2003 : 27 Coups d'oeil

L’obésité gagne du terrain

2003 : L’obésité adulte et infantile “ atteint des niveaux alarmants à travers le monde ” et touche aujourd’hui certains des pays les plus pauvres, rapporte The Lancet. Selon Barry Popkin, économiste et épidémiologiste nutritionniste à l’Université de Caroline du Nord, ce phénomène est notamment dû aux avancées technologiques qui ont permis l’extraction d’huiles de consommation à partir de graines telles que le maïs, le soja et le coton. “ Dans les pays asiatiques et africains, ces huiles sont en grande partie responsables du surplus de calories dans l’alimentation quotidienne ”, ajoute la revue. En outre, étant donné que les politiques gouvernementales en matière d’agriculture et de commerce autorisent l’exportation du sucre à bas prix, les fabricants disposent d’un exhausteur de goût bon marché. Dans de nombreux domaines, la technologie a également réduit l’activité physique et la dépense énergétique, ce qui entraîne petit à petit une prise de poids. Les spécialistes de l’alimentation et de la santé craignent que l’obésité ne provoque des maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires.

 

Une très vieille recette

2003 : Lu dans l’Electronic Telegraph : " Au sous-sol d’un musée viennois, on a découvert sur un morceau de papyrus poussiéreux la plus ancienne recette de dentifrice connue, utilisée plus de 1 500 ans avant que Colgate ne commercialise sa marque pour la première fois en 1873. Avec de l’encre noire, obtenue en délayant de la suie et de la gomme arabique dans de l’eau, un scribe égyptien a décrit avec précision ce qu’il appelle une ‘ poudre pour des dents blanches et parfaites ’. Mélangée à la salive, elle constitue un ‘ dentifrice impeccable ’. " Sur le document en question, qui date du IV e siècle de notre ère, figure la liste des ingrédients, broyés et mélangés : sel gemme, menthe, iris séchés et grains de poivre noir. Cette découverte a fait sensation lors d’un congrès de dentistes tenu à Vienne. " Chez les professionnels dentaires, personne ne soupçonnait l’existence à cette époque d’une recette de dentifrice aussi performante ", a déclaré le docteur Heinz Neuman, qui l’a testée et a trouvé que sa " bouche était fraîche et propre ". L’article ajoutait : " Les dentistes ont récemment découvert les vertus de l’iris. Il s’est avéré efficace contre la gingivite et est à présent commercialisé. "

La tactique anti-inondation des fourmis

2003 : Que font les fourmis quand il pleut ? Des espèces qui vivent sous terre emploient de remarquables techniques de survie, explique le New York Times. Certaines fourmis des forêts tropicales " réagissent à la moindre goutte [d’eau] qui pénètre dans une entrée de leur fourmilière, par des galopades d’alarme dans tout le nid, souvent jusqu’aux autres entrées ", déclarent Edward Wilson et Bert Holldobler. " Grâce à des traces odorantes, elles conduisent leurs congénères vers les galeries dont l’entrée n’est pas obstruée, ou parfois carrément hors du nid. " En moins de 30 secondes, elles sont capables de mobiliser une grande partie de la colonie. Selon le Times, dans le sud-ouest des États-Unis et dans le nord de l’Amérique du Sud, certaines fourmis Solenopsis (fourmis de feu) " remontent du nid à la surface et se regroupent, adultes, reine et larves, en énormes masses qui flottent sur les eaux montantes. Nombre d’entre elles survivent. [...] Ce ‘ radeau ’ finit par s’accrocher à des herbes ou à des buissons. Les survivantes retournent à la fourmilière à la décrue ".

Des poissons bruyants

2003 : Des chercheurs à l’Institut australien d’océanographie ont découvert que des poissons, " dont les demoiselles, les poissons écureuils et les cardinaux [...], communiquaient par des séries de grognements, de petits cris aigus et de sifflements ", rapporte le journal The West Australian. On comprend maintenant comment les bébés poissons retrouvent leur chemin quand ils sont entraînés loin d’un récif. Les chercheurs ont enregistré les bruits d’un environnement récifal et les ont diffusés dans des pièges à poissons. Mark Meekan, un des chercheurs, a déclaré à New Scientist qu’ils " avaient capturé plus de bébés poissons dans les pièges où étaient diffusés les enregistrements que dans les autres, preuve que les poissons ont été attirés par des sons particuliers ". Les chercheurs ont également découvert que certains sons émis par des poissons adultes s’entendent jusqu’à 15 kilomètres. " Au crépuscule et à l’aube, explique Mark Meekan, le chœur des poissons atteint à son apogée un niveau sonore qui équivaut aux cris de milliers de personnes dans un stade de football. " Toutefois, ce " chœur " est inaudible à l’oreille humaine.

