1990 : 70 Coups d'oeil

VICTIMES OUBLIÉES

1990 : On les appelle les victimes oubliées; ce sont les hommes dont la femme ou la petite amie a été violée. D’après Anthony Bateman, psychiatre à Londres, ces hommes connaissent des troubles graves — dépression, sentiment de culpabilité, désordres sexuels, etc. — qui persistent longtemps après l’agression. Certains deviennent protecteurs à l’excès, escortant la victime partout ou exigeant d’elle qu’elle signale où elle se trouve. Au dire du docteur Bateman, ces hommes doivent parfois recourir à une psychothérapie intensive pour oublier ce qui s’est passé.

CATASTROPHES EN SÉRIE AUX ÉTATS-UNIS

1990 : Deux régions des États-Unis ont été frappées par une catastrophe en septembre et en octobre 1989. C’est tout d’abord le cyclone Hugo qui, avec des vents de 220 kilomètres à l’heure, s’est abattu sur le sud-est du pays, semant la destruction sur son passage. Puis, le 17 octobre, un tremblement de terre de magnitude 7,1 sur l’échelle de Richter a ébranlé la côte occidentale, dans la région de San Francisco, faisant des dizaines de morts et causant pour des milliards de dollars de dégâts. Coïncidence, le lendemain et le surlendemain (18 et 19 octobre), plusieurs secousses d’une magnitude moyenne de 6 sur l’échelle de Richter se sont également produites dans le nord de la Chine, tuant au moins 29 personnes.

CRIQUETS LONG-COURRIERS

1990 : "Comment des criquets ont-ils pu réussir à traverser l’océan Atlantique?" Telle est la question qu’a soulevée l’invasion de plusieurs îles des Antilles, de la Guyane et du Venezuela par une centaine de millions de criquets pèlerins en 1989. Ces insectes étaient jusqu’alors inconnus dans cette partie du monde. Ce voyage de quatre à six jours sur une distance de 4 000 à 5 000 kilomètres constitue un véritable exploit quand on considère que les criquets pèlerins ne volent généralement qu’au cours de la journée, l’air chaud favorisant leur maintien en l’air. Dès que la température descend, en fin d’après-midi, ils se posent. Selon Le Monde, les spécialistes supposent que les criquets sont restés en l’air pendant tout leur vol transatlantique puisqu’ils n’avaient nulle part où se poser et rien à manger. Une chose est sûre: les insectes qui ont péri en mer ont été plus nombreux que ceux qui ont réussi la traversée.

MARIAGES À VENDRE

1990 : Parmi les prestations proposées aux touristes japonais qui visitent l’Europe figurent les mariages catholiques. Le Daily Yomiuri signale en effet que, malgré les protestations du Vatican contre la "commercialisation de ce saint sacrement qu’est le mariage", de plus en plus de couples japonais non catholiques "bénéficient de cérémonies de mariage dans des églises italiennes ou françaises". Le Vatican est mécontent, car les prêtres ne devraient marier que des catholiques ou des personnes ayant été enseignées dans la foi catholique. Cependant, les agences de voyage japonaises parviennent à contourner la difficulté en trouvant "des églises moins strictes pour célébrer ces mariages".

RUGBY ET BLESSURES À LA COLONNE VERTÉBRALE

1990 : En 23 ans, un hôpital d’Afrique du Sud a enregistré 88 admissions pour blessures graves à la colonne vertébrale survenues lors de matchs de rugby. Bien qu’au rugby les plaquages soient habituellement moins violents qu’au football américain, ils n’en sont pas moins à l’origine de certaines blessures. Une autre phase de jeu dangereuse est la mêlée, quand plusieurs joueurs des deux camps s’encastrent les uns dans les autres en une masse compacte et poussent pour la possession du ballon. "Le même scénario ne se répète que trop souvent, écrit le South African Medical Journal. La mêlée s’effondre; tous les joueurs se relèvent, sauf un qui reste à terre, immobile. Les premiers secours se précipitent, placent le blessé sur une civière avec d’infinies précautions et le transportent à l’hôpital. Il a la nuque brisée, la moelle épinière touchée, et il restera tétraplégique le restant de ses jours." En 1989, trois écoliers sud-africains sont morts en jouant au rugby.

L’Europe unifiée

1990 : Pendant trois ans, les travaux de percement se sont poursuivis sous la Manche entre la Grande-Bretagne et la France. Finalement, le 30 octobre 1990 a eu lieu la jonction entre les deux équipes lorsque le tunnelier français a atteint un trou pratiqué dans la craie par les Britanniques. Comme le signale le Times de Londres, les photographies par satellite associées à des systèmes laser ont si bien guidé les ingénieurs que le défaut d’alignement n’a pas excédé 50 centimètres — alors que le tunnel fait 50 kilomètres de long. Le véritable événement s’est produit le 1er décembre quand les derniers mètres de craie ont été forés pour ménager un passage de la taille d’un homme par lequel les ouvriers britanniques et français ont pu se rencontrer et se serrer la main. On travaille maintenant à l’achèvement de ce tunnel de service et des deux tunnels ferroviaires qui l’encadreront.

Ils forgent leurs crosses en battes de cricket

1990 : Dans le Financial Mail, on a appris qu’en 1990 le gouvernement d’Afrique du Sud avait annoncé une réduction substantielle des dépenses militaires. “Des analystes militaires prévoient que le budget de la défense sera amputé d’au moins un milliard de rands [environ 2 milliards de francs français] supplémentaires l’an prochain”, précisait le journal sud-africain. Pour compenser la baisse des commandes, les fabricants d’armes se sont associés à des entreprises commerciales. C’est ainsi qu’une usine d’armement “a adapté les machines avec lesquelles elle fabriquait des crosses de fusil, de manière à pouvoir produire des battes de cricket haut de gamme”, rapporte le Star de Johannesburg. Le cricket est un sport d’été très populaire en Afrique du Sud; les battes en question ont été testées et approuvées par un joueur de premier plan.

Enfants passifs

1990 : Au Japon, le Livre blanc sur la jeunesse 1990, publié par le gouvernement, montre que plus de la moitié des enfants entre 10 et 15 ans possèdent leur propre téléviseur et leur console de jeux vidéo, et qu’un tiers d’entre eux ont un téléphone. Plutôt que de sortir, la plupart des jeunes préfèrent passer leurs moments de loisir enfermés chez eux à regarder la télévision, à lire des bandes dessinées ou à jouer avec une console vidéo. Le Livre blanc associe ces activités passives d’intérieur aux difficultés qu’ont les enfants à se sentir à l’aise en compagnie des autres, y compris des membres de leur famille, et à leur manque de participation aux activités de groupe. Lors de cette étude, environ 90 % des enfants ont dit être incapables d’exprimer leurs pensées et sentiments les plus profonds.

Retards coûteux

1990 : Un rapport de l’Association allemande des usagers des transports aériens indique qu’en Europe les retards dans les vols coûteraient l’équivalent de 25 milliards de francs français aux compagnies aériennes et aux passagers. Le rapport met en cause la mauvaise exploitation de l’espace aérien. L’Europe possède en effet 44 centres de contrôle de la navigation aérienne, alors que les États-Unis n’en ont que 20 pour l’ensemble de leur territoire. Selon le Financial Times de Londres, la mise en place d’un système unique de contrôle du trafic aérien pour toute l’Europe exigerait un investissement compris entre 30 et 60 milliards de francs français, mais elle permettrait d’éliminer presque totalement les causes actuelles de retard. En raison du manque de coordination, les pilotes se voient donner des altitudes et des plans de vol inefficaces, si bien que les vols européens sont en moyenne 10 % plus longs que nécessaire.

