1978 : 125 Coups d'oeil

Les confiseries ne remplacent pas les bons repas

Il existe une nourriture qui coûte moins cher que la viande, le poisson, les légumes, les œufs et les fruits. Elle consiste en bonbons, sodas, biscuits, beignets, chips, gâteaux, esquimaux, etc. Mais les enfants qui l’absorbent la paient bien cher. Selon un pédiatre de Philadelphie, les enfants qui souffrent de malnutrition mangent deux fois plus de ce genre de nourriture que les enfants nourris normalement. Pour leur âge, ces enfants sont en retard sur les autres en taille et en poids; ils sont également moins forts et souffrent d’anémie.

Pas de quoi rire

1978 : Pour pouvoir traiter tranquillement leurs patients, les dentistes ont souvent recours au protoxyde d’azote, mieux connu sous le nom de gaz hilarant. Certains praticiens se sont mis à respirer ce gaz à cause de son effet euphorisant, et ils ont fini par devenir de véritables drogués. Malheureusement, cette toxicomanie a des conséquences redoutables, car elle engendre des symptômes apparentés à ceux de la sclérose en plaques, maladie du système nerveux central caractérisée par des plaques de dégénérescence disséminées le long de la moelle épinière. Les victimes de cette toxicomanie au gaz hilarant souffrent d’incontinence d’urine et présentent des troubles de la déambulation.

Des grenouilles minuscules

1978 : On a découvert dans une jungle du nord-ouest de l’Australie les grenouilles probablement les plus petites du monde. Les adultes ne mesurent que 1,3 cm, se distinguent par leur coassement très particulier et arrivent à faire des bonds 100 fois plus grands que leur taille.

Les dangers de la planche à roulettes

Aux États-Unis, où cette vogue a commencé vers 1973, les services d’urgence ont accueilli 3 682 blessés cette année-là. En 1977, la planche à roulettes a fait encore plus de victimes, 140 070 exactement.

Les "abonnés" de Concorde

1978 : Depuis que le célèbre supersonique assure des liaisons régulières entre l’Europe et les États-Unis, certains passagers sont devenus presque des "abonnés". Quarante-trois pour cent des passagers qui volent sur les Concordes de la British Airways n’en sont pas à leur premier vol sur cet appareil. La revue belge To the Point International ajoute que "cinq passagers ont plus de 50 vols sur Concorde à leur actif et que le record est détenu par un Américain qui en est déjà à plus de 63 vols sur cet appareil".

Un appareil de lecture pour aveugles

1978 : L’Institut de technologie du Massachusetts a mis au point une machine qui s’avère comme la plus grande découverte au service des aveugles depuis l’invention du braille. À l’heure actuelle, 14 exemplaires de cet appareil qui pèse 36 kilos sont en service dans des hôpitaux, des centres de rééducation et à la bibliothèque municipale de New York. Un lecteur optique balaie la page imprimée à l’aide d’un pinceau lumineux et transcrit ces informations en code binaire. Le lecteur optique est raccordé à un ordinateur qui analyse ces informations et les transforme en parole. Grâce à cette technique il devient possible de lire n’importe quel livre, alors que jusqu’à présent peu d’ouvrages étaient disponibles en braille. Pour l’instant, le seul défaut de l’appareil est son prix.

Les maris battus

1978 : Tout le monde plaint les enfants martyrs et les femmes battues. Mais peu de gens pensent aux maris battus. Un livre en anglais intitulé Le problème secret des conjoints battus révèle que diverses études et enquêtes ont fait apparaître qu’un Américain sur cinq est victime de la violence de sa femme, ce qui donne un total de 12 millions de maris battus, contre 28 millions de femmes dans la même situation. Hormis quand ils ont besoin de soins médicaux, peu d’hommes avouent qu’ils rencontrent ce problème. Par contre, beaucoup réclament anonymement conseil par téléphone.

Un plat express

1978 : À l’occasion d’une foire tenue en Chine populaire, un concours de cuisine a permis d’admirer la dextérité de certains chefs. L’agence Chine Nouvelle raconte qu’il n’a fallu que 2 minutes et 4 secondes pour préparer un émincé de poulet au piment... alors que le poulet était vivant au début de l’épreuve! Ce plat relevé qui provient de la Chine méridionale se sert avec des cacahouètes et porte le nom de "Bijoux du palais".

La vaccination des plantes

1978 : L’homme se soumet à la vaccination depuis de nombreuses années. Maintenant, cette pratique s’étend aux plants de tomates. La célèbre revue scientifique New Scientist a publié les travaux de plusieurs agronomes d’une université écossaise "qui sont parvenus à protéger leurs récoltes de tomates du redoutable virus de la mosaïque du tabac en vaccinant les jeunes plants". Les plants de tomates vaccinés ont produit en moyenne 680 grammes de plus que ceux qui étaient attaqués par la mosaïque du tabac. "Dans les conditions habituelles, ajoute l’article, il est impossible de prémunir une serre contre le virus de la mosaïque du tabac." Finalement la vaccination des plantes pourrait devenir une affaire très lucrative.

Record de pression

1978 : Un diamant s’est liquéfié comme du vulgaire plastique sous une pression égale à 700 fois celle qu’exerce le mont Everest sur la croûte terrestre. Des savants du laboratoire de géophysique de l’Institut Carnegie sont parvenus à soumettre un morceau de diamant à la pression de 1 770 tonnes au centimètre carré. C’est alors que le diamant s’est liquéfié.

L’influence de la lumière sur le bétail

1978 : Il semble que l’influence de la lumière n’agisse pas seulement sur la croissance des plantes. La revue Science a publié un article qui démontre que des vaches de race holstein, exposées 16 heures par jour à la lumière du soleil durant l’hiver, étaient de 10 à 15 pour cent plus grosses et donnaient plus de lait que les vaches exposées à la lumière du jour pendant 9 heures 50 minutes, selon la moyenne habituelle. Dans les deux groupes, le lait avait la même teneur en matières grasses et les vaches mangeaient la même quantité de foin. "Il suffit donc peut-être de jouer sur l’exposition du bétail à la lumière pour augmenter considérablement la quantité de produits alimentaires d’origine animale", conclut l’article.

Championne de dactylographie

1978 : Lors du championnat du monde des dactylos qui s’est déroulé à Rotterdam (Pays-Bas), la victoire est revenue à une Hongroise qui a tapé 18 665 caractères en 30 minutes, sans faire une seule faute. Cela revient donc à soutenir pendant une demi-heure un rythme de frappe de plus de 120 mots à la minute.

"Le moteur le plus puissant"

1978 : Youri Keiskiaïk, biologiste soviétique, écrit dans la revue Soviet Life que "le cœur de l’oiseau est le moteur le plus puissant du monde. En effet, dit-il, sous le rapport du poids qu’il déplace ainsi que de la vitesse et de la durée du vol qu’il autorise à l’oiseau, le cœur bat à plate couture n’importe quel moteur d’avion. Ce petit cœur renferme des mystères que les savants de diverses disciplines donneraient une fortune pour connaître".

Le baptême civique

1978 : Il ne s’agit pas d’une simple expression comme le baptême de l’air ou le baptême du feu, mais d’une authentique cérémonie. La première cérémonie de baptême civique fut pratiquée par la Fédération de Strasbourg en 1790, pour marquer l’attachement des parents à la révolution. Plus récemment, Alain Chenard, député-maire de Nantes, a procédé au baptême civique de sa première petite-fille, Ingrid, âgée de 2 mois et demi. Le Figaro rapporte qu’à cette occasion, le maire de Nantes a rappelé le sens de cette cérémonie qui se substitue au baptême religieux: "Le baptême civique est une manifestation au cours de laquelle le parrain et la marraine s’engagent, devant l’officier d’état civil, à prendre en charge totalement l’enfant en cas de disparition de ses parents."

Un autre danger de l’alcool au volant

1978 : Outre qu’elle augmente le risque d’avoir un accident au volant, l’ingestion d’alcool s’accompagne d’un effet secondaire sur le cœur qui accroît la mortalité de certains types de traumatismes. C’est du moins ce qui ressort d’une étude entreprise par le docteur G. Nicholas, de l’Université de Pennsylvanie. Au cours des recherches on injecta une solution d’alcool à des rats que l’on compara à un groupe témoin. Ensuite, tous les rats reçurent un traumatisme identique au choc de la poitrine d’un conducteur sur le volant de son véhicule, lors d’une collision. Quatre-vingt-dix pour cent des rats imbibés d’alcool sont morts, contre 20 pour cent seulement dans le groupe témoin.

Alerte à la peste

1978 : L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a signalé la capture de quatre rats atteints de la peste, parmi les 1 600 rongeurs ramassés dans un entrepôt de Kobe (Japon). La revue belge To the Point International signale que la peste serait à l’origine de "la mort de près de 43 millions de personnes à la fin du quatorzième siècle". La revue ajoute qu’il n’y a eu que "quelques rares épidémies depuis". Il y a 2 ans, l’OMS a signalé 741 cas de peste, dont 85 se sont terminés par un décès. En 1975, il y avait eu 49 cas en Angola, 16 au Mozambique et 12, au Zaïre. En 1976, il y a eu 50 cas à Madagascar. Mais de 1968 à 1976, il n’y a eu que 2 cas en Europe.

Les pommiers et les engrais

1978 : Au Japon, on a découvert que l’usage d’engrais chimiques fait mourir les pommiers en vingt ans, alors qu’ils vivent normalement de 70 à 100 ans. À la suite de diverses formes de cultures entreprises dès 1941, il est apparu que les pommiers qui poussent au milieu de l’herbe ont mal tenu parce que le sol devenait acide. Tous les arbres traités aux engrais chimiques sont morts vers 1958. Les pommiers qui se portent le mieux sont ceux dont l’engrais est constitué de compost.

Une prothèse magnétique

1978 : Le docteur W. Smith, de la Faculté de médecine d’Albany (États-Unis), a réalisé avec l’aide de spécialistes de la compagnie General Electric, une mâchoire supérieure entièrement artificielle pour un adolescent de 17 ans victime d’un accident de voiture. C’est la première prothèse du genre. Quatorze aimants au cobalt et au samarium maintiennent trois segments en plastique. La prothèse ne pèse que 85 grammes et s’enlève facilement pour le nettoyage.

Un "Superchien"?

1978 : Danny, un caniche de 7 ans, "visitait" le toit d’un bâtiment en construction à Alexandria (États-Unis), lorsqu’il entendit son maître le siffler. En bon chien obéissant, il prit aussitôt le chemin le plus court pour rejoindre son maître, plongeant dans le vide et atterrissant 43 mètres plus bas sur un tas de boue. Il se releva peu après en boitillant, presque indemne.

La tauromachie en déclin

1978 : Il n’y aurait plus que trois matadors vétérans en Espagne, dit la revue Parade. Les "aficionados qui savent distinguer l’habileté du travail de la poudre aux yeux disent que la tauromachie a cédé la place à un piège à touristes". Les jeunes Espagnols préfèrent devenir footballeurs professionnels.

Nouvelle contention des fractures

1978 : À l’hôpital St-Barbara de Gladbeck (RFA), on a remplacé des plâtres de contention par des étuis en mousse rigide fixés par une fermeture éclair. Outre qu’ils sont plus légers que le plâtre, ils sont plus durs et s’enlèvent plus facilement.

