Slovaquie

Slovaquie

La Slovaquie est un pays situé en Europe centrale, « au cœur de l'Europe » . Ses pays frontaliers sont la Pologne au nord, l'Ukraine à l'est, la Hongrie au sud, l'Autriche à l'ouest et la République tchèque au nord-ouest. Elle a fait au XXe siècle partie de la Tchécoslovaquie, jusque la dissolution au 1er janvier 1993 de la République fédérale tchèque et slovaque. La Slovaquie est un état membre de nombreux organismes internationaux, tels que l'Union Européenne. En 2005, le pays fut élu pour la première fois au Conseil de Sécurité de l'ONU, l'OTAN, l'OMC, l'OCDE ou encore le V4, et fait partie de la Zone euro.

Langue officielle = Slovaque

Monnaie = Euro 

Capitale = Bratislava

2008 = 5 400 998 habitants (+ 7 361) : Président de la république = Ivan Gašparovič élu depuis le 17 avril 2004 et préside depuis le 15 juin 2004 et réélu le 4 avril 2009

3e président de la République slovaque (2004-....)

2007 = 5 393 637 habitants (+ 4 457)

2006 = 5 389 180 habitants (+ 2 481)

2005 = 5 386 699 habitants (+ 6 646)

2004 = 5 380 053 habitants (+ 1894) : Président de la république = Rudolf Schuster élu le 29 mai 1999 et présidait  le 15 juin 1999

2e président de la République slovaque (1999-2004)

2003 = 5 378 159 habitants (- 11 359)

2002 = 5 389 515 habitants (- 13 032)

2001 = 5 402 547 habitants (+ 1 910)

2000 = 5 400 637habitants (+ 5 537)

1999 = 5 395 100 habitants (+ 4 443) : Président de la république = Michal Kováč préside  le 2 mars 1993 jusqu'au 2 mars 1998

1e président de la République slovaque (1993-1998)

1998 = 5 390 657 habitants

Bratislava

Bratislava : de l’ancien passage à gué à la capitale moderne

Imaginez que vous puissiez voyager dans le passé et revenir en 1741. Il y a de l’électricité dans l’air. On entend des musiques de fête, tandis que les gens se bousculent et jouent des coudes pour se frayer un chemin jusqu’à la rue où une procession est sur le point de passer. Des paysans en habits du dimanche et de fiers citadins habillés à la dernière mode sont là, aux côtés de nobles qui sont venus pour voir et être vus. Des représentants du roi distribuent des pièces d’or et d’argent, frappées à l’effigie d’une jeune femme, tandis que la foule pousse des acclamations. Quelle est la raison de toute cette agitation ? Marie-Thérèse, archiduchesse d’Autriche, est sur le point d’arriver pour être couronnée nouvelle reine de Hongrie.


Revenons au temps présent. S’il vous prenait l’envie de visiter le lieu de cet important couronnement, où vous rendriez-vous ? Pas à Vienne, où de nombreux touristes admirent aujourd’hui le palais royal de Marie-Thérèse, ni à Budapest, capitale de la Hongrie actuelle. Il vous faudrait visiter Bratislava, une ville située sur le Danube, à 56 kilomètres à l’est de Vienne.
La Bratislava d’aujourd’hui, une ville d’environ un demi-million d’habitants, est la capitale de la pittoresque Slovaquie. Quand on la compare aux capitales voisines — Budapest, Vienne et Prague — Bratislava fait désormais figure de petite sœur. Pourtant, pendant plus de deux siècles, elle fut la capitale de la Hongrie et connut toute la gloire qui découle d’un tel statut privilégié. En l’occurrence, 11 souverains hongrois furent couronnés dans cette ville. Mais qu’est-ce qui la rendait si spéciale ?
Une ancienne colonie
Bratislava jouit d’une position avantageuse sur le Danube, le deuxième plus long fleuve d’Europe. Par le passé, à cet endroit, le fleuve voyait son débit ralentir et devenait peu profond, constituant ainsi un gué naturel. Les gens, accompagnés de leurs animaux et de leurs chariots, utilisaient ce passage pour traverser le fleuve longtemps avant que des ponts ne relient ses rives. De ce fait, depuis des temps reculés la région entourant ce qui est aujourd’hui Bratislava a été un carrefour d’activité florissant. Dès 1500 avant notre ère, une des “ Routes de l’Ambre ”, d’importantes voies commerciales qui reliaient le nord et le sud de l’Europe, traversait la ville. Plus tard, le trafic passant par le gué fut contrôlé par une forteresse située sur la proche colline où domine maintenant le château de Bratislava.


