Hypertension artérielle

Prévenir et traiter l’hypertension artérielle

Marian était très inquiète. Elle s’était soudain mise à saigner abondamment du nez. “ Je pensais que j’allais mourir ”, se souvient-elle. Le médecin l’a informée que ses saignements de nez avaient pour cause une hypertension artérielle. “ Mais je me sens bien ”, a rétorqué Marian. “ Beaucoup ignorent être atteints d’hypertension artérielle parce qu’ils ne souffrent d’aucun symptôme ”, lui a répondu le médecin.
Et vous ? Votre mode de vie pourrait-il vous rendre sujet à l’hypertension artérielle dans l’avenir ? Comment vous en prémunir ?
La tension artérielle (TA) est la pression qu’exerce le sang sur les parois des vaisseaux sanguins. On la mesure à l’aide d’un brassard gonflable en caoutchouc dont on entoure le bras et qui est relié à un système de lecture. Deux résultats sont obtenus : 120/80, par exemple. Le premier chiffre désigne la pression systolique, au moment où le cœur se contracte (systole) ; le deuxième, la pression diastolique, durant la phase de relaxation du cœur (diastole). Une personne est considérée comme hypertendue lorsque sa TA, qui s’exprime en millimètres de mercure, dépasse 140/90.
Pourquoi la TA s’élève-t-elle ? Imaginez que vous arrosiez votre jardin. En ouvrant davantage le robinet ou en fermant quelque peu la bouche du tuyau, vous augmentez la pression de l’eau. Il en va de même pour la TA : elle augmente dès que le flot de sang s’accélère ou que les vaisseaux se resserrent. Dans quelles circonstances cela se produit-il ? De nombreux facteurs sont en jeu.

Les facteurs non maîtrisables


Des chercheurs ont découvert que les risques d’hypertension artérielle (HTA) sont plus élevés en cas d’antécédents familiaux. Les statistiques révèlent également une fréquence supérieure chez les vrais jumeaux par rapport aux faux. Enfin, une expertise fait allusion à “ la cartographie des gènes responsables de l’hypertension artérielle ”. Tout cela semble indiquer l’existence d’une composante héréditaire dans l’apparition de ce mal. On sait aussi que les risques s’accroissent avec l’âge et qu’ils sont plus grands chez les hommes de race noire.
Les facteurs maîtrisables
Surveillez votre alimentation ! Le sel (sodium) peut faire grimper la TA, particulièrement chez les diabétiques, chez ceux qui souffrent déjà d’une HTA sévère, chez les personnes âgées et chez certains Noirs. L’excès de graisse dans le sang entraîne l’apparition de dépôts de cholestérol sur les parois internes des artères (athérosclérose) qui réduisent leur calibre et intensifient la TA. L’excès de poids (30 % au-dessus de la normale) est un autre facteur de risque. Des études laissent entendre que la prise de potassium et de calcium peut réduire la TA.


Le tabac favorise l’athérosclérose, le diabète, les crises cardiaques et les attaques. De ce fait, tabac et HTA sont un dangereux mélange qui peut susciter des problèmes cardiovasculaires. Bien que les témoignages soient contradictoires, la caféine — présente dans le café, le thé et les boissons à base de cola — et la tension nerveuse et physique semblent aggraver l’HTA. La consommation excessive ou régulière d’alcool ainsi que le manque d’exercice physique contribuent également à l’élévation de la TA.
Un mode de vie sain
Ce serait une erreur que d’attendre de souffrir d’HTA pour prendre des mesures préventives. Il faut se soucier d’acquérir très tôt des habitudes saines. S’en préoccuper aujourd’hui, c’est goûter à une meilleure qualité de vie demain.
Le troisième Consensus sur l’hypertension artérielle au Brésil a dressé la liste des habitudes à prendre qui favorisent une diminution de la TA, autant de précieux conseils, que l’on soit hypertendu ou non.
En cas d’obésité, les chercheurs conseillent de préférer aux “ régimes miracles ” accélérés une alimentation équilibrée et pauvre en calories, tout en pratiquant régulièrement des activités physiques modérées. Pour ce qui est du sel, ils recommandent d’en consommer au plus une cuillère à café par jour, soit six grammes. Concrètement, cela signifie en utiliser le moins possible en cuisinant, ainsi que réduire sa consommation de conserves, de charcuteries (salami, jambon, saucisses et autres) et d’aliments fumés. Il faudra peut-être aussi s’abstenir d’ajouter du sel au cours des repas et vérifier sur l’emballage la teneur en sel des aliments transformés.


Le Consensus brésilien a aussi suggéré d’augmenter les apports en potassium, car il aurait un “ effet hypotenseur ”. Dans ce cas, une alimentation saine devrait comprendre “ des aliments pauvres en sodium et riches en potassium ”, tels que les haricots, les légumes à feuilles foncées, les bananes, les melons, les carottes, les betteraves, les tomates et les oranges. Il est également important de ne pas abuser de l’alcool. Selon certains chercheurs, les hommes hypertendus ne devraient pas consommer plus de 30 millilitres d’alcool par jour, contre 15 millilitres pour les femmes et pour ceux dont le poids est faible.
Le Consensus brésilien a conclu qu’une activité physique régulière favorisait la baisse de la TA et diminuait donc les risques d’HTA. Une demi-heure à trois quarts d’heure d’efforts modérés, comme la marche, la bicyclette ou la natation, trois à cinq fois par semaine, s’avèrent bénéfiques. Autres habitudes saines à prendre : cesser de fumer, surveiller son taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang ainsi que son diabète, consommer suffisamment de calcium et de magnésium, et lutter contre le stress physique et psychologique. Certains médicaments peuvent avoir des effets hypertenseurs, notamment les décongestionnants pour le nez, les antiacides à forte teneur en sodium, les coupe-faim, les antimigraineux contenant de la caféine.


Si vous souffrez d’HTA, votre docteur est à n’en pas douter le mieux placé pour vous conseiller sur votre alimentation et vos habitudes, en fonction de vos besoins. Cela dit, quelle que soit votre situation, il est profitable d’adopter dès le plus jeune âge une hygiène de vie saine. Marian, mentionnée en introduction, a dû modifier sa façon de vivre. À l’heure actuelle, elle suit un traitement et mène une existence normale en dépit de ses ennuis de santé. Et vous ? En attendant le moment où nous vivrons tous sainement et où “ aucun habitant ne dira : ‘ Je suis malade ’ ”, surveillez votre tension artérielle ! — Isaïe 33:24.
Cet article ne préconise aucune forme de traitement en particulier, le choix d’une thérapie étant strictement personnel.
Si vous souffrez d’HTA ou d’une maladie du cœur, du foie ou des reins et que vous soyez sous traitement, demandez à votre médecin quels sont vos besoins journaliers en sodium et en potassium.
Trente millilitres d’alcool équivalent à 60 millilitres d’un spiritueux (whisky, vodka et autres), à un quart de litre de vin, ou à trois quarts de litre de bière.
Demandez à votre médecin quel programme d’activités physiques vous conviendrait.


RÉDUIRE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE
1. Mesures réputées antihypertensives
• Perdre du poids
• Diminuer les apports sodés
• Manger davantage d’aliments riches en potassium
• Réduire sa consommation d’alcool
• Faire de l’exercice régulièrement
2. Mesures supposées antihypertensives
• Apports en calcium et en magnésium
• Alimentation végétarienne riche en fibres
• Thérapie antistress
3. Mesures associées
• Cesser de fumer
• Surveiller son cholestérol
• Surveiller son diabète
• Éviter les médicaments hypertenseurs

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site