La Tamise est moins sale

1978 : Plusieurs années d’efforts pour nettoyer la Tamise ont été couronnées de succès. Une dépêche de l’agence Reuter signale que le fleuve "est redevenu si propre que le poisson y abonde". Effectivement, à l’occasion d’un contrôle effectué en cours d’année, on a pêché 200 poissons, dont des bars, des morues, des carrelets et des merlans.

Ne croquez plus à belles dents

1978 : On a cru longtemps que les pommes et les végétaux fibreux étaient excellents pour les dents. Mais le British Medical Journal soutient que l’acidité de la pomme est telle qu’elle n’offre aucune protection à l’émail des dents. En outre, la pomme ne nettoie pratiquement pas les gencives et les espaces interdentaires. Il semblerait que les fromages à pâte dure et les cacahouètes soient bien meilleurs pour les dents.

Une "première" sur l’Everest

1978 : Le ministère du Tourisme népalais a fait savoir que deux Autrichiens ont réussi l’ascension du mont Everest sans bouteille d’oxygène. Même pour dormir, les deux alpinistes âgés respectivement de 35 et 33 ans, se sont passés d’oxygène, alors que tous leurs prédécesseurs en avaient emporté afin de pouvoir respirer sur cette montagne la plus haute du globe (8 882 m).

"La vie en boîte" life canned

1978 : Sous ce titre insolite, L’Express rapporte que Steve Hoskins, 28 ans, agent immobilier, "s’est fait enterrer vivant à Henderson, dans le Kentucky, pour recueillir des fonds destinés aux enfants handicapés moteurs. Les donneurs glissent l’argent par un petit conduit jusqu’à la tombe où Steve Hoskins est seul à pouvoir compter la recette. Il a déclaré, au téléphone, qu’il ne sortirait pas avant d’avoir 2 500 dollars. Pendant ce temps, dans le Massachusetts, M. Country Bill White, également enterré vivant, depuis le 29 janvier, dans un cercueil de 1 m 80 sur 1 m, continue à regarder la télévision et à recevoir près de soixante appels téléphoniques par jour". Il compte battre ainsi, nourri par le motel voisin, le record mondial d’ensevelissement volontaire que détient un Belge, avec 217 jours et 31 minutes.

Une pyramide "expérimentale"

En 1978, Le Figaro signalait un projet de la télévision japonaise de construire une nouvelle pyramide, à échelle réduite, au pied de la pyramide de Chéops, en collaboration avec des égyptologues de l’université de Waseda, au Japon. "L’objectif de l’opération, selon les responsables, est de percer les mystères qui entourent la construction des pyramides. La réalisation de tels volumes témoigne d’une rigueur architecturale, d’une science mathématique qui laissent perplexe." Mais le gouvernement égyptien a mis fin à l’entreprise qui, dès l’origine, a dû faire face à des problèmes, tels que la hausse des prix de la pierre calcaire, hausse provoquée par ce projet de pyramide. Il a fallu creuser des fondations en béton; les traîneaux en bois conçus d’après le modèle qui transportait les pierres autrefois se sont effondrés; la main d’œuvre était difficile à trouver et, pour comble, les blocs de trois tonnes taillés à la main ne s’emboîtaient pas. Le journal égyptien Al Ahram a expliqué que la bâtisse "était d’apparence difforme".

L’euthanasie en France

Le 13 avril 1978, le sénateur Henri Caillavet a déposé sa proposition de loi sur le "droit de vivre et de mourir". Selon L’Express, ce projet suppose deux conditions: "Le caractère incurable de l’affection" et le constat par trois médecins que le mal "est de nature à entraîner inéluctablement le décès". "Dans ce cas, poursuit le journal, le malade qui aura signé devant deux témoins neutres — c’est-à-dire n’appartenant ni à la famille ni à ses amis — aura la garantie que sa volonté de mourir sans acharnement thérapeutique sera respectée. Cette ‘charte de mort’ devrait être renouvelée tous les cinq ans. Elle pourrait être annulée par son signataire à tout instant. (...) La loi française est stricte: l’euthanasie active relève de la cour d’assises; laisser mourir, en revanche, n’est qu’un acte de non-assistance à personne en danger. En URSS et en Italie, les inculpés bénéficient toujours des circonstances atténuantes. En Suisse, seuls les tribunaux correctionnels sont compétents." Le professeur Schwartzenberg, célèbre cancérologue, a avoué lui-même "avoir aidé de grands malades à mourir", ajoutant: "Selon l’issue, on parle de persévérance des médecins ou d’acharnement. Dans de telles conditions, je vois mal comment on peut légiférer sur de telles questions."

Une page de journal transmise par satellite

1978 : Pour la première fois au monde, une page de journal en couleurs a été échangée entre la France et les États-Unis, par satellite. Le Figaro précisait qu’il s’agissait d’une page bilingue, commune au "Progrès" et au "Saint-Louis Global democrat", journaux associés pour cette expérience organisée en France, à l’occasion du congrès "Aviation jeunesse", tenu à Lyon. Depuis l’Amérique, cette page a gagné, tous les jours, pendant une semaine, l’Europe, par l’intermédiaire d’un satellite "Intelsat IV A". Autre liaison par l’espace, un des satellites franco-allemands, "Symphonie", transmettait cette même page de l’imprimerie du "Progrès".

Luminosité et peinture

1978 : En choisissant bien la couleur avec laquelle vous allez peindre une pièce, vous augmenterez sa luminosité et vous diminuerez d’autant votre note d’électricité. Selon une revue (Changing Times), un plafond peint en blanc permet de mettre des ampoules moins fortes. L’article ajoute: "Un mur peint en bleu clair réfléchit 75 % de la lumière dans la pièce, alors qu’un mur peint en bleu roi n’en réfléchit que 40 %."

La fatigue scolaire

1978 : "Les écoliers allemands sont souvent épuisés avant d’arriver à l’école. La raison: leurs cartables sont trop lourds", explique Die Welt, journal ouest-allemand bien connu. L’article ajoute: "En fondant son étude sur les écoles de Francfort, l’Institut constate que les cartables de cent vingt-cinq écoliers pèsent en moyenne 4,48 kilogrammes, ceux des élèves des grandes classes, 4,44 kilogrammes, et les cartables des lycéens, 3,58 kilogrammes. Les élèves les plus jeunes doivent donc porter les cartables les plus lourds (...) Seconde surprise, parmi les résultats de cette enquête: ce ne sont pas les manuels scolaires qui pèsent le plus. Les experts ont ainsi pesé plus de mille livres pour obtenir des chiffres valables. Les livres pour les enfants de six à dix ans pèsent en moyenne 2,12 kilos, contre 3,51 pour les élèves de dix à quatorze ans, et 3,61 pour les élèves de plus de quatorze ans. En d’autres termes, si le poids des livres scolaires augmente avec l’âge des élèves, le poids de leurs cartables, en revanche, diminue.

Un risque d’électrocution

1978 : Neuf compagnies japonaises d’électricité dépensent un total de près de 5 millions de francs français chaque année pour décrocher les cerfs-volants pris dans les fils électriques. Au cours de l’année 1977, 9 912 employés n’ont travaillé qu’à cela. Les compagnies demandent aux jeunes gens d’éviter de lancer des cerfs-volants près des lignes électriques et elles les invitent à téléphoner si un cerf-volant s’est quand même pris dans des fils. Elles précisent: "Ne courez pas le risque de vous électrocuter."

Un vrai perce-oreille

1978 : Affublé de ce nom sur sa réputation de s’introduire dans l’oreille, le perce-oreille a vu longtemps sa réputation contestée. Mais récemment un médecin de Flagstaff (États-Unis) a extrait l’une de ces bestioles de l’oreille d’un étudiant âgé de 25 ans. Il trouva six paires de blessures dans la caisse du tympan ainsi qu’une minuscule déchirure du tympan lui-même, blessures qui, à n’en pas douter, avaient été provoquées par les pinces de l’insecte. Deux jours après l’extraction du perce-oreille, le jeune homme ne souffrait plus et les blessures cicatrisèrent rapidement. La revue Medical World News dit que "lors d’un examen de contrôle, trois mois plus tard, tout était redevenu normal".

L’alcoolisme progresse chez les jeunes

1978 : Le Figaro rapporte les conclusions d’une commission de l’Académie nationale de médecine, "qui se déclare préoccupée par la persistance de l’abus des boissons alcooliques dans toutes les classes de la société, sans distinction d’âge ni de sexe". "En 1977, dit l’article, il a été consommé l’équivalent de 24,2 litres d’alcool absolu par habitant au-dessus de 20 ans, ce qui place notre pays en tête de la consommation mondiale. L’alcoolisme progressif se manifeste sous une forme camouflée, à un âge de plus en plus précoce. (...) L’alcoolisme ne préoccupe pas que les responsables français. Sa progression est notée dans tous les pays. Ainsi, les Hollandais font savoir que leur consommation vient de dépasser celle des Polonais. Selon leurs statistiques, les plus grands buveurs sont, dans l’ordre et après les Français: les Portugais, avec 14,1 litres, les Luxembourgeois, 13,4 litres, les Italiens, 12,7 litres, les Allemands de l’Ouest, 12,5 litres, ceux de l’Est, 8,1 litres, les Autrichiens, 11,2 litres. Les plus sobres seraient les Sud-Africains, avec une ration de 2,3 litres par habitant." Après avoir énuméré les mesures préventives et dissuasives prises pour enrayer ce fléau, l’article conclut par cette intéressante réflexion: "Émettre des vœux, se lamenter et sévir, c’est un premier pas. Mais il reste à découvrir pourquoi l’humanité cherche si désespérément à se perdre dans l’alcool. Si l’on veut porter un vrai secours, il faut apprendre à déchiffrer l’appel que représente l’alcool."

La télévision et les enfants

1978 : Les programmes de télévision qui présentent des super-héros du genre "Superman", "Batman", etc., ont un effet néfaste sur les jeunes spectateurs. Cette opinion fut exprimée dans The Korean Herald, qui rapportait le cas d’un enfant de six ans mort à Séoul en sautant du haut d’un pont. Il y a aussi le cas d’une fillette de quatre ans qui a essayé de voler comme son héroïne de la télévision. Elle grimpa sur le toit du pavillon familial et se lança dans le vide. Elle ne survécut que "de justesse", avec de graves lésions à la tête. Interviewé, son père expliqua qu’elle avait déjà essayé de sauter de la table ou d’une chaise pour faire comme une émule féminine de "Superman" à la télévision. "Naturellement, ajouta-t-il, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour qu’elle s’intéresse à ses jouets plutôt qu’à la télévision."

Un oiseau disparu retrouvé au Pérou

1978 : Selon une dépêche de l’Agence France-Presse, des chercheurs péruviens ont redécouvert dans certaines forêts du pays le pénélope à ailes blanches, oiseau qu’on croyait disparu depuis un siècle. Le Figaro explique que "dans une présentation à l’Académie des sciences, M. Jean Dorst, directeur du Muséum d’histoire naturelle, a révélé que cette espèce de faisan du Nouveau Monde avait été retrouvé dans les forêts du nord du Pérou alors que les trois derniers spécimens connu ont disparu en 1870".