" Championnat " audio

2003 : Quel poste autoradio a le plus fort volume ? Cette question a donné naissance à une nouvelle compétition internationale : la course de décibels, signale le National Public Radio, aux États-Unis. Lors de rassemblements organisés, le niveau sonore des postes autoradio est mesuré en décibels (dB) à l’aide d’appareils installés à l’intérieur des véhicules. Le son qui s’entend de l’extérieur ne compte pas. Les participants renforcent donc la structure de leur voiture pour conserver tout le son. " Sur les véhicules les plus élaborés, [...] les fenêtres font entre sept et dix centimètres d’épaisseur, explique Wayne Harris, un participant, et les portes sont blindées avec du béton et des armatures en acier. " Les concurrents ne s’assoient pas dans leur voiture quand l’autoradio est à fond, et pour cause !

Grains de beauté cancéreux

2003 : La plupart des grains de beauté ne sont pas dangereux. Toutefois, il est bien de surveiller ceux qui sont susceptibles d’être cancéreux. Selon le journal Milenio, de Mexico, voici les signes qui devraient vous inciter à montrer un grain de beauté à un médecin : une moitié est plus grande que l’autre, le bord est irrégulier, le grain de beauté change de couleur et de taille, il mesure plus de six millimètres [la taille d’une gomme de crayon], il saigne ou il démange. Le docteur Nancy Pulido Díaz, du centre médical La Raza, explique : " Les grains de beauté qui sont le plus à surveiller sont ceux de naissance et ceux qui apparaissent dans la paume des mains ou sous la plante des pieds. "

Comprendre les chiens ?

2003 : Au Japon, un fabricant de jouets a mis au point un appareil censé traduire les aboiements par des mots, rapporte un réseau d’information. Cet appareil consiste en un microphone sans fil qui s’attache au collier du chien et qui transmet les sons à un petit récepteur, lequel est supposé analyser les aboiements et les classer en six états émotionnels : déception, colère, joie, tristesse, désir et agressivité. Le résultat s’affiche sur l’écran à cristaux liquides du récepteur. On y lit par exemple : " Je suis en pleine forme ! " " Qu’est-ce que je m’ennuie ! "" Joue avec moi ! " Le fabricant a déclaré avoir déjà vendu au Japon 300 000 appareils (85 euros chacun). Il espère atteindre le chiffre de un million en introduisant son produit sur les marchés sud-coréen et américain.

" Arbres à violon " en danger

2003 :  " Pour des archets d’excellente qualité, il faut un bois spécial, mais ce bois se fait de plus en plus rare ", lit-on dans natur & kosmos, une revue scientifique allemande. L’arbre qui produit ce bois est le Cæsalpinia echinata, connu également sous le nom de pernambouc ou Pau Brasil. Il pousse dans la forêt côtière du Brésil, qui malheureusement fond à vue d’œil à cause du défrichement. Les pernamboucs ne couvrent plus aujourd’hui que 4 % de leur territoire d’origine et figurent sur la liste des espèces menacées. En outre, seuls les arbres de 20 ans et plus produisent le bois de cœur jaune ou brun-rouge nécessaire à la fabrication des archets. L’article ajoute que, d’après Thomas Gerbeth, grand archetier, il n’existe aucun substitut, car " la matière synthétique n’a pas encore donné un niveau de qualité aussi élevé ". Fabricants et musiciens se mobilisent actuellement pour protéger leurs " arbres à violon ".

Ne secouez jamais un bébé

2003 : Secouer un bébé lui inflige un coup du lapin " pouvant déclencher une hémorragie dans la tête et une augmentation de la pression sur le cerveau, qui peut alors se disloquer ", déclare le Toronto Star. Étant donné que les muscles d’un bébé ne sont pas encore entièrement développés et que ses tissus cérébraux sont très fragiles, " un secouage de quelques secondes seulement peut lui laisser des séquelles à vie : gonflement et lésion du cerveau, insuffisance motrice cérébrale, retard mental, retard de croissance, cécité, déficience auditive, paralysie, et peut même entraîner le décès ". Le docteur James King, pédiatre dans un hôpital pour enfants dans l’est de l’Ontario, a étudié les effets d’un tel traitement sur un bébé. Selon lui, le public doit être informé, parce que dans bien des cas les blessures ne sont pas apparentes aussitôt et on peut croire que le bébé souffre d’une grippe ou d’une maladie virale. " Le message selon lequel on ne doit jamais secouer un bébé doit être crié haut et fort, soutient le docteur King. Les nouveaux parents doivent être au courant du problème."

