Rhume des foins

Pourquoi tant de gens ont-ils le rhume des foins ?
(2004)
VOS yeux vous démangent et pleurent ; vous éternuez à longueur de journée ; votre nez n’arrête pas de couler ; et vous avez du mal à respirer. Que vous arrive-t-il ? Peut-être avez-vous pris froid. Mais si ces symptômes apparaissent lorsque vous êtes en présence de pollen, il se pourrait bien que vous ayez le rhume des foins. Si tel est le cas, vous n’êtes pas le seul. D’une année sur l’autre, le nombre de ceux qui contractent le rhume des foins ne cesse d’augmenter.
“ Le rhume des foins n’est ni plus ni moins qu’une réaction excessive de notre organisme à une substance qu’il considère comme nuisible, rapporte la revue Mujer de Hoy. Le système immunitaire des allergiques rejette tous les agents qui lui sont étrangers, dont le pollen, même s’ils ne sont pas vraiment dangereux. ” Et quand le système immunitaire réagit de cette façon, il provoque les désagréments évoqués en introduction.
En 1819, un médecin anglais du nom de John Bostock décrit pour la première fois le rhume des foins. Il établit une liste détaillée des symptômes saisonniers qu’il ressent. Pensant qu’ils sont dus au foin fraîchement coupé, il appelle cette affection ‘ rhume des foins ’. Par la suite, on découvrira que les agents responsables de la réaction allergique sont en fait des centaines de pollens différents. En ce début de XIXe siècle, John Bostock ne décèle que quelques cas d’allergie dans toute l’Angleterre.

Pourquoi alors tant de gens aujourd’hui ont-ils le rhume des foins ? Le docteur Javier Subiza, directeur du Centre de l’asthme et des allergies à Madrid (Espagne), mentionne deux théories qui font l’objet de recherches. La première incrimine les moteurs diesels. On pense que les particules issues de la combustion du gazole stimulent l’action des allergènes, substances qui favorisent la réaction allergique. D’après l’allergologue Juan Kothny Pommer, “ dans les pays industrialisés le rhume des foins touche jusqu’à 20 % de la population, et davantage encore dans les villes ”.
La deuxième théorie met en cause une hygiène excessive. ‘ Nous naissons dans une salle d’opération ; nous consommons des aliments stériles ; nous sommes vaccinés contre de nombreuses maladies, et nous prenons des antibiotiques dès que nous tombons malades. Ainsi, depuis notre enfance, notre système immunitaire est conditionné pour déclencher des allergies ’, explique le docteur Subiza.
Si vous êtes victime de cet affolement du système biologique, ne désespérez pas ! Avec un bon diagnostic et un traitement adéquat, il est possible de maîtriser et de réduire la fréquence et l’intensité des manifestations du rhume des foins.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×