Les vers à soie au régime

1978 : La production de la soie est entièrement tributaire du ver à soie, qui se nourrit de feuilles de mûrier, comme chacun sait. Malheureusement ce genre de feuilles n’est disponible que pendant une partie de l’année. D’autre part, elles coûtent cher à stocker et la plantation du mûrier est, elle aussi, onéreuse. Or, s’ils n’ont pas ces feuilles à manger, les vers à soie ne tissent pas de cocon ou, s’ils en filent un, il pèse moins lourd que la normale. Alors? Yasuyuki Yamada et Asao Okamoto, de l’université de Kyoto, sont arrivés à cultiver artificiellement les cellules du mûrier. Selon la savante revue britannique New Scientist, ces "cellules constituent un très bon substitut aux feuilles de mûrier, aussi longtemps qu’on les cultive à la lumière". En comparaison des cellules incolores cultivées dans le noir, celles-ci sont verdâtres et les vers à soie les préfèrent "bien qu’elles ne contiennent qu’un pour cent de la chlorophylle présente dans les feuilles de mûrier normales". Grâce à cette alimentation artificielle, "on obtient des rendements élevés et une soie de qualité". Les chercheurs estiment que leur découverte va faire baisser le coût de la production, quoiqu’ils n’aient pas encore évalué le prix de revient de leur culture artificielle.

Âgés mais pas plus

1978 : Le village andin de Vilcabamba, au sud de l’Équateur, a longtemps piqué la curiosité des savants, à cause de ses habitants dont la prétendue longévité pouvait atteindre jusqu’à 140 ou 150 ans. Toutefois, une enquête récente a fait apparaître qu’aucun de ces villageois n’a plus de 96 ans. En étudiant attentivement les registres de baptêmes, de mariages et de décès, on s’est aperçu qu’un homme qui se prétendait âgé de 127 ans n’en avait que 92 et qu’une femme qui se donnait 96 ans n’en avait que 81. La raison de cette apparente longévité était que les mêmes noms sont répétés plusieurs fois sur les registres de baptêmes, qui par là deviennent très sujets à caution. L’une des chercheuses, Sylvia Forman, de l’université de Berkeley, a révélé que "la longévité des habitants de Vilcabamba ne diffère que peu ou pas du tout de celle qu’on rencontre partout ailleurs dans le monde".

"Médecins" volants

1978 : Pour transporter des échantillons de sang ou de tissus dans un tube en plastique depuis l’hôpital de Devonport (Angleterre) jusqu’au laboratoire de Plymouth, à trois kilomètres de là, on se sert de pigeons. À part quand il fait nuit ou quand il y a du brouillard, on utilise régulièrement leurs services, car ils ne mettent que 4 minutes pour faire le trajet, contre 12 minutes quand on emmène les échantillons en taxi. Qu’est-ce qui retient les pigeons d’aller se perdre dans la nature? La revue Parade donne le fin mot de l’affaire: "Ils savent tout simplement qu’ils sont attendus par leur conjoint au grenier du laboratoire."

Vêtements cancérigènes

1978 : Un article paru dans Le Monde mettait le public en garde contre des vêtements de nuit ignifugés pour enfants, interdits aux États-Unis, mais vendus chez certains soldeurs et revendeurs de "surplus" américains. "Identifiables grâce à un macaron ‘Flame retardant’ ou ‘Flame resistant’ sur la pochette d’emballage, ils sont bon marché (environ 18 FF) mais dangereux. Le produit qui a servi à les ignifuger, le tris, a été interdit aux États-Unis par la Consumer Safety Commission, le 8 août 1977, en raison de son pouvoir cancérigène et mutagène. Le tris pénètre dans l’organisme par absorption cutanée et souvent par voie buccale chez les jeunes enfants ‘suceurs’. Chez les bébés jusqu’à un an, le risque de cancer serait de 1%." Au moment où l’interdiction a été prononcée aux États-Unis, il y avait un stock de vingt millions de vêtements que les fabricants cherchent à écouler.

Des nains à Lilliput

1978 : Désormais Lilliput, célèbre ville décrite par Jonathan Swift dans Les voyages de Gulliver, ne sera plus une ville légendaire. Situé près d’Hassloch (RFA), un parc d’attraction nommé Lilliput a été créé en 1971 "par un groupe de nains du monde du spectacle qui voulaient un endroit à eux entre deux tournées". Le journal belge To the Point International explique que tout est conçu à l’échelle des nains. Les habitants viennent non seulement d’Allemagne, mais de Grande-Bretagne, de Hongrie et de Suède. Ils exercent les métiers de cordonnier, tailleur, maçon, etc. Le plus petit nain du monde, un homme de 23 ans qui ne mesure que 78 centimètres, y a élu récemment domicile en compagnie de son frère et de sa sœur cadets. Tous trois venaient d’Izmir (Turquie).

Peut-on mourir d’émotion?

1978 : Écrivant dans Sélection, le docteur George Engel, spécialiste des maladies psychosomatiques, a publié une enquête sur les morts subites d’origine émotive. "Fait notable, dit-il, la majorité des victimes n’avaient aucune maladie reconnue, et les autres n’étaient pas réputées être dans un état grave." Les circonstances de ces drames se répartissaient en quatre catégories: "La première, la plus nombreuse, c’était la rupture exceptionnellement cruelle de liens affectifs étroits, parfois le simple souvenir de cette perte, par exemple l’anniversaire d’un deuil." La deuxième catégorie de circonstances fatales, "c’était une situation dans laquelle l’individu s’est cru menacé dans son intégrité physique, voire dans sa vie même". La troisième catégorie groupait des morts subites "provoquées par une déception, un échec, la déchéance, la honte". Enfin, dans la dernière catégorie, "les circonstances étaient plus surprenantes, puisqu’il s’agissait d’événements agréables: succès d’une entreprise de longue haleine, réunions joyeuses, dénouements heureux". Le docteur Engel suggérait "que le médecin traitant qui s’occupe de cardiaques ou de malades chroniques s’efforce, dans la mesure du possible, de les prémunir contre les chocs émotifs en leur prescrivant, dès qu’il en pressent le risque, la prise d’un antiarythmique", et de les prévenir que les tranquillisants peuvent augmenter l’arythmie. La Bible n’est pas muette sur le rôle des émotions dans la santé. Elle cite plusieurs cas de morts dues à l’émotion (par exemple en I Samuel 25:37, 38) et donne ce sage conseil: "Un cœur calme est la vie de l’organisme de chair, mais la jalousie est de la pourriture pour les os." — Prov. 14:30.

Attention aux boissons gazeuses!

1978 : Dans une lettre adressée au Journal de l’Association des médecins américains, le docteur Daniel Thompson écrit qu’il a noté une corrélation entre l’hématurie (du sang dans les urines) et l’absorption de boissons gazeuses. Il cita le cas de deux hommes qui travaillaient dans une fabrique de boissons gazeuses. "Quand ils avaient soif, ils se servaient une boisson gazeuse. Ils ne buvaient presque jamais d’eau." Leurs troubles disparurent dès qu’ils cessèrent d’absorber ces boissons. Depuis lors, ce médecin a découvert de nombreux cas où la présence de sang dans les urines "était due à une consommation abusive de boissons gazeuses". Il a également relevé "un nombre considérable" de gens dont les urines étaient purulentes, trouble qu’il estime "en rapport avec l’absorption régulière de boissons gazeuses". En conclusion, il déclara: "Dans une société comme la nôtre où adultes et enfants abusent des boissons gazeuses, lorsque les patients se plaignent qu’ils ne peuvent manger à cause de brûlures d’estomac, qu’ils ne peuvent dormir parce qu’ils prennent trop de caféine et qu’ils ont des brûlures au moment des mictions, il faut systématiquement leur demander s’ils absorbent des boissons gazeuses."

"Vin antivirus"

1978 : Sous ce titre L’Express publie les conclusions du bulletin suisse "Pharma-information", selon lequel des virus du rhume, de la poliomyélite, de l’herpès fébrile et de certaines affections intestinales ont perdu leur nocivité après que des chercheurs les eurent immergés dans du vin. "Le rouge semble plus efficace que le blanc." En France, continue l’article, "le docteur Maury a publié aux Éditions du Jour ‘Soignez-vous par le vin’: il y trouve un vin pour chaque maladie (sauf la cirrhose du foie). (...) Il est sûr que les rouges de Bordeaux, du Roussillon et de Catalogne sont reconstituants. Et si les fraises vous donnent de l’urticaire, vous pouvez tenter de l’atténuer en les faisant macérer pendant vingt minutes dans un rouge léger: pour certaines personnes, le traitement est efficace. Mais non remboursé par la Sécurité sociale".

Les fugues en Italie

1978 : L’Espresso révèle que de plus en plus de jeunes âgés de moins de 18 ans font des fugues. En 1976, ils étaient plus de 6 000, soit 53,8 pour cent de plus que l’année précédente. D’autre part, contrairement à ce qui se passait jusque-là, les fugueuses étaient plus nombreuses que les garçons.

Désinfection par le froid

1978 : À la bibliothèque de l’université de Yale on a entrepris de détruire systématiquement tous les insectes qui se mettent dans les livres rares, d’autant plus que certaines espèces mangent le papier, la colle et le cuir des ouvrages. Par chance, peu de livres avaient souffert; toutefois on prit des mesures préventives consistant à faire séjourner quelque 37 000 livres dans un congélateur. On plaça les livres dans des sacs en plastique, puis on les réfrigéra à − 30 °C. Trois jours plus tard, ils étaient remis en place sur les étagères, débarrassés des insectes. Cette méthode, nettement plus efficace et commode que la fumigation, a progressivement été étendue à tous les livres.

Les naissances en Suède

1978 : Au cours de l’année passée, la Suède n’a enregistré que 96 000 naissances, chiffre le plus bas jamais observé depuis 1749, année où l’on commença à tenir des registres d’état civil dans ce pays. L’explication de ce fléchissement de la natalité tient à la fréquence des "interruptions de grossesse". En effet, une grossesse sur quatre se termine par un avortement.

Présence forcée

1978 : Ayant remarqué qu’un certain nombre de ses paroissiens quittaient l’église avant la fin de la messe, le curé de l’église St-Patrick de Garryowen (États-Unis) a fait installer une porte à verrouillage électronique. Ensuite, il lui a suffi de pousser le bouton pendant la messe pour que la porte se bloque, et les "fuyards" ont été obligés de regagner leur siège. Mécontents d’être "bloqués, dans l’église", des paroissiens sont allés se plaindre à un service de sécurité qui a aussitôt fait débrancher le verrouillage électronique de la porte.

Grenouilles sauteuses

1978 : Plusieurs grenouilles ont été envoyées en Californie, au collège Croaker, pour y subir une préparation intensive en vue des championnats du monde de saut qui allaient avoir lieu en mai suivant. Selon L’Express, le programme d’entraînement a duré treize semaines. Il comprenait des "poids et haltères, barres parallèles, massage [et] sauna". Jusque-là, le record du monde de saut en longueur était de 6,17 mètres.

Machine à écrire à la dictée

1978 : Les spécialistes de l’Institut de recherches électroniques appliquées de l’université d’Hokkaido (Japon) ont mis au point une machine à écrire qui convertit en lettres le japonais parlé. Les experts considèrent qu’il faudra attendre encore deux ans avant de pouvoir commercialiser une telle invention.