Gain et perte

1990 : Sous le titre “Avoir de la chance peut être fatal”, le quotidien brésilien O Estado de São Paulo a rapporté le drame vécu par un récent gagnant de la loterie. Seul gagnant, cet homme avait touché 930 000 novos cruzados (environ 2,5 millions de francs français). Mais par la suite, il a également reçu de bien mauvaises nouvelles, puisque trois membres de sa famille ont été assassinés par des voleurs qui cherchaient une partie du pactole.

Mariages à vendre

1990 : Parmi les prestations proposées aux touristes japonais qui visitent l’Europe figurent les mariages catholiques. Le Daily Yomiuri signale en effet que, malgré les protestations du Vatican contre la “commercialisation de ce saint sacrement qu’est le mariage”, de plus en plus de couples japonais non catholiques “bénéficient de cérémonies de mariage dans des églises italiennes ou françaises”. Le Vatican est mécontent, car les prêtres ne devraient marier que des catholiques ou des personnes ayant été enseignées dans la foi catholique. Cependant, les agences de voyage japonaises parviennent à contourner la difficulté en trouvant “des églises moins strictes pour célébrer ces mariages”.

Criquets long- courriers

1990 : “Comment des criquets ont-ils pu réussir à traverser l’océan Atlantique?” Telle est la question qu’a soulevée l’année dernière l’invasion de plusieurs îles des Antilles, de la Guyane et du Venezuela par une centaine de millions de criquets pèlerins. Ces insectes étaient jusqu’alors inconnus dans cette partie du monde. Ce voyage de quatre à six jours sur une distance de 4 000 à 5 000 kilomètres constitue un véritable exploit quand on considère que les criquets pèlerins ne volent généralement qu’au cours de la journée, l’air chaud favorisant leur maintien en l’air. Dès que la température descend, en fin d’après-midi, ils se posent. Selon Le Monde, les spécialistes supposent que les criquets sont restés en l’air pendant tout leur vol transatlantique puisqu’ils n’avaient nulle part où se poser et rien à manger. Une chose est sûre: les insectes qui ont péri en mer ont été plus nombreux que ceux qui ont réussi la traversée.

Poisson antipoison

1990 : “La meilleure façon de tester l’eau est d’y mettre un expert”, affirme une publicité du Service des eaux au pays de Galles. L’expert en question est un poisson, l’humble truite arc-en-ciel. Les poissons sont naturellement sensibles à la pollution de l’eau. Lorsqu’ils respirent, leurs branchies produisent d’infimes courants électriques. La pollution affectant la respiration, elle perturbe également l’émission de ces courants, dont les variations peuvent être observées et enregistrées par ordinateur. Un responsable du Centre britannique de la recherche sur l’eau a déclaré que la truite “sera également capable de détecter certaines substances dont on ne soupçonne pas la présence, ce qui constitue un avantage majeur”. Selon le Times de Londres, ce nouveau moyen de surveillance suscite un intérêt qui déborde désormais les frontières de la Grande-Bretagne.

Interdiction de fumer sur presque tous les vols

1990 : Les législateurs américains ont décidé l’interdiction de fumer sur la quasi-totalité des quelque 16 000 vols commerciaux intérieurs qui sillonnent chaque jour le ciel des États-Unis. Un représentant de l’Association du personnel navigant, qui appartient à un groupe de pression, affirme qu’on ne pourra désormais fumer que sur une vingtaine de vols. Remarque d’un sénateur: “Nous sommes arrivés à imposer l’interdiction de fumer dans presque tous les avions.”

SUPÉRIORITÉ DES PARENTS “LOGIQUES”

1990 : Selon l’U.S.News & World Report, “les parents qui, sans être d’une trop grande sévérité, savent fixer des limites et s’y tenir ont beaucoup plus de chance que les autres d’avoir des enfants brillants et sociables”. À ces parents dits “logiques” (qui en appellent à la raison), des études opposent les “autoritaires” (“fais ceci parce que je suis ton père ou ta mère”) et les “permissifs” (“fais ce que tu veux”) dont les enfants avaient un comportement très différent des premiers. Ces études menées sur 20 ans ont montré que les parents “logiques” étaient plus sûrs d’avoir des enfants stables, satisfaits, maîtres d’eux-mêmes, responsables et moins attirés vers la drogue. “Ces parents ne sont pas tyranniques”, explique Diana Baumrind, psychologue à l’université de Californie et responsable de ces études. “Ils se font un devoir de connaître leurs enfants, de savoir ce qu’ils font à l’école et qui sont leurs amis. Cette surveillance reflète leur souci de s’acquitter de leur responsabilité vis-à-vis de l’enfant, avec lequel ils n’ont pas peur de communiquer franchement.”

LIONS MANGEURS D’HOMMES

1990 : Le parc national Kruger, en Afrique du Sud, est une bande de terre d’environ 300 kilomètres située le long de la frontière avec le Mozambique. Pour échapper à la guerre civile, de nombreux Mozambicains prennent le risque de traverser le parc, où rôdent quantité de lions et d’autres animaux dangereux. En général, les lions fuient les hommes, mais on soupçonne que cet exode leur a donné le goût de la chair humaine, car les fugitifs qui s’écroulent d’épuisement constituent des proies faciles. Récemment, trois personnes ont été tuées par des lions en Afrique du Sud, dont deux à l’intérieur du parc Kruger. Les gardes ont donc reçu l’instruction de traquer et d’abattre les fauves devenus mangeurs d’hommes.

NOUVELLE MENACE

1990 : Un nouveau méfait peut être mis à l’actif du fléau qu’est la drogue: la destruction des forêts tropicales humides. “Pour faire face à la demande américaine et européenne en cocaïne, les producteurs péruviens de coca ont abattu de vastes pans de forêts tropicales humides d’Amazonie et déversé des millions de litres de produits chimiques toxiques sur ses montagnes et dans ses sources, révèle le New York Times. [Ils] ont envahi deux parcs nationaux et deux forêts nationales, presque entièrement déboisé une forêt fragile connue sous le nom de ‘sourcil de la jungle’, et détruit, estime-t-on, plus de 200 000 hectares de forêt tropicale.” Le coca est devenu la principale culture de la partie amazonienne du Pérou. Dans leur élan, les paysans ont abandonné les techniques agricoles séculaires qui prévenaient l’érosion de la couche arable.

CIVILISÉS MAIS DÉPRESSIFS

1990 : La civilisation moderne a-t-elle rendu l’homme plus heureux? S’appuyant sur des enquêtes réalisées dans le monde entier, une récente étude montre que dans un groupe de pays développés les chiffres de la dépression ont grimpé en flèche depuis la Seconde Guerre mondiale; dans certains cas, ils ont même doublé. Les jeunes sont souvent les plus durement touchés. Par contre, dans les pays pauvres, où les structures sociales sont plus traditionnelles, ces chiffres n’ont que légèrement progressé au cours de la même période. Pourquoi cette différence? Selon le Boston Globe, les auteurs de l’étude soupçonnent le mode de vie citadin et les déplacements accrus de population d’avoir provoqué un relâchement des liens familiaux et du tissu social dans les pays développés. D’où cette conclusion du responsable de l’étude: “La dépression semble être la rançon de la civilisation.”

