Sécurité pour les enfants

Précautions contre les accidents chez les enfants

À l'école, la sonnette annonçant la fin d’un cours venait de retentir, et les couloirs étaient remplis d’élèves. Quatre filles dégringolèrent ensemble l’escalier pour se rendre au cours suivant.
À la dernière volée d’escalier, l’une d’elles, Barbara, âgée de onze ans, sauta, le bras levé, afin de toucher la volée supérieure. Malheureusement, elle posa le pied à faux et plongea, la tête la première, jusqu’au pied de l’escalier. Elle resta dans le coma pendant plusieurs jours. Sa chute avait provoqué de graves lésions cérébrales. Quel prix terrible pour un seul acte d’imprudence !

Évidemment, tous les enfants ne descendent pas l’escalier en casse-cou, ne courent pas entre les voitures après un ballon et ne roulent pas à bicyclette de façon téméraire. Bon nombre d’entre eux n’ont aucun accident grave pendant toute leur enfance. Cependant, il n’en est pas moins vrai que chaque année, rien qu’aux États-Unis, près de dix millions d’enfants de moins de quinze ans sont victimes d’un accident chez eux ou dans le voisinage de leur maison.


Que peuvent faire les parents pour protéger leurs enfants et leur apprendre à se protéger eux-mêmes ?

En voiture
Aux États-Unis, la plupart des accidents mortels dont les enfants sont victimes sont provoqués par l’automobile. La principale cause de mortalité et de blessures chez les enfants de cinq à dix ans est la voiture, et un grand nombre de victimes sont des passagers.
On pourrait éviter beaucoup de ces accidents, ou du moins en diminuer la gravité, si l’on attachait les enfants à leur siège avec une ceinture de sécurité. En Amérique, l’utilisation de cette ceinture sauve plus de 5 000 vies par an, estime-t-on, et pourtant beaucoup d’automobilistes ne s’en servent pas. Et vous, êtes-vous parmi ceux qui n’utilisent pas une ceinture de sécurité pour de petits trajets ? La plupart des accidents se produisent dans un rayon de quinze kilomètres de la maison, paraît-il. Par conséquent, ceux qui attendent de faire un long voyage pour se servir de la ceinture de sécurité, n’auront peut-être jamais l’occasion de l’utiliser.


La sécurité de vos enfants dépend en grande partie de vous, le conducteur de la voiture. Faites-vous particulièrement attention la nuit, pendant les heures dangereuses du crépuscule et par mauvais temps ? Vous faites-vous une règle de ne jamais conduire quand vous êtes très fatigué, somnolent, en proie à une forte émotion ou après avoir absorbé de l’alcool ou certains médicaments ?
Respectez-vous toujours le code de la route ? Ceci est important, non seulement pour la sécurité de vos enfants, mais encore parce que ceux-ci vous regardent. S’ils vous voient brûler des feux rouges, rouler trop vite, changer constamment de file, suivre d’autres voitures de trop près ou faire des queues de poisson, ils feront de même lorsqu’ils commenceront à conduire. L’exemple des parents exerce une puissante influence sur les enfants, qui imitent ce qu’ils voient faire.
Dans la rue
Les enfants se font souvent écraser parce qu’ils traversent la rue sans regarder si une voiture arrive ou parce qu’ils ne font pas attention aux feux de signalisation. Avant que l’enfant n’ait cinq ans, il est possible de lui apprendre à respecter le code de la route, et particulièrement comment traverser la rue. Il doit traverser uniquement aux passages cloutés et quand le feu est au rouge pour les voitures. Il doit même prendre l’habitude de regarder dans les deux sens avant de traverser quand le feu est favorable pour lui, car certains automobilistes brûlent les feux. Ces leçons sont une partie indispensable de son éducation.
Après les lui avoir bien inculquées, éprouvez ses connaissances. Vous pouvez le faire à l’aide d’un jeu, si vous le préférez. Prenez votre garçonnet par la main et dites-lui : “Maintenant, Jeannot, je serai l’enfant et toi tu seras le papa. Conduis-moi jusqu’à l’autre côté de la rue ; moi je ferai comme toi tu feras.” Cette façon d’agir développera chez l’enfant le sens des responsabilités et vous aidera en même temps à déterminer s’il met vraiment en pratique ce que vous vous efforcez de lui enseigner.