Des animaux ivres

2003 : Selon des rapports en provenance du monde entier, les humains ne sont pas les seuls à connaître l’ivresse due à l’alcool. Récemment, après s’être soûlé avec de la bière découverte dans un village de l’Assam (Inde), un troupeau d’éléphants s’est livré au saccage et a détruit des bâtiments. En Bosnie, un ours qui avait pris goût aux fonds de canettes de bière s’est mis à en réclamer davantage. Las de son tapage, les habitants ont décidé de lui donner de la bière non alcoolisée. Le subterfuge a fonctionné. L’ours aime toujours autant sa boisson, mais il n’est plus agressif. Dans le nord de la Californie, des oiseaux qui s’étaient enivrés avec des baies fermentées sur des buissons en bordure de route ont attaqué des voitures. On a résolu le problème en coupant les buissons. Des abeilles qui butinent du nectar fermenté se cognent contre les arbres ou tombent à terre et ne sont plus capables de retrouver leur ruche. Celles qui y parviennent ont néanmoins à affronter la colère des gardiennes, déterminées à empêcher que tout l’essaim ne s’enivre. 

Pas un crime

2003 : " Au Mexique, s’évader de prison ne constitue pas un acte criminel, rapporte le Korea Herald. La législation mexicaine reconnaît que tous les humains aspirent à la liberté. Elle ne les punit donc pas quand ils essaient de l’obtenir. " On inculpe ces prisonniers seulement s’ils enfreignent des lois lors de leur évasion, s’ils blessent quelqu’un, s’ils font des dégâts matériels, s’ils soudoient quelqu’un ou s’ils complotent avec d’autres prisonniers. Il existe cependant un risque. Les gardiens de prison ont le droit de tirer sur tout individu qui tente de s’échapper. Par conséquent, certains prisonniers ont mis au point des méthodes très ingénieuses. En 1998, par exemple, un condamné pour meurtre s’est mis au régime pour arriver au poids de 50 kilos. Il a ainsi pu se cacher dans la valise avec laquelle sa femme remportait son linge sale. Il a été arrêté neuf mois plus tard, mais il s’est de nouveau échappé et on ne l’a plus revu depuis.

Les langoustes ne perdent pas le nord

2003 : " Les langoustes ont l’incroyable faculté de retrouver l’endroit où elles vivent, même les yeux bandés, après avoir tourné en rond dans un camion et avoir été lâchées dans des eaux inconnues ", lit-on dans le journal canadien National Post. Des chercheurs ont capturé des dizaines de langoustes dans les Cayes de Floride, les ont enfermées dans des conteneurs obscurs et les ont relâchées une quarantaine de kilomètres plus loin. Malgré leurs yeux bandés, les langoustes ont toujours su reprendre la direction de leur lieu de capture. Selon ces chercheurs, il s’agit de la forme d’orientation la plus avancée découverte chez un invertébré. " En dépit de tout ce que nous avons fait, les langoustes ont retrouvé le chemin de leur domicile, a déclaré Kenneth Lohmann, responsable des recherches. Il s’agit vraiment d’une découverte remarquable : ces petits crustacés sont capables de déterminer leur position dans des conditions où des humains seraient complètement perdus. "

Pour se protéger des moustiques

2003 : " Avec plus de 2 500 espèces, les moustiques sont présents sur toute la planète ", lit-on dans la revue México Desconocido. Mâles et femelles se nourrissent de nectar, mais seules les femelles piquent. Elles transmettent ainsi aux humains le paludisme, la dengue et le virus du Nil. Comment vous protéger de leurs piqûres ? Voici ce que suggère la revue : 1) Ne sortez pas à l’aube ni le soir, au moment où les moustiques sont très actifs. 2) Utilisez une moustiquaire, de préférence imprégnée de répulsif. 3) Portez des vêtements amples et à manches longues, des pantalons et, au besoin, un chapeau muni d’une moustiquaire pour vous couvrir toute la tête. 4) Appliquez un répulsif là où la peau est exposée. 5) Prenez chaque jour 300 milligrammes de vitamine B, car elle rend parfois la transpiration repoussante pour les moustiques. 6) Dans les endroits marécageux, étalez de la vase sur votre peau en cas de nécessité. Si vous vous faites piquer, ne vous grattez pas, car le saignement peut provoquer des infections. Appliquez plutôt une lotion calmante à la calamine.