ILS FONT FLEURIR LES DÉSERTS

1990 : Dans le cadre d’un projet ambitieux visant à assurer son autonomie alimentaire, l’Arabie saoudite fait fleurir le désert. Le désert saoudien est ainsi parsemé de centaines de taches vertes de 80 hectares irriguées par de l’eau pompée à très grande profondeur. Toutefois, la transformation du désert en terre agricole exige des investissements considérables, et le gouvernement a déjà consacré plusieurs milliards de dollars au projet. “Faire pousser du blé en Arabie saoudite coûte aussi cher que de cultiver des melons en serre au pôle Nord”, constate l’Economist. Et même si le flot de pétrodollars peut sembler intarissable, les réserves en eau, elles, ne le sont pas. La majeure partie de l’eau utilisée provient en effet de nappes aquifères “fossiles” profondes, qui ne sont pas renouvelables. Si l’augmentation de la consommation se poursuit au rythme actuel, on craint que ces nappes soient à sec d’ici 10 à 20 ans.

PREMIÈRE MOSQUÉE À ROME

1990 : On dit que Benito Mussolini, le dirigeant fasciste qui gouvernait l’Italie pendant la Seconde Guerre mondiale, aurait refusé d’accorder l’autorisation de construire une mosquée à Rome tant qu’il ne serait pas permis d’édifier une église catholique à La Mecque. Les temps ont changé. Non seulement une mosquée est en construction à moins de six kilomètres au nord-est du Vatican, mais ses architectes la présentent comme la plus grande d’Europe. “Même si cette mosquée n’est pas la plus grande, ce qui reste à déterminer, elle est de toute façon la plus importante d’Europe”, a déclaré Abdul Qayuum Khan, directeur du Centre culturel islamique de Rome. “Les faits sont là: c’est la seule qui soit implantée au cœur de la chrétienté — dans la Mecque du catholicisme, oserais-je dire.” La position officielle du Vatican semble néanmoins favorable.

LE PAPE ET GALILÉE

1990 : “Le pape Jean-Paul II a reconnu que l’Église catholique avait été ‘imprudente’ en condamnant Galilée pour avoir soutenu que la terre n’était pas le centre de l’univers”, lit-on dans le Christian Century. Galilée fut condamné par l’Église en 1633 pour avoir défendu la thèse de Copernic, qui plaçait le soleil, et non la terre, au centre de l’univers. Tardivement, en 1979, le pape a nommé une commission chargée d’enquêter sur l’affaire. Un rapport initial publié en 1984 disait que Galilée avait été condamné à tort. S’exprimant à Pise, ville natale du scientifique et site de ses célèbres expériences sur la gravitation, le pape a présenté les travaux de Galilée comme “une étape majeure de la méthode expérimentale (...) et de la voie menant à la connaissance du monde”.

DÉCISIONS: ASSIS OU DEBOUT ?

1990 : Dans quelle position prend-on les meilleures décisions? Debout ou assis? La revue American Health cite une étude réalisée par l’université de Californie du Sud selon laquelle “lorsqu’ils sont debout les gens sous pression prennent des décisions difficiles environ 20 % plus vite que lorsqu’ils sont assis”. Au cours de cette étude, les participants ont eu à répondre, d’abord assis puis debout, à une série de questions qui s’affichaient sur un écran d’ordinateur. C’est dans la seconde position que les meilleures décisions ont été prises, la différence la plus flagrante concernant les candidats les plus âgés et les plus sédentaires. Ces résultats n’ont rien d’étonnant dans la mesure où la position verticale accélère le rythme cardiaque d’une dizaine de battements par minute, stimulant les “régions cérébrales de l’éveil”. Pour cette raison, il est recommandé aux employés de bureau de se lever et de s’étirer régulièrement au cours de la journée 

LE SANG: VECTEUR DU SIDA

1990 : En Union soviétique, pas moins de 40 % des victimes du SIDA ont contracté le virus à cause d’un sang contaminé, révèle le Toronto Star. Qualifiant la situation d’“extrêmement alarmante”, Valentin Pokrovsky, président de l’Académie des sciences médicales d’Union soviétique, a déclaré: “Nous ne pouvons tolérer un tel pourcentage de transmission du virus du SIDA par le sang lors d’actes chirurgicaux.” Dans deux villes du Sud, Elista et Volgograd, on a pu démontrer que certains cas de SIDA étaient dus à des seringues infectées utilisées dans les hôpitaux. Au moins 81 enfants de la région ont été contaminés.

EFFICACITÉ DE LA CULTURE BIOLOGIQUE

1990 : “L’Académie [américaine] des sciences a découvert que les agriculteurs qui n’utilisent que peu, voire pas du tout de pesticides et d’engrais de synthèse peuvent avoir des rendements aussi élevés que les autres, signale le New York Times. Cette étude du plus prestigieux corps de scientifiques du pays est peut-être la meilleure confirmation qui soit de l’efficacité que peuvent avoir les techniques agricoles faisant appel aux interactions biologiques plutôt qu’aux produits chimiques.” Encore récemment, on encourageait les agriculteurs à ne pas lésiner sur les engrais et les pesticides chimiques pour obtenir les meilleurs rendements possible, tandis que les méthodes de culture naturelle étaient jugées moins intéressantes. Cependant, comme les insectes et les mauvaises herbes devenaient de plus en plus résistants aux poisons chimiques, il a fallu augmenter les doses, et ce au détriment de la santé des consommateurs. L’étude en question montre que la pratique de l’assolement associée à un système faisant intervenir la polyculture et l’élevage permet souvent aux exploitants agricoles d’accroître leur production et de réduire les coûts, tout en préservant l’environnement. Ces techniques exigent toutefois davantage de travail.

DE LA SÉCURITÉ DES FOURS À MICRO-ONDES

1990 : La cuisson par micro-ondes consiste en un bombardement de rayonnements hautement énergétiques qui, en vaporisant les molécules d’eau présentes dans les aliments, permet une cuisson rapide de ceux-ci. Des normes de sécurité renforcées alliées à une meilleure conception des appareils ont réduit les risques de fuite de radiations. “Pourtant, les fours à micro-ondes posent des problèmes de sécurité que ne posent pas les fours traditionnels”, fait remarquer le New York Times. On se demande par exemple si la cuisson est toujours suffisante pour tuer les éventuels organismes pathogènes, tels que la trichine dans le porc et les salmonelles dans le poulet. Le problème tient notamment à la répartition inégale de la chaleur, si bien que certaines portions se trouvent insuffisamment cuites alors que d’autres sont à point. Par ailleurs, l’air à l’intérieur du four peut ne pas être assez chaud pour tuer les organismes à la surface des aliments. L’utilisation du plastique est également discutée, car l’agent plastifiant de certains emballages est susceptible d’imprégner les aliments, particulièrement si le plastique les recouvre. On affirme toutefois qu’il est possible d’éliminer la plupart des risques en suivant scrupuleusement le mode d’emploi de l’appareil.

AÉROSOL SANS DANGER POUR L’OZONE

1990 : Sur l’île australienne de Tasmanie, un inventeur a mis au point un aérosol qui n’utilise ni les chlorofluorocarbones ni les hydrocarbures, produits qui dégradent la couche d’ozone. Son aérosol fonctionne à l’azote, gaz qui entre pour les quatre cinquièmes dans la composition de l’air atmosphérique. Outre son abondance, ce gaz est d’un faible coût d’exploitation et il retourne dans l’atmosphère après usage sans causer de dégâts. Jusqu’à présent, l’azote n’avait jamais été retenu comme gaz propulseur, car son injection dans les bombes en quantité nécessaire aurait exigé un renforcement coûteux de ces mêmes bombes. Selon le quotidien The Australian, l’inventeur a surmonté cet inconvénient en utilisant une mini-bouteille de gaz adaptée sur une valve spéciale et placée à l’intérieur de la bombe. Le système ne possède qu’une seule partie mobile, il ne peut ni s’enflammer ni exploser, et il serait de plus compatible avec tous les aérosols. On prévoit sa commercialisation pour le début de l’année prochaine.