Atterrissage forcé

1978 : Que faire quand la roue avant d’un petit avion de tourisme ne veut pas s’abaisser entièrement? Six passagers ont assisté à leur sauvetage insolite sur la piste de l’aéroport d’Orange, en Australie. Deux voitures, un câble tendu entre elles, roulèrent à 160 kilomètres à l’heure le long de la piste. Lorsque les roues arrière de l’avion touchèrent terre, on abaissa la roue avant jusqu’à ce qu’elle entre en contact avec le câble. Ensuite, les voitures prirent de la vitesse pour bloquer la roue avant en position d’atterrissage. Le pilote releva alors le nez de son appareil pour permettre aux deux voitures de repartir avec le câble, et finalement l’avion atterrit normalement.

Une bonne coupe pour les chirurgiens

1978 : Le Journal des médecins britanniques (angl.) a publié un article expliquant que les cheveux longs des chirurgiens anglais font courir des risques d’infection à leurs patients. Le docteur Norman Simmons, auteur de l’article, écrit: "Ils portent une calotte qui tient comme elle peut sur leur abondante toison." Malheureusement, leurs cheveux sont souvent contaminés par des microbes et font courir des risques d’infection aux opérés. De leur côté, les chirurgiens chevelus se plaignent que les coiffes qui enveloppent complètement les cheveux leur tiennent trop chaud. L’article pose donc la question suivante: "Si les chirurgiens et les anesthésistes ne supportent pas la chaleur, ils n’ont qu’à se faire un chignon ou se couper les cheveux. Est-ce trop leur demander, ou bien, comme Samson, vont-ils perdre leur force?"

Des acacias au Tchad

1978 : Pour faire face à la sécheresse qui frappe le Tchad depuis plusieurs années, on a mis au point un programme de plantation d’acacias qui permettra de lutter contre la désertification. Jusqu’à présent, on a planté 3 540 hectares de cet arbre robuste dont les agriculteurs ont découvert peu à peu les qualités. Le Times de Londres note que "le choix s’est porté sur l’acacia parce qu’il s’adapte remarquablement aux terres semi-arides, grâce à une caducité réversible. Il donne de l’ombre et de l’humus au sol quand tout est mort et desséché depuis longtemps et il reste caduc quand d’autres plantes ne sont plus bonnes qu’à faire du fourrage". Ce sont vraisemblablement ces qualités qui ont fait de l’acacia le bois dont les Israélites disposèrent dans le désert du Sinaï pour construire le tabernacle. — Ex. chaps. 25-27, 35-38.

Pourquoi tu tousses?

1978 : Des cardiologues californiens se sont aperçus que tousser pendant une crise empêche un cardiaque de perdre conscience avant l’arrivée des secours. En toussant toutes les une à trois secondes, il permet au sang qui est dans son cœur de circuler. "On saisit tout de suite l’application de cette technique chez les grands cardiaques, pour qui le risque d’une mort subite est particulièrement élevé, expliqua l’un des chercheurs au Medical Tribune. On peut imaginer qu’un patient, découvrant qu’il fait une fibrillation ventriculaire [pendant une crise cardiaque] et qui ‘se sent partir’, se mette à tousser, appelle du secours au téléphone et continue de tousser jusqu’à l’arrivée des secours."

Croisière pour gros budgets

1978 : Le Queen Elizabeth II est parti en janvier 1978 pour une croisière de trois mois dans le Pacifique, croisière qui apparaît comme la plus longue et la plus fastueuse jamais faite sur ce paquebot. Les 1 400 passagers ont consommé plusieurs tonnes de caviar et de homard, ils ont bu des milliers de bouteilles de champagne et ils se sont régalés des mets les plus raffinés durant leur périple de 58 000 kilomètres. Le personnel qui se chargeait de les choyer et de les distraire comprenait 1 000 hommes d’équipage, 690 musiciens, 120 artistes de variétés et 217 conférenciers. À combien revenait cette croisière? À titre indicatif, les deux suites d’appartements situées sur le pont s’étaient louées 800 000 francs français chacune.

La responsabilité des parents

1978 : Le conseil municipal de Chicago a passé un décret qui exige que les parents paient les dégâts causés par leurs enfants. La loi a pour but de combattre la "délinquance parentale", et, d’après le New York Times, les quartiers qui l’ont déjà appliquée ont "noté une régression notable du vandalisme".

Une grande brûlée sauvée

1978 : Un communiqué de l’agence Chine Nouvelle nous apprend que des chirurgiens de Changhaï auraient réussi à sauver une femme de 36 ans brûlée presque à cent pour cent. Elle portait des brûlures au troisième degré sur 94 pour cent du corps, à la suite d’un incendie survenu dans son usine en juin 1977. Les chirurgiens lui avaient fait des greffes de peau à partir de lambeaux prélevés sur son crâne et sur la plante des pieds, à raison d’une greffe tous les trois jours. "La peau neuve s’est bien régénérée sur l’ensemble du corps et la victime commence à marcher." L’agence Reuter fait remarquer que "la médecine occidentale a rarement sauvé un brûlé atteint au troisième degré sur plus de 80 pour cent de sa surface corporelle".

Abolition des châtiments corporels

1978 : Les châtiments corporels pratiqués dans l’île de Man ont fait l’objet de violentes attaques sous prétexte qu’ils représentaient "une humiliation". La Commission européenne des droits de l’homme a présenté l’accusation devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. Toutefois, la législation de l’île de Man considère le fouet comme "une prime d’assurance contre la violence". Seuls les délinquants âgés de 15 à 20 ans sont fouettés des 6 coups de trique réglementaires. Dans cette île de 60 000 habitants, la criminalité est inférieure à celle de la Grande-Bretagne, où la loi sur les châtiments corporels a été abolie en 1948.

Faut-il mettre les enfants au lit?

1978 : "Si, au moindre symptôme que présente votre enfant, vous en faites toute une affaire en le mettant au lit avec des médicaments, en ne l’envoyant pas à l’école et en appelant le médecin pour la moindre bagatelle, vous allez en faire un hypocondriaque à vie." Tel est l’avis du docteur Ronald Illingworth, professeur de pédiatrie à l’université de Sheffield (Angleterre). Les recherches cliniques menées sur place montrent que les enfants fiévreux qu’on laisse se lever guérissent aussi bien que ceux qui restent au lit. Ce médecin a ajouté: "Je ne vois aucune raison de garder un enfant au lit pour la varicelle, les oreillons, la rougeole, la coqueluche, un rhume, une diarrhée, une angine, de l’asthme ou un mal au ventre si cet enfant se sent assez bien pour rester debout et s’il en éprouve le désir. (...) Il est évident qu’un enfant fiévreux qui a la rougeole préférera rester au lit, mais dès qu’il aura envie de se lever, il ne faut pas l’en empêcher." Évidemment, ce point de vue n’engage que son auteur.

Enfin un peu d’humilité

1978 : Au lieu de célébrer tout ce que les savants ont découvert, une encyclopédie de tout ce qu’ils ignorent vient de paraître en Angleterre; il s’agit de l’Encyclopédie de l’ignorance (Encyclopædia of Ignorance). Les éditeurs ont remarqué que parmi les 58 savants célèbres qui ont participé à sa rédaction, "les plus renommés étaient les plus prompts à nous révéler ce qu’ils ignorent". Cet ouvrage de 450 pages pose quelques problèmes restés sans réponse, tels que l’origine de l’univers, le déclenchement du sommeil, l’état de conscience, le siège et le fonctionnement de la mémoire dans le cerveau, ainsi que bien d’autres énigmes. James Crick, chercheur en biologie moléculaire et lauréat du prix Nobel, fit cet aveu: "Nous savons comment l’organisme peut édifier des molécules, alors que la plus grosse est invisible à l’œil nu, mais nous ignorons comment se font des choses que tout le monde peut voir, telles qu’une fleur, une main ou un œil." Les éditeurs ajoutent: "Notre savoir n’est qu’une petite mare à côté de l’océan de notre ignorance."

Un mets "spécial" en voie de disparition

1978 : Le potage aux nids d’hirondelles devient de plus en plus rare. Le journal belge To the Point International rapporte que "le musée du Sarawak n’a plus que cinq ramasseurs professionnels de nids qui exercent leur activité dans les grandes grottes calcaires de Niah". Ces hommes sont âgés et "peu de jeunes sont disposés à grimper jusqu’à 120 mètres de haut à l’aide d’une simple perche de bambou pour décrocher les nids du plafond des grottes. Ce travail difficile a déjà coûté la vie à plusieurs personnes au cours de l’année". Hormis cet endroit, les meilleurs nids d’hirondelles se trouvent dans les grottes du Madei, près de Lahad Datu. Là aussi ils deviennent rares. Les insecticides jouent un rôle dans ce phénomène, car ils rendent les œufs plus fragiles. En outre, ils entrent dans la composition de la salive que la salangane utilise pour faire son nid.

Le plus vieux gorille en captivité

1978 : Le plus vieux gorille gardé en captivité s’appelle Massa. Il vient d’atteindre l’âge respectable de 47 ans et vit au zoo de Philadelphie (États-Unis). Les responsables du zoo ont vu mourir, à la suite d’une crise cardiaque, un gorille obèse âgé de 34 ans, aussi imposent-ils un régime à Massa qui pèse 136 kilos. Il a droit à deux carottes, six oranges et deux seaux de choux frisés, auxquels ils ajoutent des racines, des brindilles et des feuilles d’arbres ou d’arbustes. Ce menu quotidien se termine par un dessert: un gâteau d’un kilo bourré de vitamines, de protéines et de sels minéraux.

Exhibitionniste et masochiste

1978 : Esprit de sacrifice, rédemption ou bien exhibitionnisme? Pour la quinzième année consécutive, un médecin assistant philippin, Juanito Piring, s’est fait clouer sur une croix réellement et volontairement. Selon L’Express, "après avoir porté sur 3 km une vraie croix de bois jusqu’à une estrade tenant lieu de Golgotha, on lui a enfoncé dans les mains des clous longs de 8 cm". La Bible dit: "Ces choses possèdent certes une apparence de sagesse: culte librement choisi, fausse humilité, dur traitement du corps, mais elles n’ont aucune valeur pour combattre la satisfaction de la chair." — Col. 2:23.

Coûteuse vanité

1978 : À Tokyo, un groupement anonyme a envoyé des lettres à des cultivateurs pour les flatter et leur dire qu’ils allaient recevoir une médaille d’or ainsi qu’une citation. Tout ce que l’on demandait à ces fermiers était d’envoyer 15 000 yens (environ 250 francs) pour couvrir les frais d’envoi. Selon le rapport de la police, "pas mal" de pigeons se sont fait prendre et ils y ont laissé quelques plumes. Pendant ce temps la police continue de rechercher les auteurs de l’escroquerie. La Bible a bien raison de dire: "Les choses de valeur provenant de la vanité diminuent." — Prov. 13:11.

L’origine du crime

1978 : Nos lectures peuvent-elles nous inoculer des pensées dangereuses? Oui, si l’on analyse un meurtre qui s’est produit à Créances, dans le Cotentin. Le meurtrier reconnut qu’il avait trouvé le nom d’un certain poison dans un roman d’Agatha Christie. Il avait versé le poison dans une bouteille de vin, mais il n’avait pas prévu que ses victimes seraient son oncle et sa tante

Un exorciste officiel

1978 : L’Église anglicane vient de nommer exorciste un évêque de 70 ans. C’est, paraît-il, la première fois qu’un membre du haut clergé détient cette charge. Certains théologiens critiquent le rituel d’exorcisme de l’Église, dans lequel interviennent des cantiques et des prières pour expulser "le malin qui s’est introduit".

