Cystite interstitielle

Cystite interstitielle

La cystite interstitielle
Une cystite est une inflammation de la vessie. Ce problème est plus fréquent chez la femme que chez l’homme. Il en existe de nombreuses formes, dues à des causes diverses.
Les symptômes les plus courants sont un besoin d’uriner très fréquent et une gêne pendant la miction (dysurie), qui peut se traduire par une intense sensation de brûlure. Mais qu’est-ce que la cystite interstitielle ? En quoi diffère-t-elle des autres formes de cystite ?
Comme le reconnaît le docteur Susan Keay, “ la cystite interstitielle est très difficile à diagnostiquer et encore plus difficile à traiter ”. Elle “ peut causer des années de souffrance ”. C’est “ un problème extrêmement douloureux qui oblige à modifier sa manière de vivre et qui peut durer des décennies ”. Malheureusement, de nombreux médecins ont longtemps refusé d’admettre l’existence de cette maladie, pensant que tout se passait dans la tête des malades. Or, comme le dit un spécialiste, “ reconnaître les symptômes du patient en diagnostiquant une cystite interstitielle a souvent un effet thérapeutique ”. Les principaux symptômes de la maladie sont une douleur insupportable et un fréquent besoin d’uriner.


Un rapport récent indique qu’aux États-Unis la cystite interstitielle affecte 700 000 personnes, “ soit 50 % de plus que lors des dernières estimations ”. Certains hommes chez qui on diagnostique une maladie de la prostate souffrent en réalité de cystite interstitielle. Beaucoup sont touchés indirectement, en particulier les proches des malades qui souffrent presque constamment et ne peuvent plus être aussi actifs qu’auparavant, que ce soit à la maison ou au travail (souvent, ils doivent quitter leur emploi). Ajoutons que les relations sexuelles peuvent être très douloureuses pour le malade.
Étant donné qu’il n’existe actuellement aucun remède efficace contre la maladie elle-même, les médecins essaient surtout de soulager le malade. Quels sont les traitements utilisés ?
Soulager faute de guérir
Le docteur Grannum Sant (Tufts University School of Medicine et New England Medical Center) recommande, comme traitement primaire, des antihistaminiques, des antidépresseurs tricycliques ou du polysulfate de pentosane (les trois se prennent par voie orale).


Certains médecins recommandent l’hydrodistension.Elle peut procurer un soulagement pendant quelques mois, voire un an. On utilise également les instillations vésicales de DMSO (diméthylsulfoxide). Ce traitement, approuvé aux États-Unis par l’organisme de régulation alimentaire et sanitaire (la Food and Drug Administration), peut diminuer l’intensité des symptômes pendant deux ans. Toutefois, le docteur Kenneth Peters, un urologue, émet des réserves à son sujet : il peut provoquer la formation de caillots sanguins importants ainsi que d’autres problèmes.
Un traitement récent utilisé lors d’études pilotes par le docteur Peters consiste à injecter le bacille de Calmette-Guérin (BCG) dans la vessie. “ Le BCG est une souche affaiblie de la bactérie responsable de la tuberculose. ” Il semble stimuler le système immunitaire. Un essai effectué sous contrôle indique que ce traitement a un effet sur 60 % des patients. Au terme d’un suivi de deux ans, quels résultats a-t-on observés ? Selon le docteur Peters, 90 % des patients sur lesquels le traitement a eu un effet “ ont continué à ressentir une amélioration sensible pour ce qui est de la douleur et de la fréquence des mictions ”.
Dans certains cas, l’Elmiron (pentosane polyester sulfurique) apporte un soulagement. Le docteur Raymond Hurm explique que ce médicament “ favorise la restauration de la muqueuse vésicale ”. Cela prend du temps, mais un patient a dit : “ Avec l’Elmiron, je supporte plus facilement ma maladie de la vessie. ”


Autre traitement en cours d’expérimentation : le Cystistat (acide hyaluronique). “ Ce médicament est instillé directement dans la vessie. On pense qu’il agit en remplaçant le glucosaminoglycane défectueux qui tapisse les parois de la vessie. [...] On commence actuellement [en 1998] à effectuer des essais cliniques aux États-Unis. ” L’autorisation de mise sur le marché a été obtenue en Europe, mais pas encore aux États-Unis.
Beth Getz, une infirmière qui anime un groupe de soutien aux personnes souffrant de cystite interstitielle, écrit : “ Parfois, les malades hésitent à interroger les médecins sur les thérapies alternatives [...], craignant de laisser entendre que les soins traditionnels qu’ils reçoivent sont inadaptés. Aujourd’hui, la plupart des urologues qui traitent des patients atteints de cystite interstitielle croient en une approche diversifiée qui laisse une place aux thérapies alternatives, à condition que celles-ci ne mettent pas la santé du patient en danger. ”
Les personnes souffrant de douleurs pubiennes chroniques peuvent également s’adresser à un centre antidouleur, où l’on utilise l’électrostimulation transcutanée, les blocs nerveux, l’acupuncture, l’aide psychologique et les programmes de restauration fonctionnelle.