Il faut également faire comprendre aux enfants combien il est dangereux de courir brusquement dans la rue, entre les voitures en stationnement, après un ballon ou quelque autre jouet. Défendez-leur de jouer sur la chaussée. Qu’ils jouent uniquement sur le trottoir ou, mieux encore, dans les squares, les parcs et autres lieux réservés à cette fin.
À bicyclette
Certains enfants oublient toutes les règles dès qu’ils ont l’occasion de monter à bicyclette. Quand un garçon a l’âge de rouler à bicyclette, il doit apprendre que cela ne va pas sans responsabilités. Ne lui permettez pas de rouler dans la rue, parmi les voitures, tant qu’il ne possède pas cet art à fond et qu’il n’a pas appris à respecter les feux de signalisation.


Faites-lui bien comprendre les risques qu’il court en roulant sans garder les pieds sur les pédales ou en s’accrochant à un camion ou à quelque autre véhicule. Si vous le prenez en faute, refusez-lui la permission de rouler aussi longtemps qu’il ne sera pas disposé à le faire convenablement.
Dans l’eau
Apprenez à vos enfants, dès leur plus jeune âge, à respecter l’eau. Il est indispensable, pour leur protection, qu’ils sachent nager, même avant de fréquenter l’école si possible. Non seulement cela peut leur sauver la vie, mais la natation est un sport très salutaire.
Toutefois, faites-leur comprendre qu’ils ne doivent jamais nager seuls dans une piscine, un lac ou ailleurs, et ne jamais y nager non plus quand il y a danger d’orage. À la plage, qu’ils nagent uniquement aux endroits autorisés ou là où il y a des sauveteurs.


Un autre moyen de contribuer à la sécurité de vos enfants consiste à ne pas leur permettre d’utiliser des jouets gonflables pour flotter sur l’eau, particulièrement s’ils ne savent pas nager. Surtout ne les laissez pas employer ces jouets en eau profonde. Ces objets leur permettent sans doute de s’amuser prodigieusement, mais tout dispositif d’invention humaine est sujet à une panne. La prudence est donc de rigueur quand les enfants sont dans l’eau ou près de l’eau.
La valeur de la correction
Il convient de faire comprendre aux enfants d’âge scolaire combien il est dangereux de suivre des camarades trop téméraires. Les garçons, plus que les filles, doivent combattre la tendance à se comporter en casse-cou quand ils y sont incités par d’autres enfants. Livrés à eux-mêmes, beaucoup de garçons se conduisent de façon raisonnable, mais lorsque leurs camarades les mettent au défi, ils oublient toute prudence. Apprenez donc à vos fils que lorsque d’autres garçons les poussent à un acte téméraire, ce sont eux et non les autres qui en subiront les conséquences. C’est souvent au moyen de la correction qu’il faut inculquer cette leçon.


La correction administrée avec fermeté et amour est une partie importante de l’éducation de l’enfant, et elle est une force puissante dans sa vie. En réalité, il aime que ses parents soient fermes et même qu’ils imposent des restrictions à sa liberté, particulièrement quand sa sécurité est en jeu. Êtes-vous ferme quand cela se révèle nécessaire ? Montrez-vous que vous entendez vous faire obéir à la première injonction ? Quand vous dites à votre enfant de faire ou de ne pas faire quelque chose, accompagnez vos paroles d’actes appropriés pour leur donner du poids ; alors l’enfant vous obéira.
Évidemment, par moments, même les enfants dociles sont rebelles et désobéissent à leurs parents quand leur sécurité est en jeu. Il est donc essentiel de les corriger. Cependant, n’administrez pas la correction sous l’emprise de la colère, mais de façon calme et raisonnable. Expliquez à l’enfant pourquoi vous le punissez. Pour les uns, il suffit d’être privés pendant un certain temps de témoignages de votre affection ou d’un privilège. Pour d’autres, l’isolement est un châtiment très efficace, car la plupart des enfants n’aiment pas être mis à l’écart de l’activité familiale ou privés de la compagnie de leurs camarades. Pour d’autres encore, il faut une correction corporelle douloureuse, comme une fessée. Quelle que soit la forme que revêt le châtiment, il doit être approprié et administré avec l’accord des deux parents.


Un des meilleurs moyens de prévenir les accidents consiste à accorder à la sécurité beaucoup d’attention. La plupart des accidents sont provoqués par des conditions existant dans la maison et dont les parents sont responsables. Ceux-ci doivent donc être conscients de l’importance de la sécurité et endosser pleinement leurs responsabilités sous ce rapport.
Pour montrer comment les parents peuvent supprimer bien des causes de danger au foyer, visitons les diverses pièces de la maison. Nous les examinerons uniquement du point de vue de la sécurité des enfants et des précautions à prendre pour prévenir les accidents.
L’extérieur de la maison
Cependant, avant de pénétrer dans la maison, jetons un coup d’œil sur l’extérieur. Nous remarquons des papiers, des bouteilles et d’autres objets près de la porte. Voilà le premier danger, car l’enfant qui revient de l’école en courant ou qui sort précipitamment pour aller jouer, risque de buter contre ces objets et de tomber. Les abords de la maison doivent donc être débarrassés de tout détritus.