Les abeilles font fuir les éléphants

2003 : Au Kenya le nombre d’éléphants tend à augmenter, mais ce n’est pas sans inconvénients : certains, maraudeurs, détruisent les arbres et les récoltes, et on enregistre en moyenne deux accidents mortels par quinzaine. Fritz Vollrath, biologiste à l’université d’Oxford, pourrait bien avoir découvert une parade. Quand un éléphant dérange une ruche, constate-t-il, " il ne demeure pas impassible. Il s’enfuit, poursuivi par les abeilles qui lui donnent la chasse sur plusieurs kilomètres ". Les abeilles piquent les éléphants à des endroits vulnérables : autour des yeux, derrière les oreilles, sous la trompe et au ventre. Notre biologiste a donc placé des ruches d’abeilles africaines, certaines habitées et d’autres vides, dans quelques arbres d’une zone de la brousse fréquentée par des éléphants. Les pachydermes, rapporte New Scientist, ont évité tous les arbres sur lesquels était accrochée une ruche habitée, et un tiers de ceux où était fixée une ruche vide. En revanche, ils se sont attaqués à 90 % des arbres qui ne portaient pas de ruche. Le professeur Vollrath s’est également aperçu que les éléphants fuyaient le bourdonnement d’abeilles en colère, même lorsqu’il s’agissait d’un enregistrement.

Des billets en plastique

2003 : En octobre 2002, le Mexique a rejoint les rangs des pays qui utilisent des billets de banque en plastique. Petit à petit, les billets de papier sont remplacés par leurs équivalents en plastique. D’après le journal El Universal, de tels billets ont déjà cours en Australie, au Brésil, en Nouvelle-Zélande et en Roumanie. C’est aux Chinois que nous devons l’utilisation de la monnaie en papier, mais ce sont les Australiens qui ont mis au point le polymère dont sont faits ces nouveaux billets. Ceux-ci présentent plusieurs avantages. Ils sont plus sains, " durent quatre fois plus longtemps que ceux en papier, sont plus résistants, [...] plus difficilement falsifiables, et peuvent être recyclés en fin de vie ".

Briseur de couples & Cie

2003 : Des Japonais malheureux en ménage louent les services d’agences pour briser leur mariage. Si un mari veut se débarrasser de sa femme mais qu’il n’ait aucun motif valable pour divorcer, il paie une agence de " briseur de couples " qui enverra un homme superbe rencontrer " accidentellement " sa femme pour avoir une liaison avec elle. Celle-ci ne tardera pas à accepter le divorce. Une fois sa mission remplie, l’amant de location disparaît. De même, si la femme souhaite quitter son mari, l’agence enverra une jeune femme ravissante pour le séduire et le mettre dans son lit. D’après une employée de 24 ans, les hommes qu’elle aborde " ne disent presque jamais non ". Elle estime arriver à ses fins " dans 85 à 90 % des cas ". Le directeur de l’une des sociétés renvoie le personnel qui échoue 3 fois en 5 missions. " Ils doivent réussir, dit-il. C’est leur travail. " — IHT Asahi Shimbun.

Les loups vont à la pêche

2003 : Pendant des années, on a cru que le loup se nourrissait exclusivement d’animaux terrestres, tels que les cerfs. Cependant, d’après un journal canadien, le Vancouver Sun, on a observé le long des côtes centrales de Colombie-Britannique des loups vivant dans la forêt pluviale qui mangeaient des moules, des palourdes, des bernaches et même des saumons, " 20 par heure ". Ils guettent un poisson puis, " d’un bond foudroyant, sautent les quatre pattes dans l’eau et attaquent ". Ils font une prise 4 fois sur 10. Toutefois, les zoologistes s’étonnent de ce qu’ils ne mangent que la tête du saumon. Chris Darimont, chercheur, suppose que celle-ci contient des éléments nutritifs spécifiques, ou que le corps du poisson renferme des parasites nuisibles. " Ces loups ne cessent de nous surprendre, dit-il. Je me demande combien d’autres mystères recèlent encore les forêts pluviales. "