SYNDROME DU TREMBLEMENT DE TERRE

1990 : Les tremblements de terre sont source de stress tant pour les humains que pour les animaux. L’été dernier, quand plusieurs milliers de secousses d’intensité variable ont ébranlé la ville japonaise d’Itō, de nombreuses personnes ont commencé à se plaindre de troubles digestifs, de diarrhées et surtout d’insomnie. Selon le Daily Yomiuri, les médecins étaient “peu disposés à prescrire de fortes doses de tranquillisants de peur que leurs patients ne puissent se réveiller en cas de nouvelles secousses”. Les cliniques vétérinaires de la ville ont signalé que les animaux de compagnie souffraient, eux aussi, du syndrome du tremblement de terre: ternissement et chute des poils, démangeaisons, vomissements, manque d’appétit, apathie et fièvre — autant de symptômes du stress.

CONTRÉES SAUVAGES DU MONDE

1990 : Quelle est dans le monde la proportion de contrées encore sauvages, c’est-à-dire relativement peu touchées par l’homme? Environ un tiers des terres de la planète, soit quelque 48 millions de kilomètres carrés, répondent Michael McCloskey, spécialiste de l’environnement, et Heather Spalding, géographe. Selon Science News, pendant 18 mois ils ont étudié de près les cartes de navigation aérienne, éliminant “les régions où apparaissaient routes, hameaux, constructions, aéroports, lignes de chemin de fer, pipelines, lignes électriques, barrages, réservoirs et puits de pétrole”. Ils n’ont également “retenu que les étendues supérieures à un million d’acres [4 000 kilomètres carrés]”. En tête de liste arrive l’Antarctique, contrée entièrement sauvage. Puis viennent l’Amérique du Nord (37,5 %), l’Union soviétique (33,6 %), l’Australasie, qui comprend les îles du Pacifique Sud-Ouest (27,9 %), l’Afrique (27,5 %), l’Amérique du Sud (20,8 %), l’Asie (13,6 %) et l’Europe (2,8 %). Moins de 20 % des régions sauvages de la planète bénéficient de mesures officielles de protection contre l’exploitation.

“FILTRES BIOLOGIQUES”

1990 : Pour assainir les quelque 1 225 hectares du lac de Zoommeer, aux Pays-Bas, les autorités néerlandaises ont décidé d’innover, projetant d’utiliser des moules comme agents dépolluants. D’après le quotidien parisien International Herald Tribune, les moules sont de véritables “filtres biologiques”. Des expériences ont montré qu’elles consomment et éliminent certains métaux et produits chimiques toxiques. Leurs déjections contaminées se déposent sur le fond, où elles peuvent être récupérées par dragage. Les spécialistes affirment que ces mollusques peuvent ainsi réduire respectivement de plus de 50 % et d’au moins 30 % les taux de PCB (polychlorobiphényles) et de cadmium de l’eau.

BRACONNAGE ET MÉDECINE ORIENTALE

1990 : Depuis quelque temps, les gardes forestiers des contrées sauvages canadiennes découvrent de plus en plus de cadavres d’ours amputés des pattes et de la vésicule biliaire. La revue canadienne Maclean’s explique qu’à elles seules les pattes et la vésicule d’un ours peuvent rapporter au braconnier jusqu’à 5 000 dollars; la médecine asiatique traditionnelle leur attribue en effet des vertus analgésiques, anti-inflammatoires ou aphrodisiaques. Ce trafic s’inscrit dans un commerce beaucoup plus vaste et en plein essor d’organes et de membres d’animaux sauvages. Ces tractations ne sont cependant pas toutes illégales. Au nombre des produits les plus recherchés figurent le velours qui recouvre les bois des cerfs et des élans, les organes génitaux de phoques et de tigres, les hippocampes séchés et même les fœtus de cerfs.

SURPRISES-PARTIES SOUS SURVEILLANCE

1990 : À Bracebridge, dans la province canadienne de l’Ontario, une surprise-partie débridée a débouché sur la mise en place de nouvelles mesures policières dans la région. Un garçon de 15 ans, à qui ses parents avaient confié la garde de la maison et de son petit frère de 10 ans, avait organisé une surprise-partie à laquelle il avait invité une centaine de jeunes. La réunion n’a pas tardé à dégénérer. Les voisins ont appelé la police, mais l’adolescent a refusé de laisser entrer les agents. Un peu plus tard, son petit frère a, à son tour, appelé la police. Les grands l’avaient forcé à boire de la bière jusqu’à l’enivrer, puis ils avaient fait frire son poisson exotique avant de le manger sous ses yeux. Quand les policiers sont finalement revenus munis d’un mandat de perquisition, les jeunes avaient causé pour 13 000 dollars de dégâts dans la maison. Depuis lors, les parents de la région qui laissent leurs adolescents seuls à la maison ont la possibilité d’en avertir la police et d’autoriser celle-ci à y pénétrer sur simple présomption d’infraction du droit pénal, notamment de la législation sur les stupéfiants ou la consommation d’alcool.

AUTO-AVORTEMENTS

1990 : Aux États-Unis, depuis que des lois récentes ont donné aux États des pouvoirs accrus pour limiter les avortements, des dizaines de mouvements féministes d’entraide remettent au goût du jour des méthodes auto-abortives. Le New York Times signale que durant les derniers mois des centaines de femmes se sont aidées mutuellement à avorter, ajoutant que les articles de presse, les livres et les vidéocassettes décrivant ces techniques font l’objet d’une large diffusion. Une féministe a déclaré au journal que ces possibilités confèrent aux femmes un plus grand pouvoir. Cependant, certains groupes qui défendent pourtant l’avortement s’opposent à ces méthodes, dénonçant leur caractère dangereux.

POUR TROMPER LES TIGRES

1990 : Le New York Times relate qu’en Inde les quelque 500 tigres du Bengale de la réserve de tigres des Sundarbans tuaient naguère une soixantaine de personnes par an. Afin de limiter le nombre des victimes, le Service indien des Eaux et Forêts a tiré parti du constat selon lequel les tigres attaquent toujours par derrière et a fait fabriquer des masques à visage humain que les forestiers doivent porter sur la nuque. En trois ans, aucune personne portant un tel masque n’a été tuée. Par contre, sur les 29 autres qui ont péri sous les griffes des tigres au cours des 18 derniers mois de cette période, aucune n’en portait. Un bûcheron a été attaqué par derrière alors qu’il s’était assis pour déjeuner et avait retiré son masque. Certains habitants de la région affirment toutefois qu’“on ne peut pas tromper longtemps ces tigres intelligents”.

HUMOUR DÉPLACÉ

1990 : Un film récent qui, en deux mois seulement, a rapporté 125 millions de dollars à ses producteurs américains, présente des scènes de sadisme et de violence extrême sous un jour humoristique. À propos de l’une d’elles — la décapitation d’un conducteur par une planche de surf —, voici le commentaire qu’a fait un critique dans la revue brésilienne Veja: “De la façon dont la décapitation est montrée, la scène porte plus à rire qu’à s’épouvanter. Il en résulte que les innombrables scènes d’exécutions, de meurtres et de massacres, toutes baignant dans le sang, (...) suscitent le rire au lieu de la répugnance. Le spectateur finit par s’amuser de la violence. (...) La violence, l’horrible lacération des corps, les souffrances indescriptibles, deviennent autant d’occasions de s’esclaffer.”

