Vitiligo

Qu’est-ce que le vitiligo ? (2004)

Sibongile parle quelquefois avec humour de son problème de peau. “ J’étais noire à la naissance, je suis devenue blanche, et maintenant je ne sais plus quoi penser ”, dit-elle en souriant. Elle a un vitiligo.
Le vitiligo est une leucodermie, une maladie qui se caractérise par la disparition des cellules pigmentaires de la peau. Il provoque la formation de taches blanches plus ou moins étendues sur la peau. Chez certains sujets, il ne progressera jamais au-delà d’une seule tache. Chez d’autres, en revanche, il se propage rapidement sur tout le corps. Chez d’autres encore, il évolue lentement, sur des années. Il n’est ni douloureux ni contagieux.
Le vitiligo n’est pas toujours aussi visible que dans le cas de Sibongile ; il se remarque plus sur les personnes qui ont la peau foncée. Cela dit, beaucoup de gens en sont atteints, à un degré plus ou moins fort. D’après des statistiques, de 1 à 2 % de la population mondiale serait concernée. Il ne connaît pas de frontières raciales et touche aussi bien les hommes que les femmes. Sa cause reste inconnue.


Bien qu’il n’existe aucun remède efficace contre le vitiligo, on peut le traiter de nombreuses façons. Par exemple, chez les sujets à peau claire, le vitiligo se voit plus lorsque la peau saine est bronzée. C’est pourquoi mieux vaut éviter l’exposition au soleil. Ceux qui ont la peau mate peuvent camoufler la différence de couleurs avec des cosmétiques spéciaux. Certains ont obtenu de bons résultats en recourant à la repigmentation, procédé qui nécessite la prise de médicaments pendant de nombreux mois et l’utilisation d’un équipement spécial qui émet des ultraviolets. Des patients ont ainsi retrouvé partiellement la couleur de leur peau aux endroits endommagés. D’autres optent pour la dépigmentation, méthode qui consiste à unifier la couleur de la peau en détruisant les cellules pigmentaires restantes à l’aide d’un traitement chimique.


Le vitiligo peut entraîner une détresse psychologique chez ceux qui en souffrent, surtout lorsqu’il s’étend au visage. “ Dernièrement, explique Sibongile, deux enfants ont pris la fuite en criant quand ils m’ont vue. Les gens hésitent à me parler, s’imaginant que j’ai peut-être une maladie contagieuse ou que l’on m’a jeté un sort. Si je devais faire passer un message, c’est qu’il ne faut pas avoir peur de ceux qui ont un vitiligo. Cette maladie ne se transmet pas par contact et elle ne se propage pas dans l’air. ”

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. marie claire (site web) 28/08/2010

bonjour,
je suis très inquiète pour ma fille qui en souffre bien qu'elle le prennne avec beaucoup de courage et parfois de désinvolture, je sais qu'elle en souffre, nous n'avons pas encore trouvé ce qu'il faut, mais je sais que j'avais rencontré une dame qui m'avait fait comprendre qu'elle était suivi par une dermato qui avait réussi à faire couvrir le vitiligo rien qu'en lui ayant prescrit un traitement à base de pommade et de comprimés, mais cette dame a refusé de me donner les coodonnés de son medecin, alors si quelqu'un peut m'aider je vous en supplie apporter moi une réponse à ce problème.La peau de cette dame est devenue sombre ce qui était plus agréable à voir, elle n'a pas subi de séances d'UV.
Merci à vous chers internautes

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site