Un petit air penché

En 1977, pour la première fois depuis 1907, la célèbre tour de Pise a cessé de s’incliner. Au cours des trois années passées le mouvement s’était ralenti à un demi-millimètre par an. Les experts ne connaissent pas encore bien l’explication de ce phénomène, mais l’État envisage toujours de renforcer les fondements de l’édifice. À présent, le sommet de la tour s’est stabilisé à cinq mètres de la verticale.

Le passé de l’Afrique

1978 : Il ne reste que peu de documents sur l’histoire ancienne de l’Afrique, aussi l’Institut Frobenius de Francfort s’intéresse-t-il à l’étude de l’architecture africaine. "Ces quelques restes de la puissance et de la richesse des anciens royaumes de l’Afrique" vont nous donner la clé du passé, explique la revue Africa. L’article note que d’après les documents, les rois du Ghana "régnaient autrefois sur un État plus grand et plus riche que l’Empire britannique à la même époque". En outre, "les Portugais qui visitèrent le Bénin à la fin du quinzième siècle le jugèrent au même niveau que leur pays".

 "Les historiens sont de plus en plus convaincus que 1 000 ans avant l’arrivée des premiers Européens, les Africains vivaient dans une société hautement organisée et dont la grandeur se manifestait dans la civilisation, l’armée, la religion, le système juridique et, bien entendu, dans l’art et l’architecture."

La vitesse du courrier en 1789

1978 : Le Parlement britannique vient de recevoir une plainte sur la vitesse du courrier entre Londres et Paris. Lord Boyd Carpenter affirma qu’une lettre met actuellement douze à treize jours pour faire ce trajet. Il ajouta: "C’est deux fois le temps que les lettres mettaient avant la Révolution française."

Mettez du foin dans votre moteur

1978 : Un inventeur a mis au point un carburant "végétal". Selon Le Figaro, "les déchets végétaux de tous ordres: herbes, paille, branches d’arbre et tiges de maïs que l’on brûle généralement pour s’en débarrasser, permettent d’extraire un carburant de haute qualité". Le carburant inventé a 98 degrés d’octane. "Incolore, inodore, il brûle sans dégager de fumée, mais il ne peut détacher les vêtements, car il ne contient pas de détergent." Depuis plusieurs années de nombreux pays s’intéressent aux carburants végétaux". Des recherches très prometteuses ont été, en particulier, réalisées sur les euphorbiacées. "Certaines espèces d’euphorbes sécrètent, en effet, des essences qui pourraient remplacer de façon compétitive les carburants traditionnels automobiles."

Comment combattre la chaleur

1978 : Les expériences menées au centre de recherches cliniques de Harrow, en Angleterre, ont révélé qu’on résiste mieux à la chaleur en buvant du thé chaud que des boissons glacées. "Les boissons glacées ne font que rafraîchir localement la bouche, rapporte le journal New Scientist, mais le thé fait baisser la température de la peau de un à deux degrés dans les neuf minutes qui suivent l’absorption d’une tasse. La température redevient peu à peu normale au bout de 15 minutes, mais le sujet se sent à l’aise et il ne souffre pas de la chaleur ni de la transpiration." Il est vraisemblable que toute autre boisson chaude donnerait le même résultat.

Ordinateurs "désinfectés"

1978 : Les ordinateurs qui contrôlent le trafic ferroviaire sur les trains rapides qui joignent Tokyo et Fukuoka sont désinfectés". Dernièrement, un ordinateur avait enregistré une vitesse de 210 kilomètres à l’heure alors que le train était à l’arrêt en gare de Nagoya. Pourquoi? Un cafard s’était introduit dans les instruments de mesure. La direction a fait "désinfecter" l’ordinateur à l’insecticide.

De l’ail inodore

1978 : Une nouvelle variété d’ail vient d’apparaître sur le marché japonais, un ail inodore. Il a fallu dix-neuf ans à Toshio Nakagawa, fermier de soixante-six ans qui cultive habituellement le riz, pour mettre cette variété au point. Tous les ans il repiquait les ails qui sentaient le moins fort et finalement il parvint à obtenir toute une récolte d’ails inodores. Les experts lui expliquèrent que sa variété retournerait rapidement à la souche normale. Aussi attendit-il six autres récoltes. Son ail était toujours aussi inodore. À présent, la société Mitsubishi va diffuser ce produit qui coûtera environ deux fois plus cher que l’ail normal.

La géante a cessé de grandir

1978 : Sandy Allen (vingt-deux ans) était considérée comme la femme la plus grande du monde. Elle mesure 2,32 m, mais elle vient de s’apercevoir qu’elle a cessé de grandir. Dernièrement elle a subi une opération de l’hypophyse; elle s’explique ainsi: "J’avais une tumeur de l’hypophyse qui faisait sécréter trop d’hormones de croissance à cette glande. Les médecins m’ont expliqué que je risquais de la garder toute la vie et que ma haute taille venait de là." L’opération consista également à détruire certains centres du cerveau qui contrôlent le goût et l’odorat. Bien qu’elle ait recouvré à peu près l’usage de l’odorat, la malade n’a que très peu de goût. "Ce n’est pas plus mal, dit-elle, car cela m’aide à perdre du poids. Je suis descendue à 185 kilos, soit 23 kilos de moins qu’en mai dernier. Je pense que je mange moins parce que la nourriture n’a plus si bon goût."

"Les dents ne mentent pas"

1978 : Pendant qu’il était en train de piller un bureau de Southport (Angleterre), un malfaiteur découvrit une pomme dans un tiroir et il mordit dedans puis la rejeta aussitôt. Il alluma ensuite un incendie criminel qui détruisit tout le bâtiment, mais pas le bureau. La pomme était intacte. Aussitôt la police la transmit à Liverpool, au domicile de John Furness, spécialiste des marques de dents. Cinq jours plus tard, le malfaiteur était arrêté. Le tribunal soutint que les marques de dents sont une preuve aussi valable que les empreintes digitales et il condamna l’homme à trois ans de prison. Selon Furness, "il n’y a pas deux personnes dont la denture soit identique. De même que chaque forgeron a sa manière de tenir son marteau, ou chaque cambrioleur d’utiliser sa pince monseigneur, de même il n’y a pas deux personnes qui mastiquent de la même façon. Ces caractéristiques particulières se reportent sur les dents. La bouche peut donc mentir, mais les dents ne mentent pas".

Disputes familiales

1978 : À l’occasion d’une enquête menée en RFA, la revue Schöner Wohnen a découvert que la plupart des familles se disputent à propos du volume sonore de la chaîne stéréo ou de la télévision. Trente-deux pour cent des familles interrogées ont avoué que leurs disputes provenaient d’un désaccord sur la chaîne de télévision choisie.

Ouïe fine

1978 : Beaucoup d’animaux ont l’ouïe plus fine que l’homme. Ainsi, il est connu que les chiens entendent les ultrasons émis par un sifflet spécial. Selon des chercheurs de l’université Cornell, les oiseaux entendent des sons émis à des distances beaucoup plus éloignées qu’on ne le pensait jusqu’ici, distance qui peut atteindre des centaines de kilomètres. Certaines expériences ont permis de prouver que les pigeons voyageurs entendent les infrasons, ondes sonores qui peuvent parcourir des milliers de kilomètres dans l’atmosphère. On a pensé que ces infrasons aidaient peut-être les oiseaux migrateurs à reconnaître certains détails, tels que le ressac des vagues sur tel ou tel rivage ou encore le sifflement du vent dans certaines montagnes.

"Ils ont le cinéma dans le sang"

1978 : Ce titre d’un article paru dans le quotidien Indian Express illustre un problème typiquement indien. Chaque fois qu’un film sort avec M. G. Ramachandran comme acteur principal, les donneurs affluent à la banque de sang, prêts à faire la queue toute la nuit pour toucher, en donnant leur sang, l’équivalent de six francs qui leur permettra de voir le film sept fois.

Un Grec ingénieux

1978 : Un étudiant grec avait donné des réponses presque parfaites lors de l’examen d’entrée à l’école polytechnique d’Athènes. "Il s’était attaché un émetteur et un récepteur à chaque pied, explique un journal athénien, et communiquait avec deux amis dans une voiture" garée à l’extérieur. Ses amis écoutaient l’énoncé du problème, cherchaient la réponse dans le manuel et la dictaient au jeune fraudeur. Mais un examinateur découvrit le pot aux roses en remarquant que l’élève, qui n’avait rien écrit durant la première moitié de l’examen, n’avait cessé d’écrire ensuite, la main appliquée contre l’oreille gauche.

Une guitare dératisante

En 1973 , Bob Brown, fabricant de guitares électriques à San Diego (Californie), découvrit des dizaines de rats et de souris morts dans son magasin. En en recherchant la cause, il s’aperçut qu’il avait oublié de fermer l’interrupteur d’une guitare mal branchée, et il conçut l’idée d’un appareil contre les fourmis, les souris et les rats, qu’il baptisa AMIGO. L’appareil émet des vibrations électromagnétiques que la vermine de petite taille ne peut pas supporter. Ou bien les bêtes s’enfuient, ou bien elles cessent de manger et meurent. L’invention se vend entre 350 et 1 000 dollars. Il a suffi de deux appareils pour débarrasser de leur vermine 4 hectares de terrain d’exercices dans une base de la marine américaine.

Des créatures marines au Tibet

1978 : Des savants chinois poursuivent l’exploration de la plus haute région du monde, le Tibet, dont l’altitude moyenne est de 4 900 mètres. Malgré une telle altitude, "les chercheurs ont découvert des fossiles de créatures marines dans les rochers". La revue Parade ajoute que "cela indique que la région était autrefois recouverte d’eau".

Sélection de gazouillis

1978 : On vient de s’apercevoir que les petits moineaux n’apprennent pas n’importe quel chant. Deux chercheurs de l’université Rockefeller ont élevé des oisillons d’une certaine variété de moineaux à qui ils faisaient entendre des chants de divers moineaux. Ces oiseaux ont uniquement appris les chants qui correspondaient aux enregistrements de ceux de leur variété.

L’hypnose mise en accusation

1978 : Une sous-commission du Parlement israélien a dû mener une enquête sur "la possibilité que certains députés soient sous le contrôle d’hypnotiseurs". Le Daily News de New York signale que le problème est apparu après qu’un député qui ignorait l’hébreu s’est adressé au Parlement dans cette langue. Il avait appris l’hébreu en recourant à l’hypnose. Or, "les députés hypnotisés courent le risque de ne pas exprimer leur opinion, mais celle qu’on leur a implantée dans l’esprit". La question était suffisamment grave pour qu’une enquête soit menée.

Une nouvelle tribu

1978 : Des ethnologues ont découvert en Amazonie, dans une région tenue secrète, la tribu des Niawas. Ces Indiens gèrent une mine d’or très lucrative dans "une ville souterraine où travaillent 50 prisonniers". Selon la revue Parade, les Niawas "possèdent des bijoux précieux, font des sacrifices humains et marient leurs enfants dès l’âge de 6 ans. Ils sont très fiers de parler leur dialecte. Leur alphabet comprend 15 lettres".

