centimètres de sable fin dans le fond de la cage, on ne verrait de ces serpents durant la journée que le sommet de la tête. Pour pelleter le sable, le reptile aplatit au maximum son corps, le bord inférieur agissant comme une pelle, puis par une remarquable série de contorsions qui parcourent toute la longueur de son corps, de chaque côté, le serpent s’enfonce dans le sable ou envoie le sable sur son dos. ”


Emploi figuré. La vipère cornue, serpent vif qui frappe avec une grande rapidité, a été vue attaquant des chevaux ; c’est pourquoi la comparaison faite en Genèse 49:17 entre la tribu de Dân et la “ vipère cornue ” est très appropriée. Dans ce passage, Jacob compara Dân à un serpent, une vipère cornue, “ qui mord les talons du cheval, de sorte que son cavalier tombe à la renverse ”. Ce n’était pas pour rabaisser Dân, comme s’il n’avait été qu’un ignoble reptile dans l’herbe tout juste bon à être écrasé sous le talon. Au contraire, avec les qualités d’un serpent, Dân servirait un grand dessein national. En se tenant à l’affût à la manière de la vipère cornue, il pourrait en quelque sorte mordre les talons du cheval portant un soldat ennemi, et faire que l’animal se cabre et désarçonne son cavalier. Par conséquent, bien que petit, Dân serait aussi dangereux qu’une vipère cornue pour ceux qui dérangeraient Israël.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site