Si vous pouviez remonter dans le temps, qui rencontreriez-vous à cet endroit ? Eh bien, si vous atterrissiez aux environs du IVe siècle, vous seriez accueilli par les Celtes, qui avaient fait de cette région un des grands centres de leur civilisation. La colline était utilisée comme une sorte d’acropole par la communauté locale celte, qui fabriquait de la poterie et des pièces de monnaie.
Et si vous visitiez l’endroit au début de notre ère ? Si vous aviez parlé un peu le latin, vous auriez pu discuter avec les habitants puisqu’à l’époque les Romains avaient étendu leurs frontières septentrionales jusqu’au Danube. Dans le même temps, cependant, vous auriez également pu rencontrer des Germains arrivant de l’Ouest.
Supposons que vous ayez programmé votre visite plus près du Moyen Âge, disons au VIIIe siècle, vous tomberiez alors au milieu d’un creuset ethnique. À cette époque, ce qu’on a appelé par la suite “ la Grande Migration ” avait eu lieu, et des Slaves originaires de l’Est avaient commencé à s’implanter dans ce territoire. Les Hongrois avaient établi leur foyer vers le Sud et avaient également pénétré dans la région de Bratislava. Mais pour une raison ou pour une autre l’influence slave prévalut, comme le révèle le nom slave du premier véritable château de la région, qui fut construit au XXe siècle. Il était connu sous le nom de Brezalauspurc, qui signifie “ Château de Braslav ”, et dont on pense qu’il provient du nom d’un officier militaire de haut rang. C’est de cette appellation que dérive le nom slovaque “ Bratislava ”.
La cité médiévale


Avec le temps, le pays connu aujourd’hui sous le nom de Slovaquie en vint à faire partie de la Hongrie. Un récit historique daté de 1211 fait mention du château de Bratislava comme étant le mieux fortifié de Hongrie. Trente ans plus tard, cette affirmation se révéla exacte lorsque le château résista aux envahisseurs tartares. Cette victoire encouragea la croissance du village autour du château, et, en 1291, le roi hongrois Ondrej III accorda à la ville toutes les prérogatives d’une municipalité. Ses citoyens gagnèrent ainsi le droit d’élire leur propre maire, de transporter leurs marchandises sur le Danube et d’exercer librement une activité commerciale “ à la fois sur l’eau et à terre ”. Étant donné que les vignes étaient très productives sur les coteaux ensoleillés de la ville, les citoyens appréciaient particulièrement le droit qu’ils avaient de vendre leur vin fait maison.
D’autres rois hongrois, par la suite, attribuèrent à la ville des privilèges supplémentaires, ce qui contribua à son expansion. En 1526, Bratislava entama son long règne en tant que capitale de la Hongrie, statut qu’elle conserva jusqu’en 1784. Dans l’intervalle, le mélange ethnique qui constituait Bratislava devint de plus en plus varié. Sa population, essentiellement composée de Slaves et de Hongrois, fut enrichie par un afflux d’Allemands et de Juifs. Au cours du XVIIe siècle, alors que la domination turque s’étendait vers l’ouest et le nord, de nombreux Croates trouvèrent refuge dans la région de Bratislava, de même que des exilés tchèques fuyant la guerre de Trente Ans entre catholiques et protestants, qui avait lieu plus à l’ouest.
Bratislava au XXe siècle