Examinons également le garage. Dans beaucoup de familles, le garage est un endroit où l’on remise non seulement la voiture, mais encore quantité d’autres objets. Le sol de votre garage est-il jonché d’outils, de clous, de vis, de crics, etc.? Tous ces objets sont dangereux pour les enfants qui peuvent trébucher dessus ou se blesser en les maniant. De plus, un petit enfant risque de mettre de tels objets dans sa bouche. On devrait donc les ranger dans une trousse à outils ou les jeter.


Derrière la maison, il y a une escarpolette. Sans doute les enfants passent-ils bien des heures joyeuses en s’y balançant. Cependant, l’examinez-vous souvent ? En fait, vous assurez-vous toujours que le matériel de jeu de vos enfants est en bon état avant qu’ils ne s’en servent ?
Devant la maison, un petit garçon joue dans l’allée. Avant de faire démarrer votre voiture, regardez-vous bien pour voir s’il y a quelqu’un dans l’allée ? Beaucoup d’enfants ont été tués parce qu’un automobiliste n’avait pas pris cette précaution.
À l’intérieur de la maison
Pénétrons maintenant dans la maison. L’escalier est bien éclairé et semble remplir toutes les conditions de sécurité voulues. Une barrière en haut empêche le tout-petit de tomber. Les marches sont larges, la rampe ferme et le tapis en bon état. Jetons aussi un coup d’œil dans les différentes pièces pour voir si les tapis sont fixés bien solidement au plancher ou s’ils sont du moins antidérapants.


Puisque tant d’accidents se produisent dans la cuisine, visitons d’abord cette pièce. La mère de famille veille-t-elle, pendant qu’elle prépare les repas, à ce que les manches des poêlons soient tournés vers le mur, afin d’empêcher les jeunes enfants de les saisir et de renverser sur eux le contenu brûlant de ces récipients ? Veille-t-elle aussi à mettre hors d’atteinte des enfants les couteaux, les affiloirs, les taille-légumes et autres ustensiles ? Pendant qu’on ne les utilise pas, ces objets devraient toujours être rangés dans un lieu sûr.


Dans la salle de séjour, les lampadaires et autres lampes ont-ils un support solide et des cordons qui ne traînent pas ? Le plancher est-il glissant ? Les prises de courant sont-elles toujours recouvertes d’un chapeau de protection pour que les enfants ne puissent pas y introduire des objets ?
Après avoir examiné le rez-de-chaussée, montons au premier étage. En pénétrant dans une des chambres, nous remarquons aussitôt un objet dangereux : un sac en plastique. En effet, en jouant, un enfant pourrait mettre sa tête dans ce sac et se trouver ensuite dans l’impossibilité de l’enlever ; il périrait alors d’asphyxie. Nous remarquons toutefois une bonne précaution : la fenêtre est pourvue d’un grillage pour empêcher les enfants de tomber dehors.
Dans la salle de bains il y a un tapis antidérapant sur le fond de la baignoire, et la pharmacie est fermée à clé. Cependant, dans la corbeille à papiers nous remarquons une lame de rasoir que le père de famille a dû jeter après s’être rasé. Pareil objet constitue une grande tentation pour les enfants et ne doit jamais être laissé à leur portée, car ils ne se rendent pas compte combien il est dangereux.


Nous pourrions poursuivre notre visite et découvrir sans doute bien d’autres dangers, car ils abondent dans tous les foyers. Pourquoi donc ne pas prendre le temps d’effectuer une tournée d’inspection analogue chez vous ? Vous pourriez le faire sous forme de jeu en prenant les enfants avec vous : chacun essaierait de découvrir les dangers qu’il faudrait conjurer.
Les familles qui prennent les précautions qui s’imposent auront bien moins d’accidents à déplorer. Un proverbe dit : “Mieux vaut prévenir que guérir.” Cela est surtout vrai quand la vie d’un enfant est en jeu.

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. omayma (site web) 20/05/2012

Je veux m'inscrire dans ce site

2. hala benhida 25/04/2013

j'ai bien aimée ce site enfaite il me donne plusieurs informations sur la route.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 20/05/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×