Calmar

Le bec du calmar

Le bec du calmar intrigue les scientifiques. Comment un appendice aussi dur peut-il être fixé sur un corps dépourvu d’os ? Cela ne risque-t-il pas d’entailler et de blesser le calmar ?
Considérez ceci : L’extrémité du bec du calmar est dure, tandis que sa base est molle. Le changement de densité du bec — composé de chitine, d’eau et de protéines — se fait de façon tellement graduelle que le calmar peut se servir de son bec sans se blesser.
Frank Zok, qui enseigne à l’Université de Californie, déclare que l’étude du bec du calmar pourrait “ révolutionner la façon dont les ingénieurs conçoivent les systèmes de fixation dans toutes sortes de domaines ”. Parmi les champs d’application potentiels, citons la fabrication de membres artificiels. Ali Miserez, chercheur dans la même université, imagine “ la création d’une prothèse complète qui reproduise la composition chimique du bec, de telle sorte qu’à une extrémité, elle ait l’élasticité du cartilage, et qu’à l’autre, elle soit très dure et résiste aux frottements ”.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×