Si un tremblement de terre survenait

1978 : Depuis plus d’un an on pense qu’un grand tremblement de terre pourrait frapper la côte Pacifique du Japon, dans la région qui s’étend entre Tokyo et le mont Fuji. La police et les pompiers ont donc organisé pendant plusieurs mois des exercices d’alerte pour familiariser le public avec les dispositions à prendre en cas de tremblement de terre. Ces efforts ont-ils été couronnés de succès? Non, si l’on en juge par la réaction du public après les quatre secousses sismiques qui ont ébranlé la région de Tokyo en pleine nuit, le 5 octobre 1977. Les pompiers de Tokyo firent une enquête téléphonique auprès de 1 005 habitants, enquête dont il ressortit que si 963 personnes avaient ressenti la secousse de 0 h 39, 42 avaient continué de dormir à poings fermés. Sur 51 domiciles où le chauffage était allumé, il ne fut éteint que dans 35. Enfin, 214 personnes ouvrirent leur porte pour prendre la fuite en cas de besoin, mais 614 autres avouèrent qu’elles n’avaient pris aucune précaution particulière.

Le retour des montgolfières

1978 : Les montgolfières deviennent de plus en plus populaires. En 1963, il y en avait seulement six dans tous les États-Unis, alors qu’aujourd’hui il y en a mille. Ces ballons, qui atteignent plus de vingt mètres de haut, sont gonflés à l’air chaud à l’aide d’un réchaud à propane. Grâce à l’air chaud renfermé dans son enveloppe, le ballon s’élève dans l’air frais. Si l’on désire monter pendant le vol, le réchaud peut continuer de fonctionner pour réchauffer l’air de l’enveloppe. Toutefois, si l’on peut diriger le mouvement d’ascension de l’aérostat, il n’en va pas de même de sa direction. Le ballon reste totalement à la merci des vents, ce qui a entraîné quelques accidents. C’est pourquoi les amateurs de ce sport préfèrent voler à basse altitude (moins de 150 mètres), ce qui leur permet de profiter du spectacle qui se déroule au-dessous d’eux, d’entendre les oiseaux chanter, les ruisseaux courir dans la montagne et le vent souffler dans les arbres, ainsi que de suivre les conversations des gens restés à terre.

Les chutes reculent

1978 : Situées à la frontière des États-Unis et du Canada, les célèbres chutes du Niagara provoquent une érosion qui s’exerce depuis plusieurs années. On a fait diverses suggestions pour ralentir ou arrêter cette érosion, mais toutes les propositions ont été rejetées par une commission internationale, parce qu’irréalisables. Finalement, la commission a décidé de "laisser faire la Nature". À l’heure actuelle, les chutes reculent d’un mètre par an.

L’intensité du bruit

1978 : Une exposition prolongée à des bruits qui atteignent environ 70 décibels peut causer une perte de l’ouïe. Voici, exprimés en décibels, quelques niveaux de bruit: décollage d’un avion à réaction, 120; camion de ramassage des ordures en plein fonctionnement, 100; trafic urbain, 90; réveille-matin, 80; rasoir électrique, 75; bruit de salle dans un restaurant, 70; climatiseur, 60; circulation calme dans une rue, 40; bureau tranquille, 40. Tous les 10 décibels, le bruit double d’intensité.

Le bruit est mortel

1978 : Le professeur Masaki Omari, de la Faculté de médecine d’Osaka (Japon), a découvert que les ultrasons blessent les souris et peuvent même les tuer. Il s’est aperçu par hasard que les fréquences allant de 35 000 à 50 000 hertz produites par les appareils de nettoyage des tubes à essai avaient fait brusquement courir dans tous les sens les souris des cages voisines. Ces souris, qui provenaient de deux souches différentes, moururent peu après. De l’avis du docteur Omari, ces souches devaient posséder des gènes qui les rendaient sensibles aux agressions sonores, et l’énergie des ondes sonores avait dû être transmise par le pelage des animaux à leurs nerfs, puis au cerveau. Le système nerveux n’avait pas résisté au traumatisme mortel. Toutefois, le docteur Omari juge prématuré d’étendre ces résultats à l’homme.

Curieuse expérience écologique

1978 : En 1946, une tentative de boisement fut expérimentée aux Bermudes, îles situées au nord des Antilles, dans l’océan Atlantique. On importa donc des plants de cèdre. Mais, trois ans plus tard, la moitié des cèdres étaient morts ou agonisants et, en 1951, il n’en restait plus qu’un quart. Le responsable de cette hécatombe était une minuscule cochenille. "On a alors tenté de combattre les cochenilles en important des prédateurs; cette lutte biologique débuta par des lâchers de coccinelles et d’hyménoptères parasites naturels des ravageurs. Un lézard fut aussi introduit, mais ce dernier ayant trouvé le climat à sa convenance, ne tarda pas à se multiplier, dévorant coccinelles et guêpes parasites, ainsi que deux espèces de fourmis, que les responsables de l’agriculture avaient cru bon devoir importer, elles aussi, dans les îles. Tout ce petit monde d’immigrants se livra une lutte terrible, sans pour autant remédier à la situation. On décida enfin de réduire le nombre des lézards en lâchant deux cents exemplaires du grand gobe-mouches (...). Le mal ne fit alors qu’empirer." Rien ne se passa comme prévu. En 1976, "les ornithologues ont évalué la population du grand gobe-mouches à quelque 60 000 individus qui tous sont devenus des prédateurs des oiseaux indigènes. (...) Tous les oiseaux des Bermudes se raréfient". En guise de conclusion, le zoologiste P. Schauenberg, qui rapporte ces faits dans la Gazette de Lausanne, demande: "Que va-t-on introduire à présent pour enrichir encore la faune des Bermudes?"

"Pourquoi votre enfant est-il hyperactif?"

1978 : Tel est le titre d’un ouvrage publié à Montréal aux éditions l’Étincelle par le docteur Ben Feingold. Chez l’enfant, l’hyperactivité (appelée aussi hyperkinésie) se manifeste par une activité physique excessive teintée d’agressivité, un manque de concentration et des difficultés à apprendre malgré une intelligence normale. Le docteur Feingold explique que l’ingestion de certains agents chimiques naturels ou artificiels joue un rôle important dans ces troubles du comportement. Pour l’auteur, ces agents chimiques (colorants, additifs et parfums synthétiques) introduits dans l’alimentation agissent sur le processus de fonctionnement du cerveau et du système nerveux chez un certain nombre d’enfants qui ont une prédisposition génétique à réagir à ces additifs alimentaires. Ce médecin a donc établi pour ces enfants un régime alimentaire d’où sont absents les agents chimiques, et il décrit de bons résultats.

Les Européens et l’esclavage

1978 : Beaucoup d’Européens se donnent bonne conscience sur la question de l’esclavage et du racisme antinoir en pensant qu’il s’agit d’un problème spécifiquement américain. Toutefois, à l’occasion de la diffusion en France du feuilleton télévisé tiré de Racines, quelques mises au point ont été faites, notamment dans la presse écrite. Ainsi, L’Express écrivait: "Certes, beaucoup de téléspectateurs français peuvent avoir l’impression que cette histoire révolue ne les concerne pas (...). C’est oublier le rôle joué par l’Europe dans l’organisation du trafic: les compagnies royales ou privées (Voltaire en fut actionnaire) armant des vaisseaux et passant des accords ‘commerciaux’ avec les royaumes africains étaient pour la plupart européennes. Dix millions de Noirs africains furent, en partie par leur soin, exportés en quelques siècles. Hélas! si, nous sommes bien concernés." Quant aux Africains, ils n’étaient pas tous les victimes passives de ce trafic odieux. Selon le journal précité, il n’y avait "ni chasse ni capture illicite, le trafic faisait appel, en effet, à une vaste organisation, à laquelle collaboraient souverains européens et chefs africains. Ces derniers puisant parmi leurs propres classes d’esclaves, vastes réserves alimentées par les guerres et les razzias".

Le trafic du bois d’ébène

1978 : "Ça commençait souvent la nuit: le village congolais, angolais ou soudanais était soudain encerclé et incendié, et toute sa population — sauf les bébés et les trop vieux éliminés sur place — passait sans transition du sommeil à l’esclavage." Un article de Télérama rappelait ainsi le rôle joué par les Européens dans le trafic d’esclaves aux siècles passés. Ces esclaves étaient ensuite entassés dans un bateau "armé le plus régulièrement du monde à Nantes ou ailleurs pour le transport de ce qu’on appelait les ‘pièces d’Inde’ ou le ‘bois d’ébène’. (...) Dans les colonies françaises (...) les esclaves les plus chanceux deviennent domestiques ou acquièrent une spécialité (...). D’autres échouent dans les ateliers des plantations et travaillent le sucre, l’indigo, quinze heures par jour. Les contremaîtres Noirs souvent les font chanter pour les empêcher de s’endormir: car il n’est pas rare que les hommes tombent dans les chaudières à sucre, ou que les femmes soient broyées par les moulins. D’autres défrichent la terre en plein soleil, plantent, récoltent sous le fouet. (...) Jusqu’au 18 e siècle les gens ‘éclairés’ pensent en toute bonne conscience que c’est plutôt une chance, pour les esclaves, d’être esclaves ailleurs qu’en Afrique. Les religieux eux-mêmes ont des esclaves, mais ils les marient religieusement, c’est la seule différence... Toute réflexion morale ou moralisante sur la traite passe à côté du vrai problème, à savoir qu’elle existe parce qu’elle rapporte beaucoup, à beaucoup de monde (y compris aux rois de France, aux ports bretons, à la région nantaise où l’on fabrique tissus et verroterie...)".

Un petit alcoolique

1978 : Certains parents trouvent mignon de faire boire des boissons alcooliques dans leur verre à leurs bambins. À Oita (Japon), cette pratique qui semble "anodine" a rendu alcoolique un petit enfant de deux ans. D’après le Mainichi Daily News, le petit garçon avait coutume de "boire un coup" le soir, dans le verre de son père. Dernièrement, le gamin demanda à boire à son frère âgé de 10 ans, qui lui donna par erreur un alcool fort. Le petit de deux ans fut aussitôt pris de convulsions et mourut 16 heures après.

Un jeune "accoucheur"

1978 : Seul avec sa mère dans son domicile de New York, André (6 ans) lui a prêté main-forte pendant son accouchement. "Apporte-moi une cuvette d’eau, chaude de la salle de bain", lui dit sa mère, et peu après, le petit garçon "aidait sa mère à sa toilette tout en surveillant l’accouchement et en informant sa maman de la progression du bébé". Dans le Daily News de New York, la mère raconte: "Je lui ai dit que la vie de maman et celle du bébé étaient en jeu et il a pris son rôle très au sérieux." Malheureusement, par la suite, le jeune "accoucheur" n’a pas eu le droit de visiter son petit "malade", car la clinique n’admettait pas les enfants en dessous de 14 ans.

Du sang dans les aliments, au Danemark

1978 : Le quotidien Var Matin République a publié un article intitulé "Du sang au menu", dans lequel il rendait compte des efforts entrepris au Danemark pour utiliser le sang dans l’industrie alimentaire. Le journal disait: "Chaque année, les abattoirs danois tuent environ 9 millions de cochons, fournissant des matières premières à une grande industrie de traitement de la viande, ainsi qu’environ 40 000 tonnes de sang qui, à l’heure actuelle, sont surtout utilisées pour la pâture du bétail. (...) Le professeur J. Wismer-Pedersen et ses assistants, dont le travail est financé par une subvention accordée par le Conseil national de technologie, se sont concentrés sur les moyens d’utiliser le sang dans les industries alimentaires." Les recherches en sont encore à leurs débuts, mais on est déjà parvenu à introduire du sang en poudre dans du pain de seigle, divers produits de charcuterie, le bifteck haché et dans les mélanges d’assaisonnement de sauces et soupes en poudre. L’article disait encore: "Mais même si ces usages se répandaient, il y aurait encore bien plus de sang que l’on peut en utiliser. C’est pourquoi, les chercheurs du professeur Wismer-Pedersen collaborent avec plusieurs industries alimentaires danoises et abattoirs coopératifs pour trouver d’autres façons de tirer parti du sang."