Le docteur Peters, interrogé au sujet du problème des malades qui doivent uriner 40 ou 50 fois par jour, recommande l’emploi d’un stimulateur du nerf sacré, qui peut réduire le nombre de mictions à six par jour. Aux États-Unis, pour qu’un malade puisse utiliser le système InterStim Therapy, on doit lui implanter dans l’abdomen un petit appareil conçu pour envoyer de faibles impulsions électriques au nerf sacré, qui contrôle la vessie.
La dernière solution envisageable pour l’instant, la chirurgie, n’est pas une garantie de succès. “ Dans le cas de la cystite interstitielle, les résultats de l’opération de la vessie sont variables, constate le docteur Sant. De nombreux patients ayant subi une cystectomie continuent à se plaindre de douleurs suspubiennes et pubiennes persistantes, même après l’opération. ” Les spécialistes conseillent par conséquent de n’opter pour l’ablation de la vessie qu’en dernier recours et après mûre réflexion.
Des espoirs

Voici ce qu’on peut lire dans une brochure de l’Interstitial Cystitis Association (États-Unis) : “ S’il est peu probable que les chercheurs trouvent un remède unique pour toutes les personnes souffrant de cystite interstitielle, on peut en revanche espérer que le développement de nouvelles techniques de diagnostic, de nouveaux traitements et de nouvelles associations de traitements apportera un soulagement à un nombre croissant de patients. Lorsque nous aurons clairement identifié la cause (ou les causes) de la cystite interstitielle, nous serons beaucoup plus proches de la mise au point d’un remède (ou de plusieurs remèdes). ” Ce sera une bonne nouvelle pour les millions de personnes qui souffrent de cystite interstitielle !


On appelle “ ulcères de Hunner ” une variété de cystite interstitielle caractérisée par des ulcérations affectant toutes les couches de la paroi vésicale.
Cet article ne recommande pas les traitements mentionnés. Il est conseillé de consulter votre médecin avant de prendre quelque médicament que ce soit. Le but est simplement d’informer les lecteurs sur les options médicales exposées par les médecins et par d’autres professionnels de la santé.
Un soutien psychologique
  Les spécialistes constatent que le soutien psychologique de la famille, des amis et d’autres malades aide considérablement à supporter la maladie. On note aussi que les personnes qui se renseignent sur leur maladie et s’intéressent à leur traitement font généralement de meilleurs progrès.

Les aliments à éviter
  Bien qu’aucune étude clinique n’ait établi de rapport entre la cystite interstitielle et l’alimentation, beaucoup de médecins et de malades ont remarqué un lien entre elles. Le docteur Kenneth Peters, un urologue, explique que certains aliments, qui varient selon les patients, aggravent parfois les symptômes. Il conseille d’éliminer la caféine et l’alcool. Dans certains cas, il semble préférable d’éviter les tomates et les agrumes. Cependant, il importe d’avoir une alimentation variée et équilibrée. Des malades disent que les aliments qui leur réussissent le mieux sont le riz, les pommes de terre, les pâtes, les légumes et la viande. En buvant beaucoup, on dilue les substances acides présentes dans l’urine, ce qui réduit l’irritation de la paroi vésicale.
  Voici une liste (non exhaustive) d’aliments à éviter :
Abricots
Acide citrique
Aliments épicés
Aliments sans valeur nutritive
Ananas
Anchois
Aspartame
Avocats
Bananes
Boissons gazéifiées
Canneberges/jus
Cantaloups
Caviar
Chocolat
Corned-beef
Crème aigre
Foie
Fraises
Fromage vieilli
Fruits à écales
Gourganes
Grenades
Haricots de Lima
Mayonnaise
Nectarines/ brugnons
Nitrates/nitrites
Oignons
Pain au levain
Pain de seigle
Pêches
Pommes
Prunes
Raisin
Rhubarbe
Saccharine
Sauce au soja
Tabac
Thé
Tofu
Viande/poisson cuisiné(e)
Vinaigre
Vinaigrette
Yaourt

5 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. VOIREAU KHIRA 07/01/2011

je souffre de fortes douleurs dû à ma cystite interstitielle, je suis
suivie par un médecin anti-douleur, qui m'a dans un premier temps
prescrit du neurontin 100mg à raison de 6 gélules par jour, au bout de
5 à 6 mois environ mes douleurs ont réapparu. J'ai eu de xprim qui ne
me convenait pas, et du cymbalta qui m'a provoqué plusieurs effets indésirables au bout de quelques jours.Donc j'ai demandé à mon medecin
un nouveau traitement, et m'a répondu qu'il n'en à plus à me proposer.
Je lui ai répondu que je ne pouvais pas rester avec ses douleurs insupportables et à ce jour j'attend toujours son appel téléphonique
pour me venir en aide. Je désespère et me sent abandonné. Que faire ?

2. Mvelter (site web) 22/02/2013

je souffre depuit plus de 9 an de cystite interstitielle on me cterise presque toute les annee je ne sais pas avoir de relation avec mon conjoint facilement et j ai mal tout le temp de je vais 6a7 fois urine la nuit et la journee presque tout les heurs si pas toute les dix minute

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×