Sommeil

Le sommeil : pourquoi y veiller

Des études en cours montrent qu’un Américain moyen dort aujourd’hui entre sept et sept heures et demie par nuit. Le sommeil est-il important ? Quand on dort, on traverse toutes les 60 à 90 minutes des phases de sommeil dit paradoxal pendant lesquelles le cerveau est particulièrement actif. Les chercheurs pensent qu’il effectue une sorte d’autoréparation. Selon des spécialistes, une interruption de ce cycle nocturne, qui induit une perte de sommeil, produit un effet cumulatif. La fonction cérébrale est altérée, ce qui entraîne une baisse des capacités et une foule d’autres affections physiques. Des substances telles que la caféine peuvent à court terme bloquer le composé chimique qui signale le besoin de dormir. Néanmoins, notre cerveau est pourvu d’un mécanisme qui déclenche l’endormissement quand l’organisme est en manque, provoquant ce qu’on appelle des microsommeils. Selon le Toronto Star, “ quoi que vous soyez en train de faire, votre cerveau privé de sommeil entrera périodiquement dans la première phase de sommeil pendant 10 à un peu plus de 60 secondes ”. Imaginez que vous rouliez en voiture à 50 kilomètres à l’heure. Le temps d’un microsommeil de dix secondes, vous avez parcouru plus que la longueur d’un terrain de football. Sacrifier un sommeil nécessaire peut en outre affaiblir votre système immunitaire, car c’est en dormant que l’organisme produit des lymphocytes T, qui combattent les agents pathogènes. C’est aussi à ce moment-là qu’il sécrète la leptine, une hormone jouant un rôle dans la régulation de l’appétit. De toute évidence, le corps a autant besoin de sommeil que d’exercice et d’une alimentation équilibrée. Un surcroît de travail vous prive-t-il d’un sommeil précieux ? À moins que ce ne soient les inquiétudes de la vie ou des soucis relatifs à ce que vous mettez de côté en prévision de l’avenir ? Le sage roi Salomon a un jour observé : “ Doux est le sommeil de celui qui sert, qu’il mange peu ou beaucoup ; mais l’abondance du riche ne le laisse pas dormir. ” — Ecclésiaste 5:12.

Source : Réveillez-vous ! (janvier 2011)

Le manque de sommeil, un mal qui se répand ?

Des millions de personnes souffrent aujourd’hui d’un manque qu’elles ne soupçonnent même pas. Pourtant, ce manque peut leur valoir un accident de voiture, la perte de leur emploi ou l’échec de leur mariage. Il peut leur faire perdre la santé et écourter leur vie. C’est un manque qui, par son action immunosuppressive, les rend vulnérables à diverses infections. De plus, il est propice à des troubles aussi variés que le diabète, les maladies du cœur et l’obésité extrême. De quel manque s’agit-il donc ? Du manque de sommeil, un état préjudiciable à la santé. Il est soit volontaire, parce que directement lié à un mode de vie, soit involontaire, parce que causé par la maladie. Des chercheurs en médecine estiment que les humains dorment aujourd’hui en moyenne une heure de moins que le temps requis. Bien que cela puisse sembler peu, les six milliards d’heures manquant chaque nuit ont fait l’objet de recherches qui ont porté sur les troubles du sommeil, mais aussi sur leurs conséquences en termes de qualité de vie. Le monde médical a longtemps considéré l’incapacité chronique à dormir comme une seule maladie, couramment appelée l’insomnie. Mais une commission créée par le Sénat américain a dressé une liste qui distingue 17 troubles du sommeil différents. Quoi qu’il en soit, l’insomnie est déclenchée par une telle multitude de facteurs qu’on la considère souvent comme un symptôme de troubles sous-jacents, tout comme une fièvre est l’indice d’une infection. Même ponctuel, le manque de sommeil peut être désastreux, témoin ce qui est arrivé à Tom. Bien qu’il soit un chauffeur expérimenté, il a précipité son camion par-dessus un remblai, renversant ainsi 400 litres d’acide sulfurique sur une autoroute. “ Je me suis endormi ”, avoue-t-il. Une étude portant sur deux autoroutes des États-Unis a montré que les conducteurs somnolents sont responsables de 50 % des accidents mortels.Songez aussi aux risques rencontrés par les collègues de travail d’un individu somnolent. Après que des volontaires sont restés de 17 à 19 heures sans dormir, Ann Williamson, chercheur australien, indique que “ les résultats [des participants] à certaines épreuves étaient équivalents à ceux obtenus avec 0,05 % d’alcoolémie, voire pire ”. Autrement dit, les individus étudiés se comportaient comme s’ils étaient à la limite légale autorisée, dans certains pays, du taux d’alcool dans le sang, ou même au-delà ! Le coût du manque de sommeil sur la productivité et la famille est énorme quand on considère les centaines de milliers d’accidents qu’il provoque chaque année au travail ou sur les routes. Quelles sont les causes du manque de sommeil ? Citons tout d’abord le phénomène social du “ vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept ”. La revue USA Today le qualifie de “ séisme culturel qui bouleverse nos vies ” et signale qu’“ une nouvelle vague de commerces et de services en continu rencontre un grand succès en défiant la montre ”. Dans de nombreux pays, des gens passent la nuit à regarder la télévision ou connectés à l’Internet. Autre cause : les troubles affectifs, et notamment l’anxiété qu’alimentent le stress et une vie trépidante. Enfin, il existe une multitude de maladies physiques qui peuvent nuire au sommeil. De nombreux médecins signalent qu’il est difficile de sensibiliser les patients à la gravité du problème. L’un d’eux s’est même plaint de ce que la fatigue chronique soit parfois considérée comme “ un signe de prestige ”. En outre, puisque leur état ne s’aggrave que très progressivement, ceux qui ne dorment pas suffisamment n’ont peut-être pas conscience d’être atteints d’un trouble sérieux. Beaucoup se disent : “ Je me fais vieux, c’est tout ”, ou : “ J’ai du mal à faire front, alors je coupe le moteur de temps en temps ”, ou encore : “ Je suis tout le temps fatigué parce que je n’ai pas assez de vacances. ” Il n’est pas facile de reprendre de bonnes habitudes de sommeil. Mais on peut trouver la motivation nécessaire en se familiarisant avec les cycles du sommeil et en apprenant à identifier les signes d’un sommeil insuffisant. Diagnostiquer ces symptômes peut sauver des vies.

Source : Réveillez-vous ! (8 février 2004)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 31/07/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site