Migraine

La migraine : comment la dompter

Joyce, une employée de bureau débordante de vie, plisse les yeux sur son document. Soudain, c’est comme si des taches blanches apparaissaient sur la feuille. Des points scintillants dansent devant ses yeux, puis se transforment en un ballet de zigzags et de motifs géométriques étranges. Quelques minutes plus tard, elle ne voit presque plus rien. Comprenant ce qui lui arrive, elle avale aussitôt une petite gélule, précisément destinée à ce type d’urgence. JOYCE est sujette à la migraine, une affection différente à plus d’un titre du simple mal de tête. Par exemple, la migraine revient périodiquement et est suffisamment douloureuse pour obliger le malade à arrêter ses activités habituelles. Quels sont les symptômes ? La douleur est lancinante et généralement localisée d’un seul côté de la tête. Parfois, le sujet est pris de nausées et ne supporte pas la pleine lumière. La crise peut durer de quelques heures à plusieurs jours. Beaucoup ont des maux de tête occasionnels dus à la tension nerveuse, mais la vraie migraine ne touche que une personne sur dix, majoritairement des femmes. Certains cas sont plus sévères que d’autres, mais la plupart des migraineux perdent plusieurs journées de travail par an. Ce mal est donc préjudiciable aux plans financier et, parfois, familial et social. L’Organisation mondiale de la santé le classe d’ailleurs parmi les 20 premières causes d’invalidité. Peu de temps avant un accès, certains présentent des symptômes tels que les mains froides, une grande fatigue, la faim ou des changements d’humeur. Puis, juste avant que la douleur ne débute, les manifestations suivantes peuvent se produire : vertiges, bourdonnements d’oreilles, fourmillements, vision double, difficultés d’élocution ou faiblesse musculaire. Bien que les causes de la migraine ne soient pas pleinement comprises, on soupçonne un trouble du système nerveux, qui affecte les vaisseaux sanguins cérébraux. Le caractère lancinant de la douleur serait dû à la circulation du sang dans des vaisseaux inflammés. Le journal Emergency Medicine explique : “ Le patient souffrant de migraine a hérité d’un système nerveux particulièrement sensible, que peuvent perturber diverses choses de la vie courante : manque de sommeil, odeurs fortes, voyages, repas sautés, stress et variations hormonales. ” Le migraineux est également sujet au syndrome de l’intestin irritable, aux crises d’angoisse et à la dépression.

Comment la soulager ?

Vous ne pouvez pas changer le système nerveux dont vous avez hérité, mais vous pouvez peut-être agir sur ce qui déclenche une crise. En tenant un journal, certains ont réussi à identifier des aliments ou des situations à risque. Chaque cas est différent. Lorraine a découvert que ses crises étaient liées à son cycle menstruel. “ Vers la moitié du cycle, dit-elle, tout excès d’activité ou tout ce qui stimule l’organisme (un travail éprouvant, la chaleur ou le froid, un bruit fort et même une alimentation épicée) provoquaient une migraine. C’est pourquoi, à cette période, calme et modération sont mes maîtres-mots. ” Joyce, migraineuse depuis plus de 60 ans, déclare quant à elle : “ Je me suis rendu compte que l’orange, l’ananas et le vin rouge me donnent immédiatement la migraine. Alors je m’en abstiens. ” Les facteurs déclenchants sont difficiles à repérer, car bien souvent, lors d’une crise, plusieurs se combinent. Par exemple, un jour, vous mangerez du chocolat impunément ; le lendemain, la même chose provoquera une migraine, peut-être en raison de son association avec un autre facteur. Même si vous ne parvenez pas à déterminer ou à éviter ce qui déclenche vos crises, il existe d’autres moyens de prévention. Des spécialistes recommandent de garder le même rythme de sommeil sept jours sur sept. Si, le week-end, vous souhaitez faire la grasse matinée, levez-vous à l’heure habituelle, occupez-vous quelques minutes, puis recouchez-vous. Un changement dans la consommation de caféine pouvant constituer un risque, essayez de vous limiter à deux tasses de café ou à deux boissons à base de cola par jour. La faim étant également une cause possible, ne sautez pas de repas. Le stress, autre facteur très courant, est difficilement évitable. Mais vous pourrez sans doute trouver des moyens de vous détendre en adaptant votre emploi du temps, en lisant la Bible, en écoutant de la musique douce, etc.

Comment la traiter ?

La migraine se traite de multiples manières, le sommeil étant l’un des meilleurs remèdes. Un analgésique, même délivré sans ordonnance, peut apporter au malade le soulagement nécessaire pour qu’il puisse dormir. En 1993, les triptans, une nouvelle classe de médicaments vendus sur ordonnance et destinés à traiter la migraine, ont fait leur apparition. Le Medical Journal of Australia a qualifié l’événement de “ progrès majeur sur le plan thérapeutique ”, ajoutant : “ L’avènement des triptans [...] est à la migraine et à l’algie vasculaire de la face presque ce que la pénicilline a été à l’infection bactérienne ! ” La migraine ne met pas la vie en danger. Son traitement, contrairement à celui de l’infection, ne sauve donc pas de vies. Toutefois, les triptans ont grandement soulagé des gens qui, pendant des années, ont régulièrement souffert de ce mal invalidant. Bien que les mesures citées plus haut restent indispensables, les triptans sont pour certains un “ remède miracle ”. Malheureusement, tout médicament a aussi ses inconvénients. Que dire des triptans ? D’abord, chaque comprimé coûte le prix d’un repas dans un bon restaurant. Ils sont donc généralement réservés aux migraines modérées ou sévères. De plus, ils ne marchent pas avec tout le monde et sont même contre-indiqués chez des individus atteints d’affections particulières. Bien qu’on ne connaisse aucun remède contre le terrain migraineux, héréditaire, Emergency Medicine conclut : “ Avec les nouveaux traitements, plus efficaces, contre la migraine, il n’y a aucune raison pour qu’un patient continue de souffrir. ”

En tenant un journal, certains ont réussi à identifier des aliments ou des situations à l’origine d’un accès.

Une musique douce peut contribuer à réduire le stress, souvent facteur de migraine.

La migraine est une maladie héréditaire et invalidante, que la médecine traite souvent avec succès.

Source : Réveillez-vous ! (janvier 2011)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×