DETTES EMBARRASSANTES

1990 : En Europe, ceux qui négligent de régler leurs factures pourraient bien trouver d’ici peu à leur porte ou sur leur lieu de travail un individu déguisé de manière voyante — en panthère rose, par exemple — chargé de les rappeler à l’ordre. L’International Herald Tribune explique que cette mise en scène fait partie d’une nouvelle stratégie inaugurée il y a un an par les agents de recouvrement espagnols pour inciter les débiteurs à acquitter leur dû. L’objectif est que les encaisseurs attirent tellement l’attention par leur accoutrement que le débiteur se sente gêné et honore ses dettes. Le directeur d’une agence affirme que la méthode réussit “presque à chaque fois”.

DERNIÈRES NOUVELLES DE TCHERNOBYL

1990 : Selon le Manchester Guardian Weekly, trois ans et demi après l’accident nucléaire de Tchernobyl, en URSS, la population locale, “particulièrement les enfants, souffre de troubles thyroïdiens, de fatigue généralisée et de cataractes; on enregistre également un accroissement des cas de cancer”. Dans un certain endroit, les autorités médicales sont d’avis que des dizaines de milliers de personnes vont encore mourir d’un cancer consécutif à leur exposition aux radiations. Par ailleurs, des responsables d’exploitations agricoles signalent une augmentation du nombre d’animaux de ferme présentant des difformités à la naissance: “Veaux sans tête, sans membres, sans côtes ou sans yeux; porcs au crâne déformé.” Les taux de radioactivité relevés dans la région seraient, dit-on, 30 fois supérieurs à la normale. D’où cette déclaration de Zoya Tkachova, directeur d’un hôpital de la région de Moguilev, en Biélorussie: “Nous ne pouvons donner aucune assurance sur la santé des populations des zones contaminées.”

“LA DERNIÈRE GRANDE CONTRÉE SAUVAGE DU MONDE”

1990 : Avec la constante diminution des ressources naturelles, l’Antarctique, qui représente presque 10 % des terres émergées de la planète, apparaît comme un nouvel Eldorado. Jusqu’à présent, le continent glacé est protégé par le traité sur l’Antarctique signé en 1959 et par un moratoire sur l’exploitation des ressources minérales. Toutefois, une nouvelle convention vient d’être élaborée, qui autoriserait la prospection et l’exploitation pétrolière et minière. L’International Herald Tribune signale que deux nations membres du traité, l’Australie et la France, refusent de signer cette convention. Évoquant les marées noires survenues en Alaska et en Antarctique pour rappeler les dangers que l’exploitation des ressources minérales fait courir à l’environnement, le premier ministre australien, Bob Hawke, a lancé un appel pour que soit “renforcée la protection de ce qui reste la dernière grande contrée sauvage du monde”.

TANT QUE LE SOLEIL BRILLE

1990 : Un architecte ouest-allemand a conçu et réalisé une voiture solaire qui, pour avoir un aspect déroutant, n’en est pas moins remarquablement performante. Le quotidien Die Zeit explique que dans la ville de l’architecte la voiture remporte un franc succès auprès des enfants, tandis que les adultes discutent pour savoir si elle ressemble plus à une table de ping-pong qu’à un carrelet. Sa ligne mise à part, ce prototype est une réussite puisqu’il a gagné le championnat du monde des véhicules solaires, atteignant même la vitesse de 130 kilomètres à l’heure. Cette performance a toutefois été réalisée avec des batteries en pleine charge. Lorsqu’elle est mue par la seule énergie solaire, la voiture ne dépasse pas les 30 kilomètres à l’heure, et ce uniquement tant que le soleil brille.

LE POIDS DES SENTEURS

1990 : Au Japon, des entreprises étudient les effets des parfums sur le comportement. Selon un spécialiste japonais, on a constaté que des effluves diffusés par le circuit de climatisation avaient “calmé des malades agités, augmenté la productivité d’employés de bureau et d’ouvriers et fait baisser leur tension nerveuse”. Treize opérateurs travaillant sur des perforatrices à clavier ont été observés pendant un mois, et les expériences ont montré que le nombre d’erreurs à l’heure baissait en moyenne de 54 % lorsqu’une odeur de citron flottait dans l’air. Une revue signale qu’un psychologue “a été engagé avec mission de trouver un arôme qui, vaporisé dans le métro de New York, pourrait faire baisser le nombre d’agressions et favoriser une attitude amicale”.

CHAUVES-SOURIS DANGEREUSES

1990 : En Europe, les chauves-souris enragées font planer une menace grandissante sur les humains, signale le Manchester Guardian Weekly. Des centaines de cas d’infection consécutive à des morsures ont en effet été enregistrés ces dernières années. Depuis 1983, ces morsures auraient causé la mort de deux personnes en Union soviétique et d’une en Finlande. Le phénomène ne se limite pas à cette partie du globe. Le journal précité ajoute en effet qu’“en Amérique du Sud et en Amérique centrale une épidémie de rage sévit actuellement parmi les chauves-souris hématophages (vampires)”. Par ailleurs, à la suite de récentes agressions de chauves-souris sur des humains en France, on a isolé un nouveau type de virus porté par les chauves-souris. Similaire à celui de la rage, il est appelé “virus des chauves-souris européennes”.

ENFANTS MALHEUREUX

1990 : Aux États-Unis, pays pourtant connu pour sa richesse et son abondance, des études menées par plusieurs organismes publics ont révélé l’existence de millions d’enfants en mauvaise santé et dépourvus d’instruction. Selon le Bureau américain du recensement, un enfant sur cinq aux États-Unis — soit 12,6 millions de jeunes de moins de 18 ans — vit en dessous du seuil de pauvreté. Pour l’économiste D. Lee Bawden, ce phénomène croissant tient en partie à l’augmentation du nombre de foyers monoparentaux. Plus de 17 millions d’enfants seraient en effet élevés dans ce type de famille.

PALUDISME SANS FRONTIÈRES

1990 : Plusieurs personnes auraient contracté le paludisme dans des aéroports — ou à proximité — en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas et en Suisse. La revue Machine Design fait remarquer que puisque certains de ces malades ne s’étaient pas rendus à l’étranger depuis un an, cela tend à prouver que “ces cas de paludisme sont imputables à des moustiques arrivés sur les aéroports à bord d’avions long-courriers”.

JEUNES VIOLEURS

1990 : Selon une récente étude, sur 1,5 million d’agressions sexuelles et de tentatives de viols enregistrées aux États-Unis, près de la moitié sont le fait d’adolescents, information rapportée par la revue Aspects médicaux de la sexualité humaine (angl.). Lors d’une autre étude menée auprès d’adolescents américains coupables de viol, “72 % [d’entre eux] ont dit avoir usé d’une ou de plusieurs drogues le jour de l’agression; 54 % avaient consommé de l’alcool, 44 % de la marijuana, et 25 % quelque autre stupéfiant (...). Au moment du viol, 43 % étaient en état d’ébriété”. Et la revue d’ajouter qu’il se pourrait bien que l’alcool amène souvent les violeurs à se montrer extrêmement violents.

L’ABEILLE-AUTOMATE

1990 : En 1945, le zoologiste Karl von Frisch a montré que la danse de l’abeille butineuse constitue en réalité un code complexe par lequel elle indique à ses congénères la direction d’une nouvelle source de nectar. Cette découverte lui valut de recevoir plus tard le prix Nobel. Depuis, les entomologistes ont essayé de fabriquer un automate capable de reproduire la prestation de l’insecte, mais sans grand succès: l’imposteur avait beau exécuter sa danse frénétique, les abeilles l’ignoraient dans la plupart des cas. Le quotidien allemand Hannoversche Allgemeine révèle cependant que des savants ont mis au point un automate muni de minuscules ailes montées sur des roulements en diamant. Ces ailes produisent un son spécial indispensable à la danse. Testé au Danemark, l’intrus a attiré l’attention des abeilles; elles l’ont attaqué, essayant de le tuer de leur dard. Par contre, dans une certaine ville, les insectes se sont laissé duper et se sont envolés à la recherche du nectar.

SUICIDES EN HAUSSE

1990 : Selon le Toronto Star, les années 80 auront été pour le Canada une décennie record pour ce qui est du taux de suicide chez les hommes âgés. Les statistiques indiquent que 80 % des suicidés sont des hommes. Le docteur David Conn, chef intérimaire des services psychiatriques du Centre de gériatrie de Baycrest, cite comme causes possibles la combinaison de ces divers éléments: maladie, alcoolisme latent et solitude consécutive au départ en retraite ou à la mort de proches. “Lorsque la dépression et la boisson se conjuguent, les idées suicidaires risquent de s’enraciner”, déclare le journal précité. Barbara Debuk, psychiatre consultant des services canadiens de la santé et de l’aide sociale, énumère quelques signes avant-coureurs: l’intéressé stocke des médicaments; il prend des dispositions en vue de son enterrement; il modifie son testament; il entreprend des démarches pour faire don de son corps à la science; la mort devient pour lui une obsession.
Le Saturday Star de Johannesburg cite entre autres causes possibles de suicide en Afrique du Sud “la description attrayante que les Églises font de l’au-delà”, expliquant que la “fascination qu’exerce le mystère de la vie après la mort” amène certains à mettre fin à leurs jours. Le journal rapporte à titre d’exemple le cas d’un adolescent de 16 ans qui, dans une note, “expliquait à sa famille qu’il avait décidé de se suicider pour la seule raison qu’il voulait savoir à quoi ressemblait la vie après la mort”.

MAUVAIS TRAITEMENTS CONTRE DISCIPLINE

1990 : Aux États-Unis, une étude a été menée auprès de 237 détenus dans le but de déterminer les facteurs qui font d’un enfant un adulte violent. Les résultats parus dans le numéro de janvier 1990 de la revue Science Digest montrent que “87 % des détenus qui ont dit avoir été frappés à coups de poing et de pied par leurs parents dans leur enfance étaient des délinquants violents”. Les effets étaient identiques pour ceux qui avaient vu leur père ou leur mère frapper son conjoint. Il n’en va pas ainsi de la fessée, dont l’administration en elle-même ne semble pas avoir engendré un comportement d’adulte violent.

HABITUDE MORTELLE

1990 : “Toutes les 13 secondes, quelqu’un meurt d’une maladie due au tabac, écrit la Chronique des Nations unies (angl.). Le tabac tue au bas mot 2,5 millions de personnes par an.” Dans la plupart des pays, le nombre des fumeuses augmente rapidement. Déjà menacée par le cancer du poumon et d’autres affections respiratoires, la fumeuse qui prend la pilule s’expose encore plus à une crise cardiaque ou à une attaque d’apoplexie. Quant à celle qui est enceinte, elle met également en danger la santé de l’enfant qu’elle porte.

LE DERNIER DALAÏ-LAMA ?

1990 : Le dalaï-lama, chef suprême des Tibétains et prix Nobel de la paix 1989, a exprimé le souhait de se retirer et d’être remplacé par un premier ministre élu par le peuple. D’après la doctrine du bouddhisme tibétain, l’actuel dalaï-lama est la 14e réincarnation de Chenresi, le Bouddha vivant, le saint patron du Tibet. C’est depuis le XVIIe siècle qu’un dalaï-lama cumule pouvoir spirituel et pouvoir temporel sur le Tibet. Pourquoi cette volonté de changer les choses? Lodi Gyari, ministre des Affaires étrangères du dalaï-lama, pense que c’est pour obliger les Tibétains à regarder vers l’avenir. “Le bouddhisme enseigne que toutes choses sont éphémères et que tout le monde doit passer, même le dalaï-lama, a-t-il expliqué. Nous devons donc nous préparer à cette éventualité.” Cependant, les chefs tibétains, exilés en Inde avec le dalaï-lama, sont opposés à cette proposition. Le Tibet est occupé par les armées de la Chine communiste depuis 1950. Le dalaï-lama s’est réfugié en Inde en 1959 après l’échec d’un soulèvement contre les forces chinoises.

QUI GAGNE PERD

1990 : “Je peux me payer tout ce que je veux, quand je le veux, mais, à part cela, je ne suis pas plus heureux qu’un autre”, déplore Jean-Guy Lavigueur, qui, en 1986, a gagné à la loterie un gros lot de 7,6 millions de dollars canadiens. Cet ancien chômeur de Montréal fait remarquer que sa nouvelle condition de millionnaire ‘ne l’a pas changé, lui, mais qu’elle a changé tous les gens de son entourage’. Sa famille et ses amis de longue date l’ont abandonné parce que, selon ses propres termes, “je ne leur donnais pas assez d’argent”.

MARIJUANA ET MÉMOIRE

1990 : Selon la revue Science News, des chercheurs ont découvert que “les adolescents qui fument de la marijuana s’exposent à des troubles de la mémoire dite à court terme, troubles qui persistent jusqu’à six semaines après leur sevrage”. Ayant constaté que les jeunes consommateurs de marijuana en cure de désintoxication “avaient souvent du mal à retenir des règles et à suivre les conversations”, les chercheurs ont comparé leurs performances à celles d’autres adolescents qui soit consommaient d’autres drogues, soit ne se droguaient pas du tout. Les “garçons et les filles qui fumaient de la marijuana ont obtenu de bien plus mauvais résultats aux tests faisant intervenir la mémoire à court terme” que ceux des deux autres groupes. Six semaines plus tard, “malgré une légère amélioration, leur faculté de mémorisation était encore inférieure à celle des deux autres groupes”.

CLERGÉ HOMOSEXUEL

1990 : “Il est temps que quelqu’un dise les choses franchement”, écrit dans le National Catholic Reporter un ecclésiastique du nom de Andrew Greeley. “Les chefs de l’Église sont responsables d’une aberration de plus, aberration qui est en train de détruire tout ce qu’incarnait autrefois la prêtrise catholique.” De quoi veut-il parler? “Les autorités de l’Église, explique-t-il, tolèrent qu’il puisse y avoir deux poids, deux mesures, en matière de célibat, et, à la fois par stupidité et par lâcheté, elles laissent la prêtrise devenir en partie, et peut-être à la longue majoritairement, homosexuelle.” Tout en reconnaissant que “de nombreux prêtres, évêques, papes et même saints de l’Histoire ont probablement manifesté des tendances plus homosexuelles qu’hétérosexuelles”, il pense que l’attitude actuelle de l’Église sur la sexualité des prêtres ouvre la porte à une extension de l’homosexualité dans le clergé, écornant un peu plus “l’image déjà ternie de la prêtrise”. Il ajoute: “Il apparaît que nombre des prêtres homosexuels ordonnés au cours des 20 dernières années sont sexuellement actifs et que certains d’entre eux sont également pédophiles [préfèrent les enfants comme partenaires].”

UNE ÉNIGME DE 2 500 ANS

1990 : Comment le roi Nébucadnezzar alimentait-il en eau les fabuleux Jardins suspendus de Babylone ? C’est, selon le New York Post, ce que voudrait savoir le président iraquien Saddam Hussein. À tel point qu’il offre une récompense de 1,5 million de dollars à quiconque présentera la description la plus plausible du système qui irriguait les légendaires jardins étagés en sept terrasses. Tout emprunt à la technique moderne est interdit, seuls les moyens disponibles au VIe siècle avant notre ère pouvant être utilisés. Le gouvernement iraquien veut reproduire ces jardins, dont la hauteur atteignait peut-être 110 mètres. Le concours n’est ouvert qu’aux Iraquiens.