Justice immédiate

1978 : Après neuf mois de répit, les automobilistes nigérians en infraction doivent de nouveau craindre le fouet. D’après l’agence France-Presse, le président du comité de la sécurité routière du Nigeria a prévenu les contrevenants, lors d’une récente conférence de presse, que "les conducteurs de véhicules hors d’usage et ceux qui se garent sur le bord des autoroutes seront sévèrement punis". La flagellation sera administrée sur le bord de la route par les soldats.

La TV ne lui manque pas

1978 : Il est distrayant et instructif de regarder la télévision, mais à l’excès, cela freine la créativité. Le spectacle ne remplace jamais l’activité. À ce sujet, un jeune homme a écrit ce qui suit à l’éditeur de la revue U.S.News & World Report: "J’ai 16 ans et voici déjà 292 jours que je me passe de télévision. Pour être franc, au lieu de sentir un vide, je me suis ouvert à de nombreuses activités créatrices. Il est peut-être temps de remettre sérieusement en question nos habitudes de téléspectateurs."

Les maladies dues au médecin

1978 : Citant le docteur R. Cape, de London (Ontario), le journal canadien Globe and Mail raconte que "les maladies dues au médecin sont l’un des cinq plus grands problèmes que rencontrent les personnes âgées". Selon ce praticien, les vieillards tombent malades à cause de leur médecin qui leur donne trop de médicaments ou bien les prescrit à des doses trop fortes pour leur âge. Les quatre autres problèmes cités dans l’article étaient les suivants: le gâtisme, l’incontinence vésicale ou anale, les chutes et la baisse du pouvoir de récupération du corps, ne serait-ce qu’après un simple rhume. Il recommande aux personnes âgées de prendre l’air, de faire de la gymnastique, de bien manger ("mais pas trop") et de s’intéresser à la vie ainsi qu’à la société.

Accroissement des problèmes mentaux

1978 : Le président de la commission d’hygiène mentale des États-Unis vient de révéler que "de 30 à 32 millions d’Américains ont besoin de soins psychiatriques à un moment ou à un autre", nombre auquel il faut ajouter les 6 millions d’arriérés mentaux de ce pays. D’autres personnes qui ont participé à la compilation du rapport pensent que le chiffre réel dépasse peut-être les 40 millions. Le directeur de l’Institut national d’hygiène mentale a confirmé que 32 millions d’Américains avaient bien reçu des soins psychiatriques l’an passé. On signale la même proportion de troubles mentaux en Europe (on appelle trouble mental tout trouble suffisamment grave pour mettre la vie de quelqu’un en danger et pour être diagnostiqué par un médecin).

Nouveau record aérien

1978 : Quelle distance un engin plus lourd que l’air, mû par la seule énergie humaine, peut-il parcourir en volant? Un peu plus de deux kilomètres, selon le nouveau record du monde qui vient d’être établi en Californie avec un appareil de 32 kilogrammes et de 30 mètres d’envergure. Le pilote pédalait pour faire tourner une hélice de 4 mètres de diamètre. Il a tenu 7 minutes, 27 secondes et 5 dixièmes.

Robinets d’eau brûlante

1978 : Les robinets d’eau chaude causent souvent des brûlures. Ces dernières années, un hôpital de San Antonio (Texas) a accueilli 50 brûlés, dont 37 étaient des enfants de moins de 3 ans qui s’étaient ébouillantés en jouant avec le robinet d’eau chaude. Les victimes plus âgées s’étaient brûlées sous leur douche. Seize des patients sont morts. Après une enquête menée dans les foyers particuliers et dans les hôtels, on s’est aperçu que la température de l’eau qui sortait des robinets d’eau chaude était trop élevée et on a recommandé de ne pas dépasser 55 degrés, non seulement pour des raisons de sécurité, mais aussi par mesure d’économie de combustible.

À quelle vitesse peut-on lire?

 1978 : De l’avis unanime d’un groupe d’enseignants, la vitesse de lecture ne peut pas atteindre plusieurs milliers de mots à la minute sans que la compréhension en pâtisse. Pour un sujet "distrayant" et facile, on peut atteindre sans peine une vitesse de 500 à 1 000 mots à la minute sans nuire à la qualité de la compréhension. Mais pour un sujet plus difficile, avec beaucoup de choses à retenir, la vitesse normale se situe autour de 300 à 400 mots à la minute. Selon ces enseignants, plus on lit vite, plus il faut "écrémer", c’est-à-dire sauter des mots ou des phrases. Or, comme l’a dit un spécialiste de la lecture, "moins on voit de signes, moins on comprend".

L’alcool fait plus de mal aux femmes

1978 : L’université de Toronto vient de publier une étude d’où il ressort que l’alcoolisme frappe plus précocement et plus durement les femmes que les hommes. En effet, il ne se déclare en moyenne qu’au bout de 20 ans chez l’homme, mais seulement de 14 ans chez la femme, qui est d’ailleurs beaucoup plus souvent anémique et deux fois plus victime de la cirrhose du foie.

TV et jeux électroniques

1978 : Selon la revue New Scientist, les jeux électroniques risquent d’endommager les récepteurs de télévision en brûlant le revêtement de phosphore du tube cathodique. "Les services de dépannages britanniques, dit cette revue, reçoivent de plus en plus d’appareils qui portent l’empreinte indélébile du terrain de football ou du court de tennis" sur le revêtement de l’écran. On pense que le danger est moindre avec les appareils en couleur du fait que leurs images sont moins brillantes et donc moins susceptibles de brûler le tube cathodique que sur un récepteur noir et blanc. Il vaut mieux éviter de jouer plusieurs heures d’affilée au même jeu et il faut régler au minimum le contraste et la luminosité des appareils noir et blanc. L’article ajoutait que cela "permet d’éviter qu’une région particulière du tube cathodique ne reçoive continuellement une image fixe blanche et brillante".

Oiseaux rares contre LSD

1978 : Citant la revue Time, le journal Le Monde a révélé un étrange trafic: "Une des contrebandes les plus fructueuses et les plus bizarres d’Orient est sans doute l’opération australienne ‘perroquets contre porno’. Les fraudeurs australiens importent de la cocaïne, du LSD, de la marijuana, des films pornographiques, voire des immigrants clandestins, contre des oiseaux bariolés, des tortues et des serpents indigènes pour lesquels des collectionneurs du monde entier sont prêts à payer n’importe quel prix. Grâce à quelque huit cents pistes d’atterrissage isolées et des prix d’‘exportation’ qui vont jusqu’à 10 000 dollars (50 000 F) pour un couple de perroquets dorés, la contrebande de la faune exotique du continent est devenue un véritable ‘racket’ dont les profits, estime la police, atteignent quelque 28 millions de dollars par an. Les organisations qui achètent et revendent les animaux sont installées à Singapour, Hong-Kong, Londres, Zurich. Dans le passé, les fraudeurs droguaient les oiseaux et les reptiles et les enfermaient dans des valises à double fond, des caisses d’alcool, ou même des magnétophones. Aujourd’hui, ils préfèrent se les attacher aux chevilles, sous des pantalons flottants, ou autour de la taille, sous des robes-sacs. Les officiers des douanes sont désormais équipés d’une sorte de stéthoscope qui détecte les mouvements et d’un nouveau ‘gadget’ qui révèle la présence de bioxyde de carbone exhalé par des volatiles."

Le chantier de la Vallée des Rois

1978 : The site of the Valley of the Kings Le journal Le Figaro rapporte qu’on a trouvé et déchiffré plusieurs milliers de plaquettes d’argile renfermées au fond d’un puits de 52 mètres situé à Deir-el-Medina, la ville dortoir des bâtisseurs des tombeaux pharaoniques de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines. Pour la petite histoire on apprend que "l’ouvrier Tenrmontu, battu par sa femme, est absent un certain jour. D’autres absences sont dues à une piqûre de scorpion ou à un accident du travail. Le mois compte 30 jours. Le 10, le 20 et le 30 sont fériés. Le 28 est jour de paie, en nature: des sacs de grain et d’orge. De temps en temps, le pharaon fait distribuer sel, viande et bière d’importation, ainsi que du sel de sodium pour la conservation des momies et qui est également utilisé comme détersif". La description que l’on trouve dans ces tablettes remonte à la dix-neuvième dynastie (l’époque de Ramsès II).

La religieuse et la bière

1978 : Une religieuse franciscaine de 28 ans vient de remporter devant 26 concurrents masculins le diplôme de maître brasseur décerné par la ville d’Ulm, RFA. Elle brasse plus de 1 500 litres de bière par an avec l’orge qui provient des fermes du couvent de Mallersdorf. On peut consommer cette bière sur place. D’ordinaire elle contient 12,6 pour cent d’alcool, mais à Noël et à Pâques, elle peut en avoir jusqu’à 16 ou 18 pour cent.

Icebergs dangereux

1978 : En 1912, le Titanic a sombré à la suite d’une collision avec un iceberg, accident qui fit 1 500 morts. Les icebergs restent très dangereux pour les navires, car il s’en forme 16 000 chaque année dans les eaux arctiques, particulièrement au voisinage du Groenland. Mais des organismes officiels surveillent leur formation et leurs déplacements. Dernièrement des spécialistes ont suivi et photographié un bloc de glace pendant 25 jours, observant ses changements de forme à mesure qu’il fondait ou que les vagues l’attaquaient. On espère que l’analyse de ces photos permettra de déterminer à l’avance les déplacements d’autres icebergs.

Les cafards et l’asthme

1978 : On sait depuis longtemps que certains insectes se comportent comme des allergènes. L’analyse de substances extraites du cafard donne à penser que cet insecte peut déclencher une crise d’asthme par un mécanisme allergique. En effet, des "cobayes" humains ont eu une crise d’asthme, soit immédiatement, soit peu après avoir été mis en présence de cette substance extraite du cafard. Par contre, les personnes qui avaient inhalé à l’avance un produit antiasthmatique (du cromoglycate disodique) n’ont pas eu de crise. Ce type d’allergie frappe surtout les populations les plus défavorisées à cause des déjections et des sécrétions des cafards qui se mêlent à la poussière du sol ou encore quand ces insectes souillent des aliments. Un journal brésilien (O Estado de São Paulo) a fait cette remarque: "Ce qu’il y a de curieux, c’est que cet allergène est thermostable et qu’il ne se décompose pas après ébullition." Pour se reproduire, les cafards ont une prédilection pour les endroits insalubres.

Un brise-glaces soviétique a atteint le pôle Nord

1978 : L’exploration du pôle Nord évoque de grands navigateurs tels que le Norvégien Fridtjof Nansen avec le Fram, l’Américain G. de Long avec la Jeannette et le Finno-Suédois Nordenskjold avec la Vega. On pense aussi au sous-marin américain Nautilus. Mais, en septembre dernier, l’attention du monde a été attirée sur l’exploit d’un brise-glaces soviétique de 75 000 chevaux, l’Arktika. Selon le journal Le Monde, "après s’être frayé un chemin sur plusieurs centaines de kilomètres à travers la banquise, épaisse en moyenne de trois ou quatre mètres, qui recouvre l’océan glacial Arctique", le navire a atteint le pôle Nord. C’est le plus grand brise-glaces en service dans le monde. Long de 140 mètres, il est propulsé à l’énergie nucléaire. Mais sous peu un autre navire soviétique, le Sibir, dépassera ces dimensions.