Après 40 ans, on récolte ce que l’on a semé

2003 : " C’est à l’âge de 40 ans, lorsque le processus de vieillissement s’accélère, qu’on commence à ressentir les effets de ses choix et du milieu dans lequel on a baigné. " Telle était l’idée clé d’un rapport issu d’une conférence sur la santé, explique le Daily Telegraph de Sydney, en Australie. Selon Rocco Di Vincenzo, responsable de la diététique à l’hôpital Swinburne, à Victoria, à partir de cet âge-là " ‘ les gènes défectueux ’ ou les dysfonctionnements de l’organisme " ne sont peut-être pas aussi déterminants pour la santé que le mode de vie. " Nous savons à présent qu’après 40 ans la santé résulte de l’interaction entre les facteurs héréditaires et l’influence de l’environnement, poursuit M. Di Vincenzo. D’après l’Institut national du vieillissement, 80 % des problèmes de santé chez les personnes âgées ne sont pas du tout liés à l’âge. Ils sont dus aux mauvais soins que le corps a reçus durant toute une vie, mauvais soins qui, après 40 ans, commencent à rattraper l’individu. "

Les vertus des plantes d’intérieur

2003 : Lu dans le Times de Londres : " Des milliers d’élèves auraient de meilleures notes si on disposait des plantes un peu partout dans les écoles ", déclarent des chercheurs. Le professeur Derek Clements-Croome, de l’université de Reading, a découvert que dans certaines salles de classe surchargées et mal aérées le taux de gaz carbonique était de plus de 500 % supérieur à celui recommandé, ce qui gênait la concentration des enfants et retardait leurs progrès. Qualifiant ce phénomène de syndrome des classes malsaines, il a indiqué que la densité des élèves dans les établissements scolaires est cinq fois plus élevée que celle des employés dans les bâtiments de bureaux, où l’on a constaté que " le syndrome des bâtiments malsains " nuit aux travailleurs et à leur efficacité. Quelles plantes améliorent la qualité de l’air ambiant ? D’après une étude menée aux États-Unis, les plantes araignées sont les plus efficaces. Dragonniers, lierres, caoutchoucs, spathiphyllums et yuccas sont aussi de très bons destructeurs de polluants atmosphériques. Les plantes d’intérieur réduisent le taux de gaz carbonique en le transformant en oxygène.

Le suicide, numéro un des morts violentes

2003 : Lu dans l’Independent de Londres : " Le suicide est la principale cause de mort violente dans le monde. " L’article, basé sur un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, précise que 1,6 million de personnes ont connu une mort violente en 2000. Cette année-là, le suicide a emporté 815 000 vies, contre 520 000 pour les homicides et 310 000 pour les guerres et conflits. Une grande majorité de ces décès " se sont produits dans les pays en voie de développement, mais seulement 10 % d’entre eux dans les pays développés ", déclare l’article. Le Bélarus, l’Estonie et la Lituanie ont enregistré des taux de suicides quatre fois plus élevés que ceux de la Grande-Bretagne. En Afrique ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud, le taux d’homicides est plus de deux fois supérieur au taux de suicides, alors que c’est l’inverse en Australie, en Europe et en Extrême-Orient.

Des plantes " parlantes "

2003 : Des chercheurs à l’Institut de physique appliquée, à l’université de Bonn, en Allemagne, ont mis au point des microphones laser capables d’" écouter " les plantes. Ces microphones captent les minuscules ondes de choc produites par l’éthylène, gaz que les plantes libèrent lorsqu’elles sont soumises à des agressions. Frank Kühnemann, botaniste dans cette université, explique : " Plus une plante est soumise à un stress, plus le signal capté par le microphone est fort. " Une fois, un concombre apparemment en bonne santé " était en réalité en train de crier. Un examen approfondi a révélé qu’il était attaqué par le mildiou ; pourtant il ne présentait aucun symptôme ". Le mildiou met de huit à neuf jours pour former des taches visibles, et ce n’est qu’à partir de là que les agriculteurs peuvent le déceler. " En écoutant les plantes, déclare le Times de Londres, on pourrait créer un système de détection des ravageurs et des maladies. Il peut être aussi utile de connaître le niveau de stress des fruits et des légumes pour les stocker et les transporter dans de bonnes conditions. "

