Sécurité des personnes âgées

Personnes âgées : veillez à votre sécurité

Une fillette fait du patin à glace. Tout à coup, elle dérape et tombe. Elle se relève aussitôt avec, pour toute douleur, un brin de honte. Une dame âgée trébuche chez elle et tombe. Elle se casse le col du fémur, est opérée, puis fait de la rééducation pendant des mois. D’autant plus craintive à présent, elle évite les activités physiques et s’affaiblit. Dans un pays d’Occident, plus du tiers des 65 ans et au-delà font une chute chaque année. Dans cette tranche d’âge, la chute est d’ailleurs la cause principale des morts accidentelles. Au sujet des vieux jours, la Bible constate avec justesse : “ On a commencé à avoir peur de ce qui est haut, et il y a des terreurs sur le chemin. ” — Ecclésiaste 12:5. Bien que la vieillesse apporte généralement son lot de difficultés physiques, vous pouvez prendre des mesures pour renforcer votre sécurité et la qualité de votre vie. Tout d’abord, efforcez-vous d’entretenir autant que possible votre santé et votre résistance. Ensuite, rendez votre logement plus sûr.

Santé et résistance

Quand on prend de l’âge, on a parfois des troubles de la coordination, de la vision et de l’équilibre. Les muscles et les os s’affaiblissent, ce qui rend plus fragile. Une activité physique régulière et de bonnes habitudes alimentaires peuvent néanmoins ralentir ce déclin. Nita, kinésithérapeute, conseille : “ Il est important de pratiquer une gymnastique qui améliore l’équilibre, la posture, la résistance et la souplesse. ” Une publication du ministère américain de la Santé déclare : “ Quels que soient leur état de santé et leurs capacités physiques, les personnes âgées ont beaucoup à gagner à rester physiquement actives. Même si vous avez du mal à vous tenir debout ou à marcher, vous pouvez toujours faire des exercices qui vous seront bénéfiques. Dans la majorité des cas, vous avez en réalité plus à perdre à ne rien faire. ” L’activité physique peut vous aider à combattre, entre autres choses, les maladies cardiaques, les douleurs articulaires, l’ostéoporose et la dépression. Elle favorise la circulation sanguine, la digestion et le sommeil, et peut rendre plus agile et plus sûr de soi. Si vous n’êtes pas habitué à l’activité physique, il serait judicieux d’en parler au préalable à votre médecin. Signalez-lui également tout malaise ou toute douleur de poitrine ressentis au cours d’un exercice. Il serait même sage dans ce cas de composer le numéro d’urgence. Ne prenez pas ce genre de symptômes à la légère ! De plus, il est bien de consulter un ophtalmologue une fois par an. Côté alimentation, boudez les repas vite préparés mais pauvres en vitamines et en minéraux. Vous avez particulièrement besoin d’aliments riches en vitamine D et en calcium, qui entretiennent la masse osseuse ou du moins en ralentissent la diminution. C’est pourquoi efforcez-vous d’inclure dans vos repas des céréales complètes, des produits laitiers maigres, et des fruits et légumes frais. Avant tout changement important, consultez votre médecin. Il vous indiquera les aliments à privilégier ou à proscrire en fonction de votre santé. En outre, veillez à bien vous hydrater. La déshydratation, courante chez les seniors, surtout chez ceux qui vivent seuls ou dans des maisons de retraite, prédispose à divers maux : les chutes, la confusion, la constipation, une perte d’élasticité de la peau, des infections, voire la mort.

Un logement plus sûr

La plupart des chutes surviennent au domicile. Cependant, vous réduirez considérablement ce risque moyennant quelques précautions. Lisez ce qui suit en pensant à votre logement. Salle de bains :

● Même mouillé, le sol devrait fournir une bonne adhérence.

● La douche ou la baignoire devrait posséder un revêtement ou, à défaut, un tapis, antidérapant. Si vous utilisez un siège de douche, l’accès aux robinets doit rester facile. De plus, une pomme de douche amovible permet de se laver en restant assis.

● Les barres d’appui sont pratiques pour entrer dans la baignoire ou en sortir, ou pour utiliser les toilettes. Elles devraient être solides et bien fixées. Veillez également à ce que le siège des toilettes soit assez haut pour que vous puissiez vous asseoir et vous relever sans trop d’efforts.