Au début du XXe siècle, Bratislava était devenue une ville multinationale et multiculturelle. À cette époque, le moyen le plus sûr d’obtenir ce qu’on voulait dans un magasin était de le demander en allemand ou en hongrois. Néanmoins, des Tchèques et des Roumains (Tziganes) jouaient également un rôle important, tout comme la communauté juive. Avant la Première Guerre mondiale, les Slovaques ne représentaient que 15 % environ de la population, mais en 1921, ils en constituaient la majorité.
Peu de temps après, les sombres nuages de la Deuxième Guerre mondiale s’amoncelèrent au-dessus de l’Europe. Une triste période de l’histoire de Bratislava débuta alors, bouleversant l’harmonie ethnique de la cité. Tout d’abord, les Tchèques furent obligés de partir. Ensuite, les habitants roumains et juifs furent déportés, et des milliers d’entre eux périrent dans les camps de concentration. Une fois la guerre terminée, la plupart des résidents germanophones furent à leur tour expulsés de la ville. Mais, à la longue, des ressortissants de chacun de ces différents groupes ethniques revinrent s’installer dans leur ancienne ville d’adoption, et leur présence contribue toujours à l’ambiance particulière de Bratislava.
Une visite de Bratislava aujourd’hui


Pourquoi ne pas vous joindre à nous pour une petite marche dans la Bratislava d’aujourd’hui ? En premier lieu, nous visitons le château de Bratislava, magnifiquement reconstruit. Depuis ses jardins, nous avons une magnifique vue panoramique de la ville, qui s’étend de chaque côté des rives du Danube.
En bas de la colline, juste au-dessous du château, nous nous retrouvons dans la vieille ville, le centre historique de Bratislava. En nous promenant au milieu des rues étroites et colorées, nous avons l’impression de respirer l’air des siècles passés. Nous admirons la superbe architecture des palais et des maisons bourgeoises. Si vous le désirez, nous pouvons également nous arrêter dans un des cafés historiques de la ville pour prendre une tasse de café ou de thé et déguster l’une des célèbres pâtisseries de Bratislava fourrées aux noix ou aux graines de pavot.
Tout au long de l’année, les touristes prennent plaisir à flâner sur les bords du Danube, juste à côté de la vieille ville. À cet endroit ils ne peuvent manquer d’apercevoir le symbole de la Bratislava moderne : le nouveau pont avec son restaurant situé au sommet d’une tour inclinée. La forme du restaurant donne l’impression qu’il plane au-dessus de la zone résidentielle de Petržalka, de l’autre côté du fleuve.


Si vous avez le sentiment que de nombreuses constructions sont en cours à Bratislava, vous ne vous trompez pas. À côté des ensembles récemment reconstruits de la vieille ville, de superbes bâtiments en acier et en verre ont poussé comme des champignons au cours des années 90, et d’autres y sont prévus. Ce sont ces bureaux, banques et centres d’affaires qui donnent à la ville son aspect moderne.
Naturellement, vous souhaitez sans doute ramener un joli souvenir de votre séjour. Alors nous pouvons faire un saut jusqu’aux magasins où l’on vend les produits de l’artisanat local, tels que de magnifiques nappes en dentelle ou des poupées vêtues du costume traditionnel. Ou si vous le préférez, nous pouvons aller au marché de la Grand-Place, où vous pourrez faire des achats comme le font les habitants de Bratislava depuis des siècles. Peut-être voudrez-vous également visiter les magnifiques bâtiments du siège national des Témoins de Jéhovah, qui se trouvent dans cette ville.


Il se peut qu’un jour vous visitiez réellement Bratislava. Si c’est le cas, vous apprécierez sans aucun doute cette capitale moderne issue d’un ancien passage à gué.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×