Les bienfaits du lait maternel

2003 : " Il n’existe pas meilleure nourriture pour les nouveau-nés " que le lait maternel, écrit la neurochirurgienne Sanjay Gupta dans la revue Time. " Les bébés allaités vont moins souvent à l’hôpital et ont moins d’otites, de diarrhées, d’éruptions cutanées, d’allergies, etc., que les bébés nourris au biberon. " Le lait maternel protégerait également des maladies respiratoires. Selon une étude effectuée au Danemark, " les adultes qui ont été nourris au sein pendant les sept à neuf premiers mois de leur vie ont un Q.I. plus élevé que ceux qui ont été allaités pendant deux semaines ou moins ". Suivant l’Académie américaine de pédiatrie, un enfant doit être nourri au sein pendant six mois et, si possible, pendant un an ou plus. " L’allaitement maternel n’est pas seulement bénéfique aux nourrissons ", indique U.S.News & World Report. Une étude menée auprès de 150 000 femmes dans 30 pays a révélé que " le risque d’être victime d’un cancer du sein décroît de 4,3 % pour chaque douze mois d’allaitement ". Malheureusement, " seulement la moitié des mères américaines allaitent, et ce pendant deux ou trois mois en moyenne ".

À la dérive pendant quatre mois

2003 : Tauaea Raioaoa, un pêcheur âgé de 56 ans, a survécu quatre mois perdu au milieu du Pacifique Sud, s’émerveillent Les Nouvelles de Tahiti. Il avait quitté Tahiti le 15 mars 2002 " à bord de son petit marara vert de 25 pieds, baptisé le ‘ Tehapiti ’ ", mais une avarie de moteur était survenue au large des côtes tahitiennes. Après avoir dérivé sur plus de 1 200 kilomètres, il a été retrouvé le 10 juillet près d’Aitutaki, une des îles Cook, pesant quelque 20 kilos de moins. Pêcheur chevronné et un brin débrouillard, Tauaea Raioaoa a survécu " en se nourrissant de poisson cru ou séché, et en recueillant de l’eau de pluie dans un seau et une glacière ".

Des enfants qui n’ont qu’une vague idée de la mort

2003 : " Pensez-vous qu’une personne, une fois morte, puisse être ramenée à la vie ? " Telle est la question qu’Hiroshi Nakamura, professeur à la Women’s University du Japon, a posée à 372 élèves en dernière année d’école primaire. Un tiers d’entre eux ont répondu oui, un autre tiers n’étaient pas sûrs, signale le Sankei Shimbun de Tokyo. " Cette perception est peut-être le fruit des jeux vidéo où il suffit, quand le héros meurt, d’appuyer sur la touche de réinitialisation pour repartir de zéro. " D’après le professeur, le sondage " montre que de nombreux élèves, pourtant en dernière année de cours élémentaire, n’ont pas une claire compréhension de ce que signifie vraiment la mort ". Il invite les parents à informer leurs enfants à l’occasion de la mort d’animaux familiers ou en les laissant rendre visite à des mourants dans leur famille.

" Mentir est épuisant pour le cerveau "

2003 : Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont établi que le cerveau doit travailler beaucoup plus dur pour produire un mensonge que pour dire la vérité. Le docteur Daniel Langleben a utilisé l’imagerie fonctionnelle par résonance magnétique (IRM) pour déterminer quelles parties du cerveau s’activent lorsqu’une personne ment. Quand on lui soumet une question, le cerveau doit d’abord la traiter. Puis, " presque par instinct, le menteur va d’abord penser à la réponse exacte avant d’inventer une réponse fausse ", lit-on dans le journal The News, de Mexico. " Le cerveau ne produit jamais de réponse sans effort, affirme le docteur Langleben. Or la production d’un mensonge fait appel à un processus plus compliqué que l’énoncé de la vérité, ce qui entraîne une activité neuronale plus intense. " Sur l’IRM, ce surcroît d’activité se traduit par une lueur semblable à une ampoule électrique. " Même si l’on est bavard, mentir est épuisant pour le cerveau ", conclut le journal.

De remarquables imitateurs

2003 : De remarquables imitateurs.On prétend que les étourneaux sont capables d’imiter le chant de plus de 40 oiseaux différents. Mais ce n’est pas tout. On a pu entendre l’étourneau imiter le bruit d’autobus, de sirènes, de tronçonneuses, d’alarmes de voiture, le bêlement de moutons, et même le hennissement de chevaux. Dernière imitation à son répertoire : la sonnerie d’un téléphone portable. Par conséquent, " si vous entendez sonner dehors un téléphone portable, vous aurez peut-être la surprise de vous apercevoir que le ‘ portable ’ a des plumes, signale National Geographic. Avec la prolifération des portables, moqueurs, mainates et autres oiseaux imitateurs risquent d’ajouter eux aussi des sons à leur répertoire ".

Alligators épouvantails

2003 : Les cormorans, des oiseaux qui mangent apparemment un kilo de poisson par jour, " sont souvent le cauchemar des pêcheurs du dimanche ", lit-on dans le Calgary Herald. Mais il existe un moyen récemment mis au point par les pisciculteurs nord-américains pour éloigner ces oiseaux, et d’autres, amateurs de poisson : des alligators en plastique. Ils mesurent quatre mètres de long, " ont de grands réflecteurs lumineux en guise d’yeux, et ressemblent à s’y méprendre à de vrais alligators ". Un biologiste a constaté que cet " épouvantail " flottant à la surface de l’eau fonctionnait pendant un mois environ, après quoi les oiseaux commençaient à s’y habituer. Un grand héron bleu " s’était même perché sur le dos du leurre ". Mais installé ailleurs, l’épouvantail fonctionnait de nouveau.

Le livre le plus traduit

2003 : La Bible demeure le livre le plus traduit dans le monde. Alors qu’il existe approximativement 6 500 langues, la Bible est disponible, en tout ou en partie, en 2 355 langues. On la trouve à présent en 665 langues africaines, en 585 langues asiatiques, en 414 langues d’Océanie, en 404 langues d’Amérique latine et des Caraïbes, en 209 langues européennes et en 75 langues d’Amérique du Nord. L’Alliance biblique universelle pilote actuellement des projets de traduction de la Bible en quelque 600 langues.

Champion du saut en hauteur

2003 : " Le monde des insectes compte un nouveau champion du saut en hauteur ", lit-on dans le Times de Londres. La minuscule cercope des prés est capable de sauter à plus de 70 centimètres de hauteur. C’est comme si un humain sautait plus haut qu’un gratte-ciel d’environ 200 mètres ! À l’aide de la photographie ultra-rapide, Malcolm Burrows, de l’université de Cambridge (Angleterre), a constaté que les muscles des pattes arrière de l’insecte fonctionnaient comme une catapulte, déployant à l’envol une énergie phénoménale. D’après ce professeur, lorsqu’elle saute, la cercope des prés résiste à une force équivalant à 400 fois la force gravitationnelle de la terre, " soit 130 fois celle que subit une navette spatiale au décollage ".

Les sens extraordinaires des chouettes

2003 : C’est en partie grâce à leurs yeux immenses et à leur vision binoculaire que les chouettes ont " la vue nocturne la plus perçante du royaume animal ", lit-on dans la revue Australian Geographic. Et nombre d’entre elles " sont capables de détecter des sons dix fois plus bas que ceux que l’oreille humaine peut distinguer ". Comment cela ? " Les chouettes, explique l’article, à des degrés différents selon les espèces, possèdent une particularité auditive extraordinaire : une de leurs oreilles a un trou plus grand que celui de l’autre. " Cette particularité leur permet de localiser plus facilement une proie en mouvement. Les chouettes effraies ont un atout supplémentaire : un disque facial garni de plumes. Ce disque flexible canalise les sons et les transmet à l’oreille. En outre, le bulbe rachidien, une partie du cerveau associée à l’ouïe, est plus complexe chez les chouettes que chez les autres oiseaux.

Les vertus du persil

2003 : Souvent utilisé en garniture, le persil est riche en vitamines et en minéraux, indique le Sunday Telegraph d’Australie. " Une tasse de persil contient plus de bêta-carotène (vitamine A) qu’une grosse carotte, près de deux fois plus de vitamine C qu’une orange et plus de calcium qu’un verre de lait. À poids égal, il contient plus de fer que le foie, et il est riche en vitamines B1 et B2. " Sur le plan thérapeutique, " le persil est un excellent diurétique ; il draine l’organisme ", poursuit le journal. Il est également efficace contre certaines infections du foie, de la rate, de l’estomac et des reins. Cru, " il est l’un des meilleurs rafraîchisseurs d’haleine, et sûrement le moins cher ". Toutefois, prévient l’article, " dans certains cas (grossesse, etc.), [...] il peut être dangereux à cause de ses composants œstrogéniques ".

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×