LE PENNY NE FAIT PLUS RECETTE

1990 : La cote du penny américain (un centième de dollar) est en baisse comme en témoigne le nombre croissant de commerces qui affichent: “Nous n’acceptons pas les pennies.” Quantité de ces pièces sont tout simplement jetées. Une usine de traitement des déchets en Floride dit trouver chaque semaine pour 1 000 dollars en pennies dans les ordures ménagères. Le ministère américain des Finances signale que plus de 6 000 000 000 de pennies disparaissent chaque année.

LE TRIBUT DE LA GUERRE

1990 : D’après une étude réalisée par William Eckhardt, du Laboratoire Lentz de recherche pour la paix (installé aux États-Unis), la guerre a fait plus de 4,5 millions de victimes en 1988. “Les trois quarts des victimes étaient des civils, révèle le National Catholic Reporter, des vieillards et des enfants pour la plupart, incapables de gagner rapidement un abri et des plus vulnérables à la malnutrition.” Sur les 22 pays en guerre répertoriés, 18 étaient aux prises avec une guerre civile. Toutefois, l’Irlande du Nord, le Salvador, le Nicaragua, la Namibie et l’Afrique du Sud n’ont pas été pris en compte, aucun de ces pays n’ayant enregistré plus de mille tués dans l’année. De nouveaux affrontements ont éclaté cette année-là au Burundi et dans le nord de la Somalie.

TOUJOURS PLUS PETIT

1990 : On vient de découvrir une nouvelle population de micro-organismes aquatiques: des virus dont le diamètre n’excède pas 0,2 micromètre. Jusqu’alors, les plus petites formes de vie connues étaient le nanoplancton et le picoplancton, dont les diamètres sont de 10 à 20 micromètres pour le premier et moins de 2 micromètres pour le second. On estime que la concentration de ces nouveaux virus est comprise entre 10 et 100 millions par millilitre d’eau non polluée — soit 10 fois plus que la concentration bactérienne —, ce qui fait d’eux, selon la revue Scientific American, “la forme de vie la plus abondante sur la terre”.

VIOLENCE ET VIDÉO

1990 : La revue Asiaweek signale que le meurtre effroyable de quatre petites Japonaises a déclenché une vague d’indignation contre les vidéocassettes violentes. De l’aveu même de l’assassin, Miyazaki Tsutomu, c’est la violence et la pornographie débridées présentées dans ces films qui l’ont amené à commettre ces abominables agressions sexuelles et ces meurtres. Chez lui, la police a retrouvé environ 6 000 vidéocassettes qui montraient des scènes de tueries réelles, de dissection d’êtres humains et de pornographie. Malgré cela, des représentants de l’industrie de la vidéocassette ont jugé “ridicule” qu’on puisse établir le moindre rapport entre les films et les meurtres. Alors que des parents réclamaient avec véhémence des mesures de protection plus strictes contre de tels enregistrements, un représentant du gouvernement n’a parlé que d’une possible interdiction pour les moins de 18 ans. Commentaire d’Asiaweek: “On est à côté du problème: Miyazaki a 26 ans.”

RAPPORT ACCABLANT

1990 : L’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) annonce un bien sombre avenir pour l’enfance. Dans son rapport annuel sur la situation des enfants dans le monde, cet organisme souligne qu’une centaine de millions d’enfants mourront de maladie ou de malnutrition pendant les années 90 si on ne leur consacre pas 2,5 milliards de dollars par an en soins peu coûteux et d’ores et déjà disponibles. Que représente une telle somme? Elle correspond à ce que les sociétés américaines déboursent annuellement pour la publicité en faveur du tabac.

PROBLÈMES DE COMMUNICATION

1990 : Au Japon, un service téléphonique de conseils aux enfants a récemment signalé l’appel de nombreux enfants qui n’ont pas de besoins pressants ni ne cherchent de conseils particuliers, mais qui veulent simplement parler avec quelqu’un de ce qu’ils ont fait dans la journée. D’après le service en question, ils compensent ainsi le manque de dialogue au sein de la famille. Cependant, les conseillers rencontrent eux aussi des problèmes de communication. L’un d’eux a en effet déploré que “les enfants raccrochent dès qu’ils perçoivent un ton moralisateur dans la voix du conseiller”.

DROGUE: LES ENFANTS DANS LE COLLIMATEUR

1990 :  Les écoles sont, après les boîtes de nuit et les bars, les établissements favoris des revendeurs de drogue. “Les trafiquants exploitent les adolescents entre 13 et 15 ans, âge où l’on cherche à s’affirmer, explique le quotidien brésilien O Estado de S.Paulo. Pour les attirer dans le piège de la drogue, ils jouent sur les notions de courage et de virilité, ainsi que sur la crainte d’être isolé du groupe.” Parfois, les revendeurs sont eux-mêmes des enseignants ou des élèves. Devant l’augmentation de la consommation de drogue, un autre journal de São Paulo (Jornal da Tarde) lance cet avertissement: “La jeunesse constitue le capital le plus précieux de tout pays; or, la drogue est en train de ravager le cerveau de ces jeunes gens de la même façon que nous ravageons la forêt.”

PLUS DE JUMEAUX ET DE TRIPLÉS

1990 : En République fédérale d’Allemagne, une femme enceinte sur 50 donne naissance à deux enfants ou plus. À quoi faut-il attribuer cette augmentation du nombre de jumeaux et de triplés? Principalement aux techniques médicales modernes utilisées pour traiter la stérilité, répondent les gynécologues — les régimes hormonaux et la fécondation in vitro, par exemple. D’autre part, davantage de femmes souhaitent retarder l’âge auquel elles auront une grossesse, ce qui accroît les probabilités de naissance multiple. Reste que ces grossesses présentent apparemment plus de risques pour la mère et pour l’enfant.

MARCHER EST BON POUR LA SANTÉ

1990 : Non seulement l’exercice physique pratiqué avec mesure prévient les troubles cardio-vasculaires, mais, au dire de Rui Bevilacqua, professeur d’oncologie à l’université de São Paulo (Brésil), il pourrait avoir le même effet contre le cancer. Il semble que la marche ou d’autres activités physiques pratiquées régulièrement stimulent les intestins paresseux. Selon le professeur Bevilacqua, “une bonne partie de la nourriture que nous consommons est cancérigène, et si elle séjourne un certain temps dans les intestins, elle risque de provoquer un cancer du côlon”. Pareillement, Fúlvio Pileggi, professeur de cardiologie dans la même université, pense que la marche est l’exercice idéal pour ceux qui ne pratiquent aucun sport.

LA MENACE DES CRAPAUDS GÉANTS

1990 : En 1932, l’Australie a importé d’Amérique latine une centaine de crapauds géants afin de lutter contre des coléoptères qui dévastaient les champs de canne à sucre. L’expérience n’a que trop bien réussi. Les récoltes ont été sauvées et les scarabées détruits, mais aujourd’hui, près de 60 ans plus tard, certaines régions d’Australie sont confrontées à une véritable invasion de crapauds; les femelles, très prolifiques, pondent en effet jusqu’à 40 000 œufs à la fois. Une brochure illustrée intitulée 101 façons de tuer un crapaud géant (angl.) a été éditée pour montrer aux Australiens comment combattre ce gros batracien, qui sécrète un venin mortel pour les chiens et les chats. Un conseiller municipal de Brisbane a organisé une “Campagne d’éradication des crapauds géants”. Pour tuer les animaux sans les faire souffrir, il conseille de les mettre au congélateur. “Croyant à un hiver précoce, dit-il, les crapauds s’endorment pour ne jamais se réveiller.”

LES PERRUQUES FILENT À L’ANGLAISE

1990 : “Les barristers [avocats] et les juges britanniques portent perruque depuis que Charles II en a importé l’idée de France dans les années 1670, écrit le Wall Street Journal. Cet attribut permet de distinguer les barristers des solicitors, des avocats qui, généralement, ne plaident pas.” Mais aujourd’hui, un nombre croissant de ces bonnes vieilles perruques, symboles d’expérience et de sagesse, disparaissent des salles de tribunal et des vestiaires, et on craint que “les responsables soient pour la plupart des barristers”. Ceux-ci répugnent à porter les nouvelles perruques, faites en crin de cheval, car elles leur donnent l’air de débutants. Aussi, ceux qui doivent en avoir une s’arrangent-ils pour la vieillir prématurément en l’employant quelque temps pour faire les poussières ou en lui faisant prendre la pluie. Pendant ce temps, des appels désespérés pour que soient rendues les perruques manquantes sont placardés dans la quasi-totalité des tribunaux correctionnels de Londres — souvent en vain. Si les mesures de sécurité appliquées à l’entrée des salles d’audience sont strictes, il n’y a en revanche aucun contrôle à la sortie.

DÉCENNIE VIOLENTE

1990 : Aux États-Unis, le nombre des assassinats est de nouveau en hausse. Le New York Times signale en effet qu’après un léger fléchissement enregistré au début des années 80, la courbe a repris sa progression après 1985. En 1989, le nombre des meurtres a augmenté d’environ 5 % par rapport aux 20 680 enregistrés en 1988, chiffre qui représentait déjà un assassinat toutes les 25 minutes. Utilisées dans 60 % des agressions, les armes à feu arrivent désormais au huitième rang des causes de mortalité dans le pays. Une étude a révélé que, rien que dans les écoles, chaque jour, au moins cent mille élèves en moyenne se promènent avec une arme à feu. Selon la revue Time, ces conditions obligent les écoles de New York à se doter de “forces de sécurité qui occupent le 11e rang dans le pays quant à l’importance”. Pour la ville elle-même, avec quelque 17 000 meurtres, les années 80 ont été la décennie la plus violente de son histoire. L’apparition d’une nouvelle drogue, le crack, a contribué à ce triste bilan.

HÉPATITE NON DÉCELÉE DANS LE SANG

1990 : Il y a cinq ans de cela, un Sud-Africain contractait une hépatite B à la suite d’une transfusion sanguine reçue lors d’une opération du cœur. Aujourd’hui, il ne peut pour ainsi dire plus marcher, il souffre et a dû prendre sa retraite. Le sang de la donneuse, analysé trois mois avant l’opération, avait pourtant été jugé exempt de contamination. De plus, cette femme n’en était pas à son premier don, puisqu’elle avait déjà offert pas moins de 67 unités de sang. Ces personnes, qui donnent régulièrement leur sang sans provoquer d’infections, sont généralement considérées comme les donneurs les plus sûrs. Que s’est-il donc passé dans le cas de cette femme? Le virus de l’hépatite B a une période d’incubation qui varie de 4 à 26 semaines. Ainsi, comme l’explique un journal sud-africain (Rapport), le virus du donneur “en était encore au stade de l’incubation et ne pouvait donc pas être décelé lors des tests initiaux”.

EXCEPTION

1990 : Le Vatican peut autoriser un prêtre qui en fait la demande à ne pas consommer de vin durant la messe. Mais récemment, ce sont tous les prêtres de la région italienne du Frioul qui ont reçu la permission de remplacer le vin de messe par du jus de raisin non fermenté. Pourquoi? Selon le Catholic Herald, les prêtres ont fait cette requête parce qu’ils craignaient que la seule gorgée de vin de messe incite ceux d’entre eux qui sont alcooliques à “se remettre à boire”. Le journal catholique ajoute: “Des études montrent que 15 % des habitants du Frioul ont des problèmes avec la boisson et que bon nombre des 400 prêtres de la région figurent dans la catégorie à haut risque.”

AMANTS SOUPÇONNEUX

1990 : À cause du SIDA et de l’immoralité galopante, l’aventure sentimentale devient de plus en plus risquée. Le New York Times révèle que, pour limiter les risques, un nombre croissant de femmes célibataires chargent des détectives privés d’enquêter sur les hommes avec lesquels elles sortent. C’est principalement à la propagation du SIDA que les agences attribuent la forte demande qu’elles enregistrent, mais elles signalent également que les femmes veulent souvent obtenir des renseignements, non seulement sur le comportement sexuel, mais aussi sur la position sociale, la solvabilité et l’instruction de leur soupirant. Une agence de détectives fait même passer cette annonce dans une revue de Chicago: “Connaissez-vous bien celui ou celle que vous fréquentez?” Ajoutant: “Aujourd’hui, il est plus important que jamais de le savoir.”

COMPORTEMENT MEURTRIER

1990 : La France est l’un des pays industrialisés qui enregistrent le plus grand nombre de morts sur les routes: 330 tués par million de voitures contre 185 aux États-Unis, 182 en Italie, 163 au Japon, 162 en République fédérale d’Allemagne et 127 en Grande-Bretagne. Le quotidien parisien International Herald Tribune rapporte que, lors d’un récent symposium sur le thème du comportement au volant, des psychologues ont souligné le rôle prépondérant joué par l’impatience, la frustration et l’agressivité. Ils ont fait observer que, pour nombre de conducteurs, l’automobile est un moyen de se mettre en valeur et de témoigner de son mépris pour autrui.

LE PRIX DE L’AVIDITÉ

1990 : Alors que certains scientifiques nient que la pollution produite par l’homme soit à l’origine du réchauffement de l’atmosphère, l’agronome français René Dumont affirme que l’effet de serre a d’ores et déjà tué un million de personnes rien que l’année dernière. Selon lui, l’effet de serre provoque des sécheresses, elles-mêmes cause de famines. L’agronome, dont les prévisions de famines se sont déjà bien souvent réalisées, annonce que “nous sommes sur le point de connaître la plus grande famine de l’histoire de l’humanité”. Il attribue les raisons de la crise à l’insatiable consommation d’énergie des nations développées: “Il y a deux milliards de pauvres dans le monde, pris en otages par notre avidité, notre gaspillage d’énergie.” — The Globe and Mail, Toronto, Canada.

IRRÉFORMABLES ?

1990 : Le meurtre de trois jeunes garçons — dont deux ont subi des violences sexuelles — dans l’ouest des États-Unis est venu alimenter un débat qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Il s’agit de savoir si les récidivistes parmi les agresseurs d’enfants sont réformables ou non. L’homme inculpé du meurtre avait déjà été condamné plusieurs fois par la justice à suivre une psychothérapie pour avoir agressé des enfants. Avant d’être arrêté pour son triple meurtre, il venait d’être traité pendant huit mois par un psychologue qui avait lui-même passé 13 ans en prison pour trafic de drogue et vol à main armée. “N’importe qui peut se faire poser une plaque et se proclamer thérapeute”, déplore dans le New York Times le responsable de l’Association pour la restructuration du comportement des détraqués sexuels. Le journal fait remarquer que de plus en plus de spécialistes de la santé arrivent à la conclusion que “chez les agresseurs d’enfants certains récidivistes sont foncièrement incurables et devraient être enfermés à vie”.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. carte italie (site web) 06/07/2011

Blog super intéressant et rempli d'info.

Bonne continuation,

Claire

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×