Un succès "bœuf"

1978 : Les fermiers ne se doutent pas des dons de leurs vaches. Au cirque de Moscou une nouvelle attraction présente un ballet de vaches. Interviewé par le Komsomolskaya Pravda, le "dompteur" a déclaré: "Au début je travaillais avec des ours, puis, un jour, je me suis intéressé aux vaches. Je leur trouvais une tête sympathique et le regard intelligent, et j’ai décidé de travailler avec elles. Elles sont intelligentes, affectueuses, douées, jolies, et elles se laissent facilement dresser." Dans le numéro qu’il a monté, non seulement les vaches savent danser, mais elles font aussi de la patinette et jouent au football. Le dresseur envisage de mettre une oie comme gardien de but.

Les "grosses têtes" sont-ils les meilleurs?

1978 : Pas forcément, comme cela ressort d’une étude de quinze ans faite sur 68 élèves d’un lycée de Philadelphie, en Pennsylvanie. Douglas Heath, professeur de psychologie, a suivi des étudiants à partir de leur première année d’université depuis le début des années 1960. Que sont-ils devenus à présent? Il s’est aperçu que les étudiants les plus brillants en faculté n’avaient aujourd’hui ni la maturité ni l’efficacité de leurs camarades moins brillants. Il a trouvé que les élèves qui étaient sortis de la faculté avec les plus hautes distinctions étaient la plupart du temps "psychologiquement en dehors des problèmes pratiques et réalistes actuels". Ils avaient moins les pieds sur terre et étaient plus tristes que leurs camarades. En conclusion, ce psychologue recommande aux universités de consacrer autant d’attention au développement social et moral des étudiants qu’à leur développement intellectuel.

Le plus gros diamant artificiel du monde

1978 : Les chercheurs japonais de l’université d’Osaka ont réussi à synthétiser un diamant de 20 carats, le plus gros du monde selon eux. Jusqu’ici le plus gros diamant artificiel ne pesait que cinq carats. Ces chercheurs sont parvenus à ce résultat en soumettant plusieurs petits diamants artificiels à des conditions de pression 60 000 fois supérieures à la normale et en les chauffant à 2 000 degrés pendant cinq minutes. Le résultat est un diamant noir, inutilisable en bijouterie, mais dont la dureté peut servir dans l’industrie, par exemple pour faire les dents des machines qui servent à forer les tunnels.

La colle des moules

1978 : Les savants sont étonnés par la "colle" que les moules sécrètent pour se fixer à des rochers ou à des pieux humides. Cette substance est si adhésive qu’elle ne fait plus qu’un avec son support, aussi des chercheurs se penchent-ils sur cet animal pour découvrir son secret. Selon la revue Sea Frontiers, les dentistes sont particulièrement intéressés par la force et la résistance de cette colle qu’ils envisagent d’utiliser à la place des plombages.

Solution d’un mystère?

1978 : En 1908, une météorite géante tomba dans la vallée de la Toungouska, en Sibérie, à 800 kilomètres du lac Baïkal. En approchant de la Terre, elle explosa et sa désintégration engendra une onde de choc qui abattit les arbres sur plus de trente kilomètres; l’incendie qui s’ensuivit consuma une grande partie des forêts avoisinantes. Au début on avait attribué l’explosion à une météorite géante constituée de fer, comme celle qui a creusé le "Meteor Crater", en Arizona, mais on ne trouva pas de cratère. Aujourd’hui, après plusieurs expéditions et divers prélèvements de sol, certains savants soviétiques pensent qu’il s’agissait d’une comète qui se serait désintégrée avant de toucher la Terre.

La pollution à domicile

1978 : Selon deux chercheurs de l’université de Berkeley (Californie), la pollution est parfois pire dans les maisons particulières qu’à l’extérieur. En effet, le taux de certaines substances polluantes atteint quelquefois deux à trois fois plus que la normale de l’extérieur. Dans certains cas, les mesures ont même montré des concentrations mille fois plus élevées que dans l’air normal. Selon un spécialiste, "la principale source d’inquiétude est le gaz domestique", car si le chauffage est mal réglé ou mal aéré, il dégage du monoxyde de carbone, du protoxyde et du peroxyde d’azote, et de l’anhydride sulfureux. Les travaux montrent également que la fumée de cigarette qui se trouve dans les pièces fermées est elle aussi une cause importante de pollution.

Réanimation des noyés

1978 : On a cru pendant longtemps que tout noyé immergé plus de quatre à cinq minutes dans l’eau subissait des lésions irréversibles du cerveau. De plus, on pensait que s’il était bleu et ne respirait plus, il était mort. Or, ces idées sont remises en question depuis qu’on s’est aperçu que des noyés qui étaient restés plus longtemps dans l’eau, jusqu’à vingt minutes et plus, avaient pu être ranimés à la condition d’une part que l’eau soit froide, d’autre part que la respiration artificielle soit commencée dès la sortie de l’eau. Un adolescent reprit vie après être resté immergé pendant trente-huit minutes. On suppose que plongé dans l’eau froide, le corps réagit par un réflexe de plongée, c’est-à-dire une réaction involontaire qui gagne du temps sur l’asphyxie en mobilisant l’oxygène contenu dans les artères pour l’envoyer au cœur, au cerveau et aux poumons. La plupart des noyés ranimés après une longue immersion dans l’eau froide étaient des enfants. Il semble en effet que, chez eux, ce réflexe soit plus développé que chez l’adulte.

Des cultures à l’eau de mer?

1978 : Nombreux sont les déserts qui deviendraient fertiles s’ils étaient irrigués. Malheureusement, les cultures réclament de l’eau douce et non de l’eau salée, alors qu’on trouve de l’eau de mer en quantité illimitée sur les côtes de bien des régions arides. Des chercheurs californiens ont réussi à faire pousser de l’orge en l’arrosant avec des solutions qui atteignaient 90 pour cent de la salinité de l’eau de mer. Plusieurs plants ont survécu et donné des graines, celles-ci ont été arrosées à l’eau de mer et ont donné, dans les meilleurs cas, jusqu’à 50 pour cent du rendement normal. En poursuivant l’expérience, on espère obtenir des variétés d’orge et d’autres céréales qui pourraient être cultivées à l’eau de mer tout en restant rentables.

Le milieu agit sur le cerveau

1978 : À la suite de neuf études entreprises sur une période de huit ans, on s’est aperçu que des rats placés dans un milieu "mis en valeur" avaient le cerveau plus développé que les autres. On les avait enfermés dans des cages spacieuses, au nombre de six à douze par cage. Ces dernières étaient aménagées avec un décor stimulant pour le cerveau. Les autres rats témoins étaient enfermés dans de petites cages individuelles sans agencement particulier. Des examens poussés ont révélé par la suite que les rats qui avaient eu plus d’échanges sociaux et plus de stimulations mentales avaient un cerveau plus développé. Selon l’équipe de chercheurs qui faisaient ces travaux, certains neurones du cerveau ne se développent que s’ils reçoivent une quantité suffisante d’excitations. Ils pensent que l’on puisse extrapoler et appliquer ces résultats à l’homme.

Emprisonné à vie à l’âge de douze ans

1978 : Selon une dépêche en provenance de Londres, un garçon âgé de douze ans a été condamné, en septembre 1978 , à l’emprisonnement à perpétuité par le tribunal de Saint-Albans (Grande-Bretagne), après la mort d’une fillette qu’il avait tenté de violer. Devant la Cour, le garçon avait expliqué qu’il avait été influencé par les cours d’éducation sexuelle qu’il avait suivis à l’école et il avait nié avoir eu l’intention de tuer la fillette. "Je n’accuse pas la mère de ce garçon, a déclaré le père de la victime. Pour moi, ce sont les cours d’éducation sexuelle qui en sont responsables. Un garçon de douze ans ne devrait pas en avoir." La fillette, âgée de quatre ans, était morte de froid et des suites de lésions internes dans un cimetière, après avoir subi un traitement "d’une brutalité qui dépasse l’entendement", selon les paroles prononcées par le juge.

Recyclage des vers de terre

1978 : "Chaque mois les vers de terre consomment mille tonnes de boues industrielles provenant des papeteries d’Okayama", dit le journal Daily Yomiuri. Les boues sont répandues sur les élevages de vers de terre "appartenant à des fermiers, qui louent les vers pour récupérer en retour l’engrais" produit par leurs excréments. Ensuite les vers sont revendus comme appâts pour la pêche. Une société américaine a acheté le brevet qui lui permettra d’installer la réplique de cet équipement dans une ville de l’Oregon.

L’altitude et les crises cardiaques

1978 : Des chercheurs du Nouveau-Mexique ont découvert que les gens qui vivent à une certaine altitude avaient moins de crises cardiaques que les autres. Les savants n’en connaissent pas la raison, mais ils supposent que l’une des explications serait que la vie en altitude fait baisser la tension artérielle. Une autre théorie est que les hommes ne sont pas vraiment adaptés à l’air raréfié de la montagne, de sorte que leurs activités quotidiennes "représentent un plus grand effort que si elles se déroulaient à plus basse altitude". Toutefois, il est difficile d’expliquer pourquoi l’altitude n’a aucun effet sur le taux des crises cardiaques chez les femmes.

Le travail dur est bon pour le cœur

1978 : Une étude portant sur plusieurs milliers de dockers confirme que les durs efforts physiques poursuivis pendant une longue période de temps diminuent le risque de crise cardiaque. Les gens qui font un travail moins pénible, tel qu’un travail de bureau, ont cinq fois plus de crises cardiaques mortelles que le personnel qui effectue des gros travaux comme lever, déplacer ou pousser des objets lourds.

"Épidémie" d’obésité

1978 : Le Journal d’Edmonton déclare: "Au Canada, le problème de l’obésité a atteint des proportions épidémiques. Une enquête a démontré qu’au moins la moitié de la population adulte a un problème de poids et qu’un adulte sur six est nettement obèse." Ce journal fait la suggestion suivante: "Pour maigrir en toute sécurité, il faut manger moins et faire plus d’exercice. Ne vous attendez donc pas à voir votre graisse fondre en une nuit. Soyez patient et persévérant et contentez-vous d’une perte de poids de 500 à 750 grammes par semaine. En tout cas, méfiez-vous des régimes, des produits amincissants ou des gadgets qui promettent de vous faire perdre votre graisse sans effort et en très peu de temps."

Le confort à la ferme

1978 : Maintenant, certains tracteurs sont équipés d’une cabine climatisée et pourvue d’un récepteur qui capte les émissions stéréophoniques en modulation de fréquence. Des 155 450 tracteurs vendus aux États-Unis l’an passé, la majorité possédaient cet équipement: certains avaient même la télévision. Les salaires des ouvriers agricoles américains sont de plus en plus élevés et il faut de plus en plus de terres pour gagner sa vie. Aussi les fermiers doivent-ils faire le travail eux-mêmes sur des machines de plus en plus perfectionnées, passant de douze à quinze heures par jour sur leur tracteur. D’où ces innovations.

3 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×