● Laissez des veilleuses allumées ou utilisez une lampe électrique. Escaliers :

● Ils doivent être dégagés, en bon état et bien éclairés. ● Ils devraient être munis de rampes solides, des deux côtés si possible, ainsi que de bandes antidérapantes et d’interrupteurs en haut et en bas.

● Monter et descendre les escaliers tonifie les muscles des jambes. Mais si vous avez des problèmes d’équilibre, évitez de les emprunter seul. Chambre :

● Créez suffisamment d’espace autour du lit et des autres meubles pour circuler sans encombre.

● Disposez d’une chaise où vous asseoir pour vous habiller.

● Lorsque vous êtes au lit, ayez toujours une lampe mobile ou de table à portée de main. Cuisine :

● Les plans de travail devraient rester libres pour recevoir denrées et ustensiles sans difficulté.

● Le sol ne devrait être ni glissant ni brillant.

● Les rangements devraient être accessibles sans aide : ni trop hauts, ni trop bas. Limitez le recours aux échelles ou aux escabeaux et ne montez jamais sur une chaise ! En général :

● Éclairez de veilleuses le chemin des sanitaires et d’autres endroits où vous êtes susceptible de vous rendre la nuit.

● La nuit, où la vigilance est moindre, il peut être utile de se déplacer avec une canne ou un déambulateur.

● Vos chaises devraient être stables (sans roulettes), dotées d’accoudoirs et à la bonne hauteur pour que vous puissiez vous asseoir et vous relever facilement. ● À titre préventif, réparez, remplacez ou supprimez les tapis effilochés, le lino gondolé, le carrelage cassé. Les cordons électriques doivent courir le long des murs, pas en travers du passage.

● Les petits tapis sont traîtres et devraient être retirés des espaces moquettés. Sur des sols lisses (carrelage, bois), ils devraient être doublés d’un antidérapant.

● Bannissez les pantoufles lâches ou usées, qui ne tiennent pas le talon ou n’ont pas de semelles antidérapantes. Ne portez pas de sandales ou de chaussures à hauts talons.

● Certains médicaments causent des malaises ou des défaillances. Si cela vous arrive, parlez-en sans faute à votre médecin. Il changera peut-être les dosages ou le médicament lui-même. Si un point mérite une attention spéciale, mais que vous ne puissiez le régler vous-même sans risque, pourquoi ne pas solliciter sans tarder un parent, un ami ou les personnes qui assurent la maintenance de votre logement ?

Le rôle de l’entourage

Si vous avez des parents, des grands-parents ou des amis âgés, que faire pour les aider à se prémunir contre une mauvaise chute ? Vous pourriez déjà, avec tact, considérer avec eux la liste qui précède et les aider à prendre les dispositions qui s’imposent. Selon les besoins, vous pourriez leur préparer un ou deux repas de qualité par semaine. L’exercice régulier étant important, pourriez-vous les emmener marcher, peut-être en les associant à vos déplacements courants ? Beaucoup seraient heureux de sortir s’ils avaient un compagnon de confiance à leurs côtés. Dans certains pays, le gouvernement propose des soins infirmiers à domicile, des séances d’ergothérapie ou de kinésithérapie et une assistance en matière de sécurité domestique. Votre médecin saura vous orienter vers de tels services. Le Créateur, appelé lui-même “ l’Ancien des jours ”, exige que nous respections les personnes âgées, en particulier nos parents (Daniel 7:9). “ Honore ton père et ta mère ”, ordonne-t-il (Exode 20:12). Il dit encore : “ Devant les cheveux gris tu te lèveras, et tu dois avoir des égards pour la personne du vieillard, et tu dois craindre ton Dieu. ” (Lévitique 19:32). Oui, le respect envers nos aînés reflète en réalité une crainte salutaire de Dieu ! Et quand une personne âgée est sincèrement reconnaissante de l’aide qu’elle reçoit, elle s’attire considération, affection et respect. Mieux qu’un devoir, l’épauler est alors un plaisir ! Dans certains pays, les seniors peuvent se procurer un petit dispositif électronique qui se porte autour du cou ou du poignet. Il est muni d’un bouton à presser en cas d’urgence (mauvaise chute ou autre). Si ce service existe dans votre région, peut-être pourriez-vous envisager d’y recourir, surtout si vous vivez seul.

Source : Réveillez-vous